Evénement, « Freeze, The World Is Going Too Fast » à Paris le 8 mars 2008

J’avais été bluffé par la vidéo du premier Freeze organisé à Grand Central Station à New York :

Charles Nouÿrit organise un Freeze à Paris le 8 mars et a demandé à ce qu’on relaie un peu l’information autour de nous.

Je n’ai pas beaucoup de temps en ce moment, ma nouvelle entreprise démarre très sérieusement (je communiquerai bientôt), et je n’ai pas le temps de rédiger un billet. Je copie donc ci-dessous le message de Charles :

Après avoir vu cette vidéo : http://tinyurl.com/2874tp
J’ai décidé de faire la même chose à Paris, au début ça devait être un délire entre potes, je pensais que l’on serait une petite cinquantaine…

Puis les Anglais s’y sont mis avec plus de 1000 participants, ensuite le buzz a commencé à prendre doucement sur Facebook autour de l’évènement avec à ce jour plus de 450 participants confirmés sur presque 4000 personnes invitées !!! et finalement aujourd’hui Ariel Wizman a parlé de nous dans L’Édition Spéciale à midi, ce qui a définitivement donné une autre envergure à ce petit délire… La vidéo : http://tinyurl.com/3dr2m4

Nous avons à ce jour une équipe complète de 8 caméramans, dont des professionnels de l’audiovisuel qui assureront en plus le montage final, mais aussi de nombreux photographes pros que l’on trouve sur Flickr (merci Shamir).

Si vous pouviez relayer l’info, ce serait super sympa, cet évènement est un Flash Mob et n’est pas dénaturée par la moindre marque, récupération marketing ou quoi que ce soit d’autre, le but est de s’amuser et de montrer au monde entier que les Français peuvent faire aussi bien si ce n’est mieux que le reste du monde.

Le lieu est tenu secret jusqu’au 7 mars, soit la veille de l’évènement qui sera le 8 mars à 14h dans Paris. Ce que je peux vous dire c’est qu’il sera hautement symbolique de Paris et avec plein de passants pour maximiser l’effet Freeze.

Pour s’inscrire, une seule solution, le groupe sur Facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=7960989587

J’en parle là : http://tinyurl.com/2kdxdn et puis là aussi : http://tinyurl.com/2ttmc9

Merci à tous pour votre coup de main, et j’espère vous y voir tous, ça va être un très grand moment !!!!
A+


Charles Nouÿrit

Après « entreprenaute », c’est au tour de « web réputation » !!

On vit une époque formidable… après l’affaire « entreprenaute », c’est au tour de « web réputation » de faire l’objet d’un dépôt à l’INPI permettant à son « propriétaire » d’emmerder le monde! (pardon, mais ça me saoule)

C’est à lire chez l’ami Jacques Froissant : « Votre Web Réputation d’Entreprenaute est en jeu !« 

De mon coté, je reçois un mail (moins violent qu’un AR mais même esprit que pour entreprenaute) disant ceci : « Dans votre article et vos titres vous utilisez le terme « web réputation « . Vous devez savoir que Monsieur X… est titulaire de la marque française « Web Reputation », déposée auprès de l’INPI. Nous ne demandons naturellement pas la suppression de cette mention ; en contrepartie, nous souhaitons qu’un simple lien sur les mots « web reputation » soit codé en direction du site x… » Je ne nommerais pas le site en question, mais c’est celui d’une société spécialisée dans la défense de la réputation (marque ou individu) sur internet !

Où allons nous à ce rythme ??

Je pense que le gars derrière ça n’a rien compris à la notion de « web réputation« , mais il risque fort de le comprendre vite.

« Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. » – Les Tontons Flingueurs, Michel Audiard
(Savourez donc le remix chez Pem un des Tontons du web français)

Deux coups de gueule en 24h ça fait beaucoup là…

Pas le droit d’utiliser le terme « entreprenaute » ??!!

Je vous invite à lire ce récit hallucinant sur le niveau de bêtise de certains : « Avoir le droit d’être un “entreprenaute” ? | mrboo.fr« 

J’ignore l’identité du plaignant (celui qui envoie l’avocat), mais il mérite d’être connu le plus largement possible!!

Quand je pense qu’à l’OpenCoffee nous somme tant d’entreprenautes à nous réunir sans savoir que nous risquons de recevoir un dossier plaignant de 50 pages et une demande de 15 000 € de dédommagement…!

