Pitoyable démagogie de Ségolène Royal sur le Handicap!

Handicap-Logo

« Là, on atteint le summum de l’immoralité politique »
Ségolène Royal

En effet…

Je n’aborde quasi jamais le sujet du handicap, je ne suis pas militant (pas plus qu’en politique), il fait partie de ma vie, mais ma vie n’est pas le handicap.

Je suis de près les élections, passionné par la politique, celle qui construit un pays, l’avenir, la res publica, ou « chose publique », l’organisation publique de la société, « La République » de Platon.

Lors du débat Sarkozy / Royal cette dernière nous a fait une envolée lyrique, un pétage de plombs orchestré, un simulacre digne de ces footballeurs se tordant de douleur sur le gazon, criant au carton rouge, dont on découvre plus tard en vidéo qu’ils sont tombés seuls sans aucune action des joueurs adverses. Le carton rouge a été donné, le coup franc a été sifflé, trop tard.

Je ne reviendrai pas sur les faits, les mots de Ségolène Royal n’ont échappé à personne.

Maintenant la réalité :

Ségolène Royal « n’a pas fait beaucoup » pour les handicapés, accuse Claude Allègre

Au lendemain du débat entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, son ancien ministre de tutelle Claude Allègre s’est montré jeudi « très choqué » de la colère de la candidate socialiste qui « n’a pas fait beaucoup de choses pour les handicapés ».

Interrogé sur RTL, Claude Allègre [ancien ministre de l’Education du gouvernement Jospin] s’est dit « très choqué parce que, hélas! elle n’a pas fait (…) beaucoup de choses pour les handicapés ». Lors de la mise en place du plan Handiscol, préparé par Mme Royal, « il n’y a eu aucune mesure vraiment importante », « ça n’a pas été quelque chose de très efficace », s’est-il souvenu.

« Celui qui a fait le plus pour les handicapés, c’est Luc Ferry« , ancien ministre de Jean-Pierre Raffarin, a estimé l’ancien ministre de l’Education nationale. « Je ne suis pas pour autant pour la droite, mais je pense que la vérité doit être dite en politique. »

« Je suis un peu outré de ça parce que ce qui a été dit, c’est des mensonges« , a-t-il encore dit.

L’ancien ministre, qui avait annoncé avant le premier tour qu’il ne voterait par pour Ségolène Royal, a répété cette position pour le second tour. « Je ne voterai pas pour Ségolène Royal », a-t-il dit, sans prendre pour autant parti en faveur de Nicolas Sarkozy. AP

Dans La revue de presse du handicap on peut lire ce Témoignage:Handiscol – Education Nationale…

Et pour conclure, la contestation de Jean-Pierre Raffarin :

Accueil d’enfants handicapés : Raffarin conteste les propos de Mme Royal

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a contesté jeudi les propos tenus mercredi soir par Ségolène Royal sur le dossier des enfants handicapés, soulignant notamment que le plan Handiscol n’avait pas été « remis en cause » comme l’affirmait la candidate PS.

« Mme Royal a expliqué que mon gouvernement avait remis en cause le plan Handiscol qu’elle avait mis en oeuvre et que cela avait nui à l’accueil des enfants handicapés en milieu scolaire. Je tiens à rétablir la vérité », déclare M. Raffarin dans un communiqué.

« Tout d’abord, il est important de rappeler que les moyens dévolus à ce plan ont été maintenus. Seulement les emplois jeunes consacrés aux enfants handicapés ont été transformés en auxiliaires de vie scolaire et donc pérennisés. Par ailleurs, nous avons conservé la cellule d’appel +handiscol+ pour répondre aux questions des familles », poursuit l’ancien Premier ministre.

Il s’est dit « fier d’avoir été le Premier ministre qui a fait voter la loi du 11 février 2005 qui pose le principe d’une scolarisation en milieu scolaire au plus près du domicile ».

Selon le sénateur UMP, à la rentrée 2006, grâce à cette loi, « environ 12.000 postes d’enseignants » et « 8.000 auxiliaires de vie scolaire » ont été consacrés à l’accueil des enfants handicapés.

« Le nombre d’élèves handicapés accueillis a pratiquement doublé entre 2002 et 2007: de 89.000, on est passé à 160.000. Aujourd’hui, 20.000 élèves handicapés bénéficient d’un accompagnement individualisé contre seulement 4.000 en 2003″, rappelle M. Raffarin.

