Microsoft Windows ou le Syndrome de Stockholm ?

A écouter autour de moi les gens parler de leurs aventures avec Windows, il me vient aujourd’hui une image, et si bon nombre des utilisateurs Windows étaient tout simplement sous l’effet du Syndrome de Stockholm ? 🙂

Le syndrome de Stockholm désigne la propension des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers à adopter un peu ou tous les points de vue de ceux-ci.

Ce comportement paradoxal des victimes de prise d’otage a été décrit pour la première fois en 1978 par le psychiatre américain F. Ochberg qui lui donne ce nom syndrome de Stockholm, en relation avec un fait divers ayant eu lieu dans cette même ville.

Inversement, le syndrome peut s’appliquer aux ravisseurs, qui peuvent être influencés par le point de vue de l’otage.

Source : Wikipedia « Syndrome de Stockholm« 

Sérieusement, ça ne vous parait pas une évidence ? Allez, Digguez nous ça sur Wikio 🙂

Christophe, Jeremy, Julien, Olivier, pardon 😉

  • il y a plus qu’a esperer que la dernière partie s’applique aussi :
    Inversement, le syndrome peut s’appliquer aux ravisseurs, qui peuvent être influencés par le point de vue de l’otage.

    Moi j’ai un peu l’impression que c’est aussi le cas avec apple qd je regarde ma famille qui ne veut plus sortir. Meme pas un petit jailbreak.

  • >Leafar
    Et bien justement, c’est là que je trouve qu’on est complètement dans le Syndrome de Stockholm.

    « Inversement, le syndrome peut s’appliquer aux ravisseurs, qui peuvent être influencés par le point de vue de l’otage. »

    L’utilisateur ne sait pas innover. Il ne faut pas penser comme un utilisateur, mais penser pour l’utilisateur, se mettre à sa place dans l’usage mais pas dans le processus d’innovation. Il faut analyser finement son comportement et ce qu’il exprime, anticiper ses besoins, et ne pas se calquer sur ce qu’il sait seulement exprimer. En l’occurrence, j’ai bien peur que Microsoft soit très influencée par le point de vue de l’otage.

    Concernant le jailbreak, c’est une autre histoire, c’est ma psychothérapie de la 40aine 🙂 Ayant commencé à tapoter sur un Apple ][ en 1979 et depuis avoir une certaine tendance à hacker pour le sport tout ce qui me passait entre les mains, arrivant à 40 ans j’ai quand même résisté à l’import d’un iPhone US depuis le 29 juin, j’ai acheté un iPhone Orange le jour J(-1), et je ne l’ai toujours pas jailbreaké afin de l’utiliser comme Monsieur Toutlemonde et en dégager un regard critique d’utilisateur standard 🙂
    Vivement février hein…

  • Si on commence à entrer dans la symbolique profonde alors il faut aller jusqu’au bout et se souvenir de cette envolée sémiotique d’Umberto ECO, qui si elle date un peu conserve une pétillante saveur…

    « La dichotomie Mac/DOS a disparu depuis 94, mais elle devait être pertinente à l’époque. Je me demande dans quelle mesure on pourrait transposer à une autre guerre sainte, Linux vs. Windows®)

    Une attention trop faible a été accordée à la nouvelle guerre religieuse souterraine qui transforme le monde moderne. C’est une de mes vieilles idées, mais je découvre qu’à chaque fois que j’en parle aux gens, ils sont d’accord avec moi.

    Le fait est que le monde est divisé entre les utilisateurs d’ordinateurs Mac et les utilisateurs d’ordinateurs compatibles MS-DOS. Je suis entièrement convaincu que le Mac est Catholique et le DOS Protestant. En effet, le Mac est contre-réformiste et a été influencé par le « ratio studiorum » des Jésuites. C’est un système gai, convivial, amical, il dit au croyant comment il doit procéder étape par étape pour atteindre – sinon le Royaume des Cieux – le moment où le document est imprimé. C’est une forme de cathéchisme : l’essence de la révélation est abordée au moyen de formules simples et d’icônes somptueuses. Chacun a droit au Salut.

    DOS est Protestant, voire Calviniste. Il permet la libre interprétation des écritures, réclame des décisions personnelles difficiles, impose une herméneutique subtile àl’utilisateur et tient pour acquis que tout le monde ne peut pas atteindre le Salut. Afin de faire fonctionner le système, il faut interpréter soi-même le programme : loin de la communauté baroque des fêtards, l’utilisateur est enfermé à l’intérieur de la solitude de ses propres tourments.

    On pourrait répondre que, avec le passage à Windows, l’univers DOS finit par ressembler davantage à la tolérance contre-réformiste du Macintosh. C’est vrai : Windows représente un schisme de type Anglican, avec cérémonies en grandes pompes dans la Cathédrale, mais il reste toujours une possibilité d’un retour au Dos pour changer les choses en accord avec les décisions étranges; quand c’est le cas, vous pouvez décider d’autoriser les femmes et les homos à être ministre du culte si vous le souhaitez.

    Et le code machine, qui est la clé des deux systèmes (ou environnements, si vous préférez) ? Ah, il est lié a l’Ancien Testament et il est talmudique et cabalistique… »

    Source: http://www.courtois.cc/humour/info_eco.html

    Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une Joyeuse Année 2008 avec Qipit !

    –/p

  • >Philippe
    Merci pour cette excellente citation. Quelle plume cet Umberto Eco, et d’une subtilité avec ses références religieuses. Je crois l’avoir vu passer il y a très longtemps, mais c’est une vraie redécouverte.

    Tiens, du coup, vous avez vu que Tony Blair est passé sur Mac ? 🙂

  • Lorenzo

    … tenté de dire ses utilisateurs de Mac qu’ils presentent pour la plupart tous les symptomes d’un état proche de l’hypnose alors que ceux de linux semblent plutôt chercher à resoudre une boite Lemarchand et à rencontrer Pinhead
    Curieusement ma préférence va à l’affreux.

    PS: Louis, ton blog à une fâcheuse tendance à ouvrir des fenêtres sporadiques malgrés la réticence prononcée de Firefox … c’est aigü comme symptome :/

  • >Lorenzo
    Chacun son affreux 🙂

    Pour les fenêtres sporadiques je n’ai pas été fichu de trouver d’où ça venait, et j’ignore s’il y a un moyen de traquer le bout de script fautif. Sorry 🙁