Le pari difficile de BitTorrent Store

Bittorrent-Logo

BitTorrent Entertainment Network, le nouveau service de téléchargement légal en P2P de BitTorrent est un pari difficile. Je partage l’analyse « 5 reasons BitTorrent Store won’t sell » de l’excellent OM Malik.

  • Les FAI détestent BitTorrent et le P2P de manière générale.
  • BitTorrent n’est pas simple d’utilisation, surtout pour l’utilisateur lambda.
  • Le catalogue proposé est très moyen.
  • Qui utilise encore le client officiel BitTorrent?
  • Pourquoi payer ?

Les FAI détestent en effet BitTorrent, et le P2P de manière générale, non pour des raisons philosophiques ou politiques, mais simplement parce que le P2P met en danger l’équilibre financier de l’accès à internet. Le trafic colossal généré par le P2P fait exploser les coûts de « peering« . Cette explosion des coûts de peering est un risque majeur de remise en cause de la « Net Neutrality« . Il n’y a pas de secrets, il faut bien que quelqu’un paie les coûts générés par le trafic.

Le point « pourquoi payer » demande précision. Je suis convaincu que 95% du piratage, musique, ou vidéo, est lié au fait que les besoins des consommateurs ont évolué beaucoup plus vite que l’offre disponible. Les consommateurs n’ont pas plébiscité le piratage, ils ont plébiscité la dématérialisation des supports, la mobilité, la souplesse d’utilisation, le « social networking ». Or, les industries de la musique et du cinéma ont refusé le progrès, l’évolution des modes de consommation, les nouvelles technologies, laissant le champ libre au piratage faute d’offre répondant aux nouveaux besoins des consommateurs. Apple avec iTunes a bousculé les maisons de disques, a introduit les solutions les plus en phase avec les besoins des consommateurs, et a ainsi vendu 2 milliards de titres.

Donc, pourquoi payer un film légal sur BitTorrent, alors que :

  • On n’offre rien de plus au consommateur.
  • Pas plus de facilité à choisir dans le catalogue.
  • Un catalogue très limité.
  • Une ergonomie complexe.
  • Pas de mobilité (pouvoir embarquer son film sur un baladeur vidéo).
  • Des DRM contraignants pénalisant celui qui paie légalement.
  • etc.

Celui qui respectera le consommateur, qui se préoccupera de ses réels besoins, bref, un acteur « user centric », remportera la mise. Et ça pourrait bien encore être Apple, avec les films et séries sur iTunes Store + Apple TV, si l’écosystème s’ouvrait un peu plus…

Conclusion : La technologie n’est pas une finalité, c’est le bonheur du consommateur! Que derrière ce soit du P2P, du streaming, du caching, du glop, du BLING, du 4XYZ ou autre, c’est un autre problème, qui certes entre dans l’équation, mais ne doit pas détourner l’attention à porter à l’utilisateur final.

Et comme ça semble devenu incontournable…. je terminerai désormais mes articles par un : Et vous ? Qu’en pensez-vous ?…

Technorati Tags: ,

Apple et Cisco s’accordent sur la marque « iPhone »

Steve-Jobs-AccroIphone-Apple-Cisco-2Cisco Logo

La raison l’a emporté, Apple et Cisco viennent de sceller un accord autour de la marque « iPhone ».

Dans un communiqué conjoint, Apple et Cisco se disent désormais libres d’utiliser la marque déposée iPhone sur l’ensemble des marchés mondiaux et Cisco précise qu’il abandonne ses poursuites judiciaires. Les autres termes de l’accord sont confidentiels. Aucune clause financière n’est mentionnée.

Plutôt que d’interminables procès, voici un judicieux accord permettant de sortir par le haut.
Il y a peu on apprenait également l’accord trouvé entre Apple (encore « Computer » à l’époque) et Apple Corps la société d’exploitation des droits des Beatles. Les temps changent. Age de raison des capitaines d’industrie ou nouvelle génération d’avocats ?

(Je suis très content d’avoir trouvé cette photo de Steve Jobs bien à-propos 😉 )

Technorati Tags: , , ,

Le capital risque français monte en puissance

Via NetEco :
Les 10 principaux investisseurs français en 2006
Capital Risque : La France confirme son second rang européen

Mais comme VentureOne, VenturePedia confirme le dynamisme du capital risque français, deuxième marché européen derrière la Grande-Bretagne, qui a représenté plus de 13% des sommes globales investies sur le marché du capital risque européen avec un total de 875 millions d’euros et environ 37 500 emplois créés.

