Google Base

Google s’attaque aux « bases de données ».

Bases de données, ou simples listes, Google Base va bientôt offrir à chacun la possibilité de référencer ce qu’il souhaite. De sa simple liste d’objets à vendre (sur eBay?), où sa liste de CDs audio soigneusement rangés dans la bibliothèque, à sa base de données généalogique référençant les membres de sa famille sur douze siècles, ou encore sa collection complète de timbres-poste, chacun d’entre nous va pouvoir rendre accessible ce que bon lui semble.

Si l’on regarde d’un peu plus près, on réalise que certains ont des soucis à se faire :

eBay : Ma liste d’objets à vendre sur Google Base + Google Accounts le système de paiement en gestation chez Google + Google Talk pour communiquer entre acheteur et vendeur.

Les sites d’annonces en général, immobilier, etc.) : Google Base + Google Talk
Plus besoin de parcourir 150 sites d’annonces pour acheter une Peugeot 307 d’occasion.
– Je Google « Peugeot 307 »
– Je Google Talk le vendeur pour la négo
– Je Google Account pour l’achat (peut-être pas sur l’achat d’une voiture)

Google Gooooogle

Mise à jour 16/11/2005 : Le service Google Base est en ligne depuis cette nuit : http://base.google.com/

Les films français de plus en plus exposés au piratage

Quand l’industrie du cinéma va-t-elle comprendre que le monde évolue?

Paru sur VNUNET : Les films français de plus en plus exposés au piratage.

Quand l’industrie du cinéma va-t-elle comprendre que le monde évolue, que les modes de consommation suivent les évolutions technologiques ? Que le consommateur n’a pas vocation à être un vilain pirate, mais qu’il souhaite simplement trouver les produits qu’il attend voire dont il a besoin ?

Les consommateurs veulent :
• Consommer de manière impulsive. « Je veux voir tel film, je clique et j’éteins la lumière »
• Ne pas rentrer chez eux frigorifiés, sous la pluie à minuit, bredouilles, car tous les exemplaires du film qu’ils souhaitaient voir sont loués.
• Accéder aux films en même temps que leurs amis et leur famille aux quatre coins du globe. La fin des sorties différées ! Le monde bouge, les gens voyagent, communiquent, les distances sont considérablement réduites.
• Accéder à un catalogue le plus vaste possible pour ne pas se voir enfermer dans la « culture » Video Futur™.
• Prêter un film à un ami comme on prête un bon DVD, parce que l’Homme échange, partage, c’est ainsi qu’il évolue.

Et enfin, le vrai pirate ce n’est pas le pauvre gamin qui se fait pincer avec 1000 films qu’il a collectionnés frénétiquement et qu’il n’aura jamais le temps de regarder, comme il n’écoutera jamais les 50000 MP3 sur son disque dur, le pirate c’est le type qui gagne de l’argent sur le dos des auteurs en vendant des CDs / DVDs piratés, qui se rémunère par la pub affichée sur le sombre site internet où il référence quantité de MP3s et DIVXs à télécharger.

Le grand public veut de la VOD VOD VOD VOD… et qui soit multiplateforme… sinon il y aura beaucoup de « pirates » sur Mac. (Message à l’attention de TF1 et Canal+ dont l’offre VOD est exclusivement réservée aux utilisateurs de PCs sous Windows XP.)

EPIC 2014, EPIC 2015, l’avenir des media?

Saisissante histoire du net et projection dans le futur.

Cela fait un moment que cette animation circule sur le web, mais pour ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de la voir, ne ratez pas : EPIC 2014!

C’est une animation flash de 8 minutes réalisée par Robin Sloan et Matt Thompson pour présenter ce que pourraient être les grandes étapes de l’évolution des médias jusqu’en 2014.

Chaque semaine qui passe, avec les annonces Google et les rumeurs relayées par les Blogs, ne fait que donner encore plus de sens à ce clip de 8 minutes qui laisse songeur.

Plus intéressant encore, Robin Sloan et Matt Thompson ont mis à jour leur vision du futur intégrant les événements de l’année 2005. Voici donc EPIC 2015 et le iPod y fait son entrée… :o)

Internet passe de l’Information à la Communication

Les générations se succèdent, l’évolution d’Internet en est le reflet…

Paul Kedrosky dans son post « The Net as Communications vs. Information » relève des points importants qui ressortent d’une étude intitulée « Young blog their way to a publishing revolution » publiée par Guardian Unlimited .

Menée sur la tranche d’âge 14-21 ans, l’étude révèle l’usage que font les jeunes d’Internet.
La génération qui utilisait Internet pour y puiser de l’information laisse place à une génération qui y communique, une génération qui crée son contenu, et qui s’intéresse peu au contenu existant (news, etc.).

Connaissez-vous les « blooks » ?

Guillaume du Gardier dans un post « Have you ever heard about blooks ? » parle de l’émergence des blooks pour ceux qui en ignoraient l’existence.
Contraction de « blog » et « book », le « blook » est simplement l’édition papier, reliée, éditée, de ce qui à l’origine était un blog. Une dizaine de blooks sont relativement connus outre-Atlantique sur plus d’une centaine déjà éditée.
Un premier prix littéraire « The Blooker Prize » a été lancé.