Un vif accrochage a opposé mercredi Mme Royal à M. Sarkozy sur ce dossier lors du face-à-face avant le second tour.
-AFP

Je crois en l’éducation, c’est pour moi l’outil d’intégration par excellence. Durant ces 20 dernières années, j’ai participé à un certain nombre de travaux, de tables rondes, d’associations, de comités, répondant quasi toujours à l’appel quand on souhaitait que j’apporte mon éclairage, mon expérience, mes visions. J’ai rencontré des élus, des responsables d’associations, des chefs d’entreprises, des journalistes, et j’ai toujours expliqué que bon nombre des problèmes de société pouvaient se résoudre par l’éducation. Ça demande juste une génération.

Il est bien dommage qu’il n’y ait que les gourous du marketing pour avoir compris cela, comme Pepsi qui aux États-Unis a gagné la guerre contre Coca avec sa « Génération Pepsi ».

Le jour où les enfants handicapés seront tous scolarisés dans les mêmes écoles que leurs petits camarades, tous apprendront à vivre ensemble, et alors les futurs architectes intégreront plus naturellement l’accessibilité dans leurs plans qu’en lisant des décrets, les futurs commerçants proscriront les marches à l’entrée de leurs boutiques, les futurs DRH ne seront plus aprioristes, et enfin les personnes touchées par le handicap n’auront plus de confortables excuses pour vivre oisives (parce que des gros gros feignants il y a en a beaucoup chez les handics… et ils n’ont pas beaucoup de difficultés à se cacher derrière le prétexte du handicap)

ACTION!

Technorati Tags: , ,

  • Quand on commence en évoquant le viol de 2 fonctionnaires de police y a pas de quoi être surpris par la suite, ça situe bien le niveau du débat.

  • Je maîtrise moins le sujet des viols et de la police nationale, mais je trouve tout autant démagogique de vouloir faire raccompagner à leur domicile les femmes agents publics.
    – Ca ne résout pas le problème d’insécurité.
    – Pourquoi ne pas faire raccompagner toutes les femmes, il n’y a pas que les agents de police qui soient victimes de viols, d’autant qu’on sait que le violeur ne s’est pas attaqué à une policière mais à une femme qui s’est révélée être policière.
    – Faut-il donc légiférer pour qu’en France toute femme quittant son travail à la nuit tombée (18h l’hiver) doive être raccompagnée par son employeur ?

    Et pour conclure sur ce bien médiocre débat télévisé, je conseille à tous la lecture du post de Jacques Attali (dont je ne partage toutes les opinions, mais dont je salue l’intelligence et certainement l’honnêteté intellectuelle) :
    « Merci »
    http://blogs.lexpress.fr/attali/2007/05/merci.html

  • sebastien

    Je suis choqué par le position totalement démagogique de Claude Allegre. Qui est-il pour croire qu’il a quelque chose à dire sur les arguments de Mme Royal ? Il n’a qu’à aller jouer avec ses nouveaux copains de l’UMP et laisser les vrai socialiste travailler à la victoire des idées de gauche. C’est vrai, c’est tellement mieux de donner les clefs de la France à une personne qui n’a aucune conviction sauf la sienne, qui a fait toute sa carrière politique à l’aide de traitrise. Ce n’est que le fils spirituel de Chirac et la petite promenade de Claude Allegre à l’UMP n’est que la confirmation de sa lacheté ! Ce n’est pas parce qu’on est copain d’enfance de Jospin qu’on est intelligent !

  • >sebastien

    Ce blog n’est pas un blog politique, je n’y exprime aucune opinion, je ne milite pour personne, alors ce n’est pas l’endroit pour venir tenir ce type de discours et jugements personnels. Votre intervention est hors sujet. Le sujet c’est la réalité des mesures mises en place pour l’intégration scolaire des handicapés, si vous avez quelque chose à exprimer sur le sujet vous êtes le bienvenu.

    Je suis concerné de près par le problème du handicap, je connais bien le milieu et j’ai suivi de près toutes les mesures gouvernementales (de tous bords) allant vers une meilleure intégration.

    Je ne m’attaque pas personnellement à Madame Royal, ni à la représentante d’un parti. Je voulais juste réagir de manière factuelle à des propos tenus sur un sujet que je connais bien, propos dont la nature mensongère, opportuniste et démagogique a froissé mon intégrité.

    Alors rangez vos attaques personnelles à l’encontre des uns et des autres, et concentrez-vous plutôt sur la réalité, les faits, le terrain, les mesures prises et les programmes électoraux. La politique a tout à y gagner.

