Pourquoi je n’achète pas le iPhone 3G

tomtom-iphone.jpg

Je suis l’heureux possesseur d’un iPhone 1.0 acheté chez Orange dès sa sortie, et cet outil a fondamentalement changé beaucoup de choses, petit à petit, insidieusement. Si je devais faire un parallèle, je dirais que l’iPhone a un impact social, personnel et professionnel qui peut se comparer à l’adoption de mon premier téléphone portable (GSM) en 1993 ou 1994, comparable donc au passage de la téléphonie fixe à la téléphonie mobile, il s’agit de la naissance du Web Mobile, internet au creux de la main partout à toute heure. Mais ceci n’est pas l’objet de ce présent post.

Par rapport au iPhone1.0, le iPhone 3G apporte deux choses essentielles :

  • La 3G
  • Le GPS

et quelques détails de moindre importance :

  • Un design légèrement revu avec l’adoption d’une coque plastique noire (ou blanche)
  • Une prise casque standard

Les détails de moindre importance sus-nommés ne justifient pas à mes yeux un passage au iPhone 3G.

En revanche, la 3G et le GPS sont des fonctionnalités majeures qui pourraient justifier l’achat du dernier iPhone. Mais pour ma part cette tentation de l’upgrade est tempérée ainsi :

  • 3G
    • Autonomie : La 3G est une technologie qui est encore très consommatrice d’énergie, elle divise quasi par deux l’autonomie, ce n’est pas spécifique au iPhone, mais ça touche de fait le iPhone 3G. L’autonomie est un élément très important sur un smartphone.
    • Débit : Le débit en 3G est certes supérieur au EDGE, notamment sur des tests en « burst mode » où on mesure le temps nécessaire à charger une quantité importante de données. Mais dans un usage quotidien rares sont les moments où on a une réelle quantité de données à charger en une fois. Le chargement des mails n’est que légèrement accéléré par la 3G (et imperceptible en « push mail »…), et l’accès à la plupart des applications web voit un gain honnêtement perceptible, mais pas fondamental.
    • Conclusion : Le gain en débit ne suffit pas à accepter une perte d’autonomie de l’ordre de 50% et plus. Si je possédais un iPhone3G, je désactiverais l’option 3G (comme de plus en plus d’utilisateurs) pour ne la réactiver que dans les rares cas où par exemple j’ai un .DOC ou .PDF >5 Mo en pièce jointe à télécharger.
  • GPS
    • Piéton : En usage piéton le GPS est certes un confort de précision, mais le système de géolocalisation par double triangulation GPRS + WiFi intégré au iPhone 1.0 est déjà extrêmement efficace et bien suffisant.
    • Voiture : C’est vraiment là que le GPS prend tout son sens. Mais hélas, à ce jour, il n’existe pas d’application de navigation GPS dite « turn by turn » sur le iPhone. Autant l’application « Plans » du iPhone utilisant Google Maps est très utile en usage piéton, ou pour consulter une carte, autant elle est inexploitable pour la navigation en voiture.
    • Conclusion : Le GPS du iPhone prendra réellement tout son intérêt lorsque les premières applications de navigation GPS apparaîtront, et nous sommes nombreux à espérer l’arrivée de TomTom.

En conclusion, mon achat du iPhone 3G est conditionné à la sortie de TomTom pour iPhone… et en attendant, mon iPhone 1.0 dispose de tout ce dont j’ai besoin, notamment de l’autonomie qu’a perdu le iPhone 3G. Et en voiture mon bon vieux Tréo 650, avec TomTom en mémoire, vit une retraite active comme GPS embarqué.

  • Si tu voulais été précis tu aurais du titrer : « Pourquoi je n’upgrade mon iPhone vers la version 3G » 😀

  • C’est en partie pour éviter de me retrouver dans ce dilemme que j’ai attendu le nouveau modèle avant de passer à l’iPhone. Par expérience, les nouveaux produits super innovants, notamment chez Apple, sortent souvent en premier lieu avec de grosses lacunes et un prix exorbitant, donc pour moi tout se passe comme prévu.

    Mais je comprends que tu ne switch pas, et si tes arguments sont rationnels, je suis sûr qu’une petite amertume lié au prix déboursé pour le premier modèle vient s’y ajouter.