«La France est manifestement une des économies les plus puissantes en Europe, en termes de capital investissement dans les sociétés financées par le capital risque et rivalise, de ce fait, avec les économies leaders dans de nombreux secteurs. Avec un noyau solide d’entrepreneurs et d’investisseurs expérimentés, nous sommes convaincus de l’avenir florissant de la France dans ce domaine»,

Les dix principaux investisseurs privés ont été
1. CDC Entreprises (14 deals, 10,2M€);
2. Sofinnova Partners (14 deals, 13,2M€);
3. I-Source Gestion SA (11 deals, 6,3M€);
4. Crédit Agricole Private Equity (10 deals, 9,6M€);
5. Siparex Private Equity (10 deals, 9,1M€);
6. AGF Private Equity (9 deals, 10,2M€);
7. Innovacom (9 deals, 3M€);
8. OTC Asset Management (9 deals, 2,4M€);
9. SPEF Venture SA (9 deals, 4,8M€);
10. Auriga Partners (8 deals, 11,1M€).

Voilà de bonnes nouvelles concernant le capital risque en France. Reste à développer sérieusement les fonds d’amorçage, et encourager les business angels.

Technorati Tags: , ,

Alain Duhamel « off », internet, vidéo, et suspension

Alain Duhamel

L’actualité qui touche Alain Duhamel, suspendu par France Télévision, ainsi que son interview dans Libération, m’inspirent quelques commentaires.
Il y a quelques mois, Alain Duhamel s’est exprimé « off », dans un cadre privé, venu débattre avec Marielle de Sarnez (vice-présidente de l’UDF), devant 60 étudiants UDF de Sciences-Po Paris. Lors de ce débat, répondant à une question sur l’Europe, et après avoir critiqué un peu vivement le début de campagne de François Bayrou, il exprima qu’il voterait pour ce dernier, omettant de préciser sa pensée.
Très claire, précise, honnête, sincère, sage, professionnelle, je vous invite à lire son interview dans Libération : «Je me suis laissé aller»

Je trouve déplorable cette suspension d’Alain Duhamel. Il s’est exprimé dans un cadre privé. C’est l’homme qui s’exprimait, pas le journaliste sur un plateau de télévision ou dans une tribune. Il y a dérive. Tout comme il y a dérive quand on écarte Marie Drucker parce qu’elle partage sa vie avec François Baroin, ou Béatrice Schönberg parce qu’elle est mariée à Jean-Louis Borloo.

Aujourd’hui chaque téléphone mobile est potentiellement un appareil photo, un Dictaphone et une caméra vidéo. Quiconque est présent dans la salle peut enregistrer, filmer à tout moment. Avec internet et l’évolution vers ce qu’on appelle le « web 2.0 », quiconque possède une photo, un enregistrement audio, une vidéo, peut diffuser ces contenus librement, massivement. Là où les professionnels de l’audiovisuel doivent respecter le « droit à l’image », les amateurs photographient, filment, et diffusent ces images d’autrui sans qu’aucun accord soit demandé.

Hier soir, au restaurant, à la table en face de moi, un type filmait avec son téléphone. Aujourd’hui, sans mon avis, une vidéo dans laquelle j’apparais, potentiellement datée, filmée dans un lieu facilement reconnaissable, est peut-être diffusée sur un site ou sur un blog, lequel site ou blog peut, de plus, traiter de sujets auxquels je peux me trouver associé par la seule présence de mon image. Le sujet n’est pas simple à traiter, mais il est important.

Dernier commentaire, lisant ceci dans l’interview :

« Je n’en reviens toujours pas. On en serait à 74 000 consultations… C’est incroyable. On m’a dit que c’est sur un gros système. J’ai oublié le nom. Vous savez, pour moi, Internet, les blogs, c’est la génération de mes arrière-petits-enfants. J’ai 66 ans et jamais je n’ai allumé un ordinateur. Depuis quarante-six ans, j’écris mes papiers à la main. »
Alain Duhamel – Libération, 17 février 2007

Je suis stupéfait. 66 ans c’est encore jeune. Quand les premiers ordinateurs ont envahi la presse papier, il n’avait que 46 ans. Ma mère, à 77 ans, a un iMac et relève ses mails tous les jours. Bien évidemment, ceci ne change rien à l’affaire de sa déplorable suspension, ne remet pas en cause les compétences de ce brillant journaliste, mais hélas témoigne du décalage profond qui frappe le monde de la politique face à l’évolution de notre société.

Technorati Tags: ,

« Citizen Game » de Nicolas Gaume

Citizen Game

Dans ma longue tradition de reprendre un de mes commentaires laissés sur un blog…
Réagissant au post « Voici le commentaire le plus ridicule que j’ai jamais lu ! » de Jeremie Berrebi qui lui-même s’indignait de la profonde connerie de certains des lecteurs de son blog, j’écris donc :

Je connais Nicolas depuis 20 ans, nous avons rêvé d’entreprendre, nous avons essayé de créer ensemble notre société, nous ne nous sommes pas accordés et chacun créa sa boîte (les lecteurs du livre comprendront), nous avons été en froid longtemps, et nous nous sommes depuis retrouvés avec plaisir et respect mutuel.