En Amérique du Nord l’office québécois de la langue française intègre « entreprenaute » au dictionnaire, nous on a des gars qui se croient malins non seulement en déposant n’importe quel nom du langage courant, mais en voulant monétiser leur petit acte médiocre par des intimidations à la poursuite judiciaire dans le but d’extorquer 15 000 € en accord à l’amiable…. !!! HONTE HONTE HONTE !!!

L’avocat mérite d’être connu aussi, car conseiller un client en acceptant d’engager ce genre de démarches alors que le mot a intégré le Petit Robert… qu’il a été très largement utilisé avant dépôt à l’INPI… bref….

Entreprenautes de l’OpenCoffee réagissons, relayons l’info, postons sur nos blogs!!


entreprenaute


mot-valise, de entrepren(eur) et (inter)naute


Famille étymologique ð prendre, nef

v


Créateur d’entreprise sur Internet.

©Le Petit Robert

Analyse de l’offre de Microsoft sur Yahoo, et figure libre :-)

200802111719.jpg

Note : J’avais écrit ce texte avant le rejet de l’offre par Yahoo. Bien que cette nouvelle ne change rien à ce que j’ai écrit, le mentionner me semble utile.

Toutes les analyses de l’offre de Microsoft sur Yahoo la justifient par le retard important de Microsoft sur internet. Certes c’est évidemment la première justification qui apparaît, mais si on s’arrête là et qu’on réfléchit au résultat de cette intégration plus ou moins complète de Yahoo, on arrive, quelle que soit l’intégration en question, à douter du bien-fondé d’une si grosse opération, en tout cas à la considérer comme un challenge industriel très difficile à relever. Yahoo a mal négocié le passage de l’annuaire Web au Search, a mal géré l’intégration de tous ses services et de ses acquisitions, est passé à côté du Web 2.0 puis des Réseaux Sociaux. Microsoft n’a pas mieux réussi, son search piétine, Live survit, bref, je ne referai pas une énième analyse, on les trouve partout.

Mais ne sous-estimons pas l’intelligence des hommes clés de Redmond. Prenons un peu de recul, arrêtons de regarder Yahoo uniquement comme une figure emblématique de l’internet, complément rêvé pour un Microsoft qui n’arrive pas à s’imposer dans cette culture Web.

J’ai voulu essayer d’imaginer ce que Microsoft voit derrière, plus loin que ce qu’ils ont exprimé, là où le deal prendrait un sens profond et bien plus stratégique qu’il ne paraît déjà. Une hypothèse m’a tout de suite traversé l’esprit. Ce n’est qu’une pure hypothèse, mais, quel que soit son niveau de réalisme, elle a le mérite d’essayer de faire réfléchir un peu plus loin qu’un discours officiel, qui à ce stade premier de l’offre, ne peut révéler grand-chose d’une stratégie qui ne peut être que plus brillamment élaborée qu’elle ne le laisse paraître.

Microsoft a plusieurs sujets préoccupants qu’on peut intégrer dans la réflexion :

  • Windows Vista n’a pas rencontré le succès escompté.
  • Windows fait produit commun entre utilisation personnelle et utilisation professionnelle. Ce qui semblait un avantage, et fut instauré avec Windows XP, s’avère semer le doute chez les utilisateurs. L’OS devient trop lourd et pas assez « user friendly » pour un usage personnel. L’OS devient trop lourd et pas assez « secure » pour un usage professionnel.
  • L’image de Microsoft n’est pas excellente, mise à mal par les cabales anti-Microsoft, les procédures antitrust, la culture montante du Logiciel Libre et l’esprit « Open » du Web aujourd’hui.
  • La marque Microsoft cherche son image entre produits grand public et professionnels. Il n’est pas facile de vendre de la Xbox, et du serveur pro et autres progiciels sous une même marque.

Yahoo est une très belle société internet. Yahoo dispose d’une très bonne image, d’un capital sympathie très élevé, d’une identité visuelle agréable, beau logo chaud, rond, coloré, affectif. Yahoo est une marque très forte et qui est encore très sous-exploitée.

Alors quelle est la « big picture » ?

Et si l’acquisition de Yahoo était tout simplement, au-delà d’un renforcement de ses activités internet, la création d’une marque grand public globale pour Microsoft ?