Feedblitz

…Très pratique pour recevoir par e-mail les mises-à-jour de Blogs qu’on suit de près.

Feedblitz permet aux visiteurs d’un site de s’y abonner en recevant un e-mail lorsque le contenu du site évolue. Feedblitz utilise le feed RSS du site.
Très pratique pour recevoir par e-mail les mises à jour de Blogs qu’on suit de près.

Côté webmaster ou « blogmaster » on dispose d’un petit bout de code à insérer simplement dans les templates du site.

Blog de test

Le virus prend, ce Blog est amené à s’enrichir… :o)

Ce Blog n’est pas mis à jour, c’est un test.
Peut-être prendra t-il vie un jour, ici où ailleurs, mais pour l’heure il n’y a rien à lire.

Delicious Library

Delicious Library de Delicious Monsters est une application Mac absolument fabuleuse!

Avec ce logiciel à l’interface brillamment conçue, vous passez le code-barre de vos CDs, livres, DVDs, jeux devant la iSight et hop, il récupère la jaquette (et les informations détaillées) et l’insère sur des étagères virtuelles…. Beau, très fonctionnel, extrêmement facile d’utilisation et l’utilisation de l’iSight laisse sans voix.

iPod Video

Un iPod Video me semble improbable pour une raison purement « philosophique », de media immersif ou non immersif :

Bonjour,

(Je fais un test de « ping » et « trackback » sur un post intitulé « Just One More Thing ! » de l’excellent blog de Michel de Guilhermier)

Un iPod Video me semble improbable pour une raison purement « philosophique », de média immersif ou non immersif :

L’écoute de musique n’empêche pas de faire autre chose, marcher, courir, conduire, lire, etc.
Regarder un film monopolise l’attention, ça devient un usage immersif, on ne peut regarder un film en marchant, courant, conduisant, lisant…

La musique n’est pas immersive, la radio non plus. Même si, par choix, on peut faire un usage immersif de la musique — confortablement installé dans un fauteuil, tête en appui, yeux fermés, et plonger dans l’univers d’une œuvre musicale.

Un jeu vidéo est immersif, un film est immersif, la TV aussi, sauf si on l’utilise comme fond sonore, ou pire, comme une présence.

Le « vidéo baladeur » ne semble-t-il pas antinomique ? Je ne peux regarder de la vidéo en me baladant…
Nous sommes donc face à deux usages totalement différents et donc à des marchés différents.

Un iPod Video ne s’adresserait donc plus au marché des « baladeurs » mais à un autre marché, lequel ? Video portative ? Video gadget ? Quel est le potentiel de ce marché ?

Apple a-t-il l’habitude de s’adresser à des marchés inexistants, ou à des niches pour techno geek ? Non, Apple s’adresse au mass market, là où existent une forte demande, des attentes, et moyen d’innover avec des produits pensés en termes de besoins des utilisateurs et non en termes de course aux fonctionnalités non réfléchies.

Et puis il y a des raisons plus techniques aussi (donc solvables à terme), liées à …l’Energie…

Disque Dur : Le iPod est conçu pour charger en mémoire en moyenne 6 à 10 morceaux (32 Mo de RAM ou plus selon modèle) puis laisser le disque dur en veille jusqu’à ce qu’il faille renouveler l’opération. Ce qui permet d’obtenir l’autonomie de batterie nécessaire pour que l’appareil soit utilisable (positive user experience). Accessoirement, cela limite la surchauffe de l’appareil induite par un disque dur en fonctionnement. Je rappelle qu’un disque dur, c’est de la mécanique, ça tourne, ça chauffe, c’est volumineux, ça consomme beaucoup. La lecture de Video implique un accès continu au disque dur et donc une consommation considérablement supérieure à celle d’un iPod actuel. Par ailleurs, ces minis disques durs ne sont pas conçus pour fonctionner en continu, les faire tourner 90min ou plus les endommagerait rapidement.

Ecran : L’écran du iPod n’est rétro éclairé que quelques secondes lorsqu’on navigue dans les menus. Un iPod Video devrait maintenir le rétro-éclairage durant la phase de visionnage, ce qui consommerait beaucoup d’énergie.

Processeur : Pour jouer de la vidéo, il faut décompresser le flux vidéo en plus de l’audio. La décompression vidéo est beaucoup plus gourmande en temps de processeur que l’audio. Donc, là encore, un iPod Video consommerait beaucoup plus d’énergie.

Et pour conclure, après le Podcasting, l’idée à développer est peut-être d’extraire la bande-son des vidéos pour l’enregistrer sur son iPod et l’écouter en « balade ». Émergence des « Podtrack » ?) Il est vrai qu’écouter « Le Père Noël est une ordure » ou « Un poisson nommé Wanda » se révèle particulièrement croustillant. Et finalement, ça marche avec la majorité des films. Les Tontons flingueurs ? :o)

Mise à jour (16/10/2005) : Excellente analyse de Michel de Guilhermier dans son post « Nouvel iPod, Nouveaux Services : the Start of Something Really Big, but Only the Start and a Long Way to Go ! »

– LvP