Je partage, comme tous ceux qui ont connu Nicolas, un respect pour son parcours, et un réel attachement à l’homme et à ses valeurs. Son livre est courageux, sincère, transparent. Il fait preuve d’une grande humilité en expliquant ses erreurs. Il explique le milieu complexe de la bourse, les hordes de gens peu fréquentables qui gravitent autour d’une société, le mensonge organisé d’une partie du milieu, et le fait que nul n’est préparé à ça, encore moins à 20 ans, et encore moins en pleine bulle historique où plus rien n’est réaliste.

J’ai le souvenir, à jamais gravé, d’une heure passée ensemble au bar du Martinez à Cannes (c’est un lieu de business incontournable), en plein Milia l’année où Kalisto a chuté. Nicolas se battait comme peu d’entrepreneurs pour sauver Kalisto, pour protéger ses salariés, se mettant dans une situation d’endettement personnel inversement proportionnel aux golden parachutes des « Antoine Zacharias », enchaînant les rendez-vous avec les investisseurs, les éditeurs susceptibles d’acheter ses productions, etc. Bref !

Ce livre est à lire, par tous, passionnés du jeu vidéo, futurs entrepreneurs, anciens actionnaires de Kalisto, anciens salariés (qui ont dans leur très grande majorité, un réel respect pour Nicolas, et le blues de cette riche aventure humaine qu’il est rare de vivre).

Aloha

Technorati Tags: , ,

OPA de Numéricâble sur Iliad (Free) ??

Logo Logo Iliad

Iliad : Numericâble souhaiterait lancer une OPA
Lundi 12 février 2007 à 09:38

(Tradingsat.com) – Selon La Lettre de l’Expansion d’aujourd’hui, le groupe Numéricâble souhaiterait lancer une OPA amicale sur Iliad.

Le fonds d’investissement Cinven, qui détient la majorité du capital de Numericâble, aurait en effet mandaté BNP Paribas, Rothschild et Morgan Stanley pour ce projet qui valoriserait Free autour de 5 Milliards d’euros.

Soulignons que le titre Iliad gagne actuellement près de 5% grâce à cette nouvelle.

Copyright (c) 2006-2007 Tradingsat.com. Tous droits réservés.

Je ne sais pas quelle est la réalité de cette info qui vient de tomber, mais clairement le secteur se consolide. Après le mariage Neuf Cegetel, puis Club Internet qui est en vente, on pensait qu’il n’y aurait plus de grosses opérations dans ce secteur. Toutefois, ce ne sera peut-être qu’une rumeur qui rejoindra les autres, comme le rachat d’Iliad par Bouygues Télécom.

Technorati Tags: , , ,

Agregator, club d’entrepreneurs et fond mutualisé

Agregator
Dans la première moitié des années 90, jeune entrepreneur, je cherchais les moyens de financer le développement de ma société. En France, le capital-risque, les fonds d’amorçage et les réseaux de Business Angels n’étaient pas développés comme ils le sont aujourd’hui.
J’avais commencé à creuser une idée, et y avais associé quelques amis entrepreneurs. Il s’agissait de lier capitalistiquement nos entreprises à travers un fond mutualisé, et nous donner ainsi plus de poids dans nos recherches de financements. Nous n’avions pas dépassé le stade de la réflexion, nous n’avions pas les connaissances du monde de la finance, et les consultants de KPMG Peat Marvick avaient tout fait pour nous convaincre de ne pas perdre notre temps dans cette voie.

Depuis d’autres ont défriché le terrain, et ils sont allé bien au-delà de ce dont je rêvais à l’époque, c’est Agregator. Je vous encourage à regarder cette très instructive interview réalisée par Thomas Blard. Je trouve le concept très innovant.

P.S.: Je vous parle de tout ça parce que je participe au BarCampBank, et que je m’y intéresse plus particulièrement au projet « P2P Venture‘ (et aussi « P2P Lending« ). Je vous invite à jeter un oeil. Je vais faire un petit post bientôt au sujet du BarCampBank.

Technorati Tags: ,

« Réflexions sur la Musique » de Steve Jobs

Thougthsonmusic20070206

Aujourd’hui Steve Jobs vient de publier ses « réflexions sur la musique  » (« Thoughts on Music« ).
Il aborde l’épineux sujet des DRM, et notamment les critiques émises à l’encontre d’Apple et de son écosystème iPod + iTunes. En effet, un certain nombre de pays européens ont montré du doigt l’absence d’interopérabilité de FairPlay, le système de DRM d’Apple. Steve Jobs s’en explique de manière précise et sans ambiguïté.

Je trouve le discours clair et honnête, mais surtout sa conclusion est claire :

« Convincing them [the music companies] to license their music to Apple and others DRM-free will create a truly interoperable music marketplace. « Apple will embrace this wholeheartedly.« 

Bravo, j’aime beaucoup cette vision.

Technorati Tags: , , , ,

Echanges…

« If you have an apple and I have an apple and we exchange these apples then you and I will still each have one apple. But if you have an idea and I have an idea and we exchange these ideas, then each of us will have two ideas. »

George Bernard Shaw