  • Severin

    Sébastien: Et pourquoi Claude Allègre n’aurait-il pas le droit de dire son opinion? Pourquoi serait-il mal placé pour juger le travail de SR à l’époque où il n’était rien moins que son ministre de tutelle?
    C’est une attitude qui vous porte préjudice et qui est assez systématique chez les socialistes convaincus: « ah, vous n’etes pas d’accord? allez donc jouer avec vos camarades de droite! ». Il faut vraiment pas la contredire, la petite Ségolène, sous peine de se voir traité au mieux de démagogue et au pire de sale libéraliste fasciste.
    En tout cas, pour Ségolène qui a fondé son programme présidentiel sur de vastes consultations « démocratiques » d’opinions, ce comportement (que l’on entrevoit aussi chez elle) équivaut à se tirer une balle dans le pied…

  • Marie de P.

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, Louis. Il est dommageable que tout discours factuel doive être sans arrêt détourné et biaisé par des prises de positions partisanes. Qu’on soit de droite ou de gauche, la seule démarche qui montre un peu de sang-froid citoyen consiste à aller examiner les textes et les chiffres. Dès qu’on est concerné au premier chef par une réalité (le handicap par exemple), on a nécessairement un regard plus impliqué, et en général c’est une source de richesse. A condition de s’exprimer comme toi avec calme et conscience.

  • Patrick SANDI

    Dans le camp de la gauche, ils peuvent bien critiquer Ségolène, c’est eux qui l’ont poussée là où elle est est. Mais qu’est-ce qu’ils attendaient de plus ? A militants pitoyables idées pitoyables, à idées pitoyables candidats pitoyables. Et quel que soit le candidat qu’aurait proposé la gauche, on aurait eu le même programme de misère intellectuelle. Les Strauss-Kahn, Fabius, Lang, Jospin, Delors, Aubry, Dray § Cie peuvent bien se gausser et prendre un air suffisant, ils sont tout aussi incapables les uns que les autres. Il n’y a qu’à voir dans quel état ils mettent les régions qu’ils dirigent. Mauvaise gestion, explosion des impôts. Et quand il y en a un qui prend conscience des réalités, il rejoint le camp SARKOZY. Bravo BESSON. Ces vieilles et jeunes badernes d’éléphants moqueurs n’ont rien d’autres à proposer que la haine et des recettes radicales socialistes du passé. Comment ont-ils pu imaginer qu’ils allaient tromper les français avec cette godiche qui leur sert d’enseigne et ces bandes de crétins analphabètes qui haranguaient la foule à CHARLETY ? Quant à moi, ancien électeur de gauche passé à droite en 1993, à 55% SARKO et 45% pour SEGO, je vais recommencer à croire à la démocratie

  • >Patrick
    Comme pour Sebastien, à quoi bon s’en prendre aux personnes ? Battez-vous pour vos idées, les programmes que vous défendez, mettez-les en valeur, pointez les qualités de vos candidats et de leurs équipes, mais de grâce, épargnez-nous les attaques sans intérêt comme « bandes de crétins analphabètes » et autres facilités, ça ne sert ni vos idées, ni vos candidats.

    Les enjeux politiques sont dans les programmes et les équipes, pas dans les diatribes puériles et gratuites à l’encontre des adversaires politiques.

  • Merci pour les précisions que tu apportes sur ce sujet que tu connais bien. Je n’avais pas compris le fond du problème lors du débat. J’avais effectivement bien percuté sur la colère feinte. Le parrallèle avec le viol des femmes policier lors du débat, et l’appel récent à voter pour elle en pretextant justement des risques de violence en cas d’election de Sarkozy dénotent cet appétit de pouvoir. C’est cette attitude, couplée à l’incapactité des politiques de répondre avant tout à l’intéret du pays qui sont à la base de ma position personnelle. Je ne vote pas pour la première fois depuis une vingtaine d’année. Chirac a eu un mandat de 5 ans avec l’appui de l’assemblée et a peu fait évoluer le pays. Quant à la position de Sebastien, le courage en politque me semble de dépasser ses positions personnelles pour répondre à l’intérêt collectif. De bonnes idées se trouvent des deux côtés. Sebastien, auras l’honneté de soutenir des idées « de droite » ou bloquera tu systématiquement toute initiative venant de Sarkozy pour faire évoluer ton pays, en particulier en abondonnant des privilèges sociaux qui remontent à la sortie de la seconde guerre mondiale?

  • Pingback: Why I am not voting at franck perrier()