Si Microsoft se recentrait en son nom propre exclusivement sur le marché pro, et que Yahoo devenait la marque grand public, affective, cool, innovante en termes d’usages ?

Yahoo pour les consommateurs.
Microsoft pour les professionnels.

Deux marques, deux images, deux marchés, des produits bien séparés, plus de confusion, l’un ne souffrirait plus de l’image de l’autre, et vice versa. Et là tout prend sens. Transfert rapide des actifs grand public vers Yahoo :

  • Yahoo Windows
  • Yahoo Xbox
  • Yahoo Games
  • et transfert de tous les actifs internet grand public.

Microsoft se focaliserait sur le marché pro en renforçant sa marque et son image.

Yahoo se focaliserait sur l’internet grand public, mais aussi tous les produits grand public.

Yahoo Windows : Il n’est pas question de transférer chez Yahoo la compétente OS, mais simplement de ne plus brander un « Microsoft Windows Vista Home Edition » mais un « Yahoo Windows ». Sur base de Microsoft Windows Vista le « Yahoo Windows » disposerait de sa propre interface. Grosse orientation Web de l’OS rhabillé, intégration de Yahoo Widgets, Yahoo Desktop, My Yahoo, etc.

En résumé :

  • Tout ce qui serait de marque « Microsoft » serait exclusivement professionnel.
  • Tout ce qui serait de marque « Yahoo » serait exclusivement grand public.
  • Transfert des actifs internet de Microsoft chez Yahoo.
  • Transfert des produits grand public chez Yahoo.
  • Régie publicitaire commune, fusion, intégration chez Microsoft.
  • Moteur de recherche commun, fusion, intégration chez Yahoo.
  • Produits vendus sous marque Yahoo, mais business unit et développement Microsoft : Xbox, Yahoo Windows, etc.

Avec un tel scénario, Microsoft restructure son offre, clarifie son message, gagne considérablement en image, et tire le meilleur de tout. Serait-ce la « big picture » précédant le départ de Bill Gates et posant Microsoft sur des bases solides pour poursuivre sa croissance ? J’en connais chez Microsoft qui vont se marrer en lisant cet article…

Votre avis ? (mis à part le côté peut-être farfelu de l’idée)

Esther Dyson, une femme brillante et passionnante

Esther Dyson.jpeg

Il est des rencontres qui nous grandissent.

Interview d’Esther Dyson, une femme brillante, aux activités multiples dont celle d’investisseur (Meetup, BrightMail vendu à Symantec, Orbitz vendu à Cendant, Medstory vendu a Microsoft, Technorati, BlogAds, Plazers, etc. la liste est très longue).

Une femme qui désormais s’intéresse plus aux enjeux de la connaissance du génome et ses implications en terme de santé publique, aux voyages dans l’espace, mais aussi à l’influence des technologies sur la société, qui s’intéresse à l’avenir des peuples et siège activement dans plusieurs associations comme l’Eurasia Foundation, la Long Now Foundation, le Santa Fe Institute et la Sunlight Foundation.

Je vous conseille quand vous avez 45 minutes de vous poser au calme et d’écouter cette excellente interview. Elle y aborde plusieurs sujets avec une clairvoyance rare.

Son interview commence à la 15e minute et se découpe en deux grandes parties :

Le génome et ses implications futures
15:00 Puting the genome up on the web

Facebook, Google, Microsoft, Yahoo, les réseaux sociaux, technologie et pays en voie de développement
27:53 Facebook, Google

32:20 Yahoo / Facebook, Yahoo missing being Facebook. Terriblement d’actualité…

34:10 Google biggest issue : personnalisation

42:40 Convergence “all have been said”, et son intérêt pour les pays émergents “what’s more interesting to me is looking outside the US”, l’Afrique

44:20 Téléphone mobile et internet, les pays émergents vont créer les nouveaux/meilleurs usages à venir. L’Inde, la Chine, le challenge de l’éducation, le respect de la science et du savoir

51:30 Sommes-nous proches de l’intelligence artificielle ?

Petite citation au passage :

“The other guys they think that communication is the way to get information, and we think information is a way to faster communication between people”.

Marc Zucherberg – fondateur de FaceBook

Et Esther Dyson aime le Mac 😉

esther_dyson.jpg