    Cela dit, je viens de mettre mon iPhone 3G+GPS à l’épreuve des vacances et je peux te rassurer sur l’autonomie (même si à un moment j’ai eu peur). Si tu es en full mobilité pendant plusieurs jours avec ton iPhone 3G comme seule source pour checker les mails, lire les flux RSS, browser le Web et GPS piéton, sans se retenir, l’autonomie avec 3G activée tient tout juste une journée (warning des 20% autour du diner), donc le strict minimum pour un smartphone – mais je souligne qu’il s’agit de partir 1 semaine sans laptop, donc utilisation de l’iPhone en substitut du Mac !
    En revanche, en complément de mon ordinateur connecté au net qui va récupérer mes mails et mes flux RSS et sur lequel je me tourne naturellement pour browser le Web, l’iPhone 3G tient 2 jours avec une marge > 20% (donc peut-être 3 jours ?). Donc personnellement je considère qu’Apple ne s’est pas trop moqué de nous autres acheteurs du modèle 3G.

    Enfin, tu oublies un cas d’usage de la 3G dans ton exposé : à savoir pour charger une page Web. En effet, browser le Web « pour de vrai » est insupportable en EDGE car c’est aussi lent que nos vieilles connexions 56K alors que les sites sont beaucoup plus lourds qu’à l’époque ! C’est genre clique sur le lien et va te faire un café pour voir si la page s’est chargée en revenant. En 3G le browsing « pour de vrai » est agréable, et me rappelle l’expérience fluide de nos premières connexions ADSL 512K. Donc le passage de l’un à l’autre rappelle de très bons souvenirs 🙂 En tout cas suffisamment j’en suis convaincu pour ne pas regretter une upgrade en mettant son mouchoir sur le prix payé pour le ticket « early adopter » de l’iPhone 1ère génération.

  • C’est quand même dommage de conditionner l’upgrade de son iPhone au logiciel TomTom alors que celui est disponible partout. Ça sent le gars qui cherche une excuse…

    Pour le reste, niveau autonomie, j’attend de voir… ça fait même pas une semaine que j’ai mon iPhone et après avoir passé une soirée complètes à downloader des applications en Wi-fi il est vraie que la batterie à morflé. Je pars une semaine en vacances bientôt et ce sera pour moi le vrai test mobile, d’ici là je vais essayer de contrôler mon utilisation car c’est sur que plus on l’utilise et plus l’autonomie descend.

  • Le design de la première génération est plus réussi à mon goût.

    Le dos de l’iphone 3G fait un peu plastoc et marque affreusement les empreintes digitales ! Comme si ça suffisait pas avec l’écran…

  • Le fond en métal c’est vrai que c’est plus classe, mais ça glisse à fond. Les iPhone v1 m’ont plusieurs fois glissé de la main et je ne suis pas le seul.
    Au prix qu’ils coutaient, bonjour la honte quand vous envoyez l’iPhone de votre ami valdinguer !

  • J’ai acheté mon iPhone 3G il n’y a que trois semaines, mais comme toi j’ai déjà trouve que:

    cet outil a fondamentalement changé beaucoup de choses, petit à petit, insidieusement.

    Mais ici en Grande Bretagne, ou le projet de métrisation est stoppé depuis plusieurs d’années, on doit toujours utiliser les unités impériales pour la navigation (si c’est le mot juste?) sur la route. Et l’application « Maps » (« Plans » en Français) utilise aussi cette vieux système.

    Car je ne trouve aucune mention sur l’Internet, je voudrais savoir si l’application « Plans » sur les iPhones qui se vendent dans les autre pays d’Europe utilise seulement les unités metriques, parce que je voudrais vraiment pouvoir changer d’unités quand je fais un trajet en voiture en France!

  • J’ai fini par craquer et changé le v1 pour le 3G – je ne regrette pas du tout 🙂

    En utilisation courante (téléphone/mails/assez peu de surf) je n’observe pas vraiment de différence d’autonomie avec la v1, mais par contre quel confort! C’est infiniment plus rapide!

    Bon par contre si on se laisse piéger à télécharger des jeux, la batterie file très vite!(mention spéciale à Dactyl, Cube et TapDefense) .. mais pas plus que la v1 je pense 🙂