Santé Service : quand les protocoles ignorent l’humain, ou histoire de la dégradation des soins fondamentaux

Mise-à-jour du 26/06/2011 -> Santé Service : Bilan à 10 jours, et interlocuteur de qualité

 

Écrire ces lignes m’est insupportable, tant la violence de ce que je vis depuis deux semaines m’a sérieusement ébranlé, tout ceci me replongeant dans les pires moments de ma vie, 27 ans en arrière. Mais c’est en décrivant l’épreuve, en faisant fi de ma pudeur et de ma grande discrétion que j’ai une chance d’être entendu, et éventuellement que ça serve à d’autres.

(ceux qui me connaissent peuvent sauter ces paragraphes pour aller directement plus bas à l’envers du décor)

Je suis entrepreneur, âgé de 43 ans, j’ai créé ma première entreprise à l’âge de 20 ans, j’ai également tenu des postes de direction entre deux aventures entrepreneuriales, et je me consacre depuis 5 ans à ma nouvelle startup.

Soucieux de contribuer à l’écosystème de la création d’entreprise et de partager mon expérience avec de jeunes créateurs, j’accompagne des startups de l’Incubateur Telecom, et j’ai fondé en 2007 le chapitre français de l’OpenCoffee Club, véritable bouillon de culture entrepreneuriale WEB sous forme de rencontres hebdomadaires autour de l’économie numérique.

Je travaille beaucoup, souvent jusqu’à 15 ou 16 heures par jour, souvent 7 jours sur 7. Je dévore la vie avec passion, mû par une énergie positive, constructive, et un optimisme communicatif. Je suis un homme volontaire, courageux, à l’écoute des autres et disponible.

Je crois être un professionnel reconnu et respecté. C’est ainsi que j’ai été invité à participer en 2008 à une table ronde sur l’entrepreneuriat avec François Fillon et Éric Besson, que j’étais convié à l’Élysée pour l’annonce du Plan Numérique 2012, qu’il m’arrive régulièrement de participer à des évènements organisés sous les ors de la République, qu’on m’a demandé d’animer une conférence au prestigieux Institut Multi-Médias, ou que dans son magazine “Regard sur le Numérique” Microsoft m’a consacré un portrait en octobre 2009.

L’envers du décor :

Derrière ce portrait se cache une particularité, que je n’ai jamais mise en avant, que j’occulte de toute mon énergie au point de l’oublier moi-même, et qui, ultime aboutissement, est souvent oubliée ou devenue invisible à mes collaborateurs et mes proches.

Je suis tétraplégique, depuis l’âge de 16 ans, suite à un accident de sport en 1984. Je n’ai qu’un usage partiel de mes bras et pas l’usage de mes doigts. Je me déplace en fauteuil roulant électrique.

À 16 ans, frappé lourdement par ce handicap, après plus d’un an d’hospitalisation, je suis parti sans relâche dans une course contre mon handicap, vers l’acceptation d’un nouveau corps, la reconquête de mon identité, et la reconstruction de ma vie. J’ai poursuivi mes études, puis, pressé par l’envie d’autonomie, j’ai vite créé ma première entreprise à 20 ans. J’ai aménagé ma vie pour repousser les limites du handicap, et vivre le plus normalement possible.

Mon handicap n’existe que 2h par jour.
30 minutes le soir où j’ai besoin de l’aide d’un tiers pour me coucher, 1h ou 1h30 le matin pour qu’on me lève, douche, habille, et assoie au fauteuil.
Depuis 25 ans, la douche quotidienne me mets en paix avec mon corps, me procure le bien-être qui, associé à un habillage impeccable, me donnent confiance en moi pour dérouler des journées chargées où mon handicap disparaît pour laisser place à l’homme en marche.
J’ai une voiture aménagée que je conduis et qui m’offre une totale autonomie dans mes déplacements quotidiens.

Aux bons soins de Santé Service :

Il y a quinze jours tout s’est effondré.
Santé Service, l’organisme qui me prodigue les soins infirmiers quotidiens, a décidé unilatéralement de m’imposer un “protocole de soins” qui régirait désormais ma vie comme suit :

  • 1 seule douche par semaine.
  • toilette au lit avec cuvette et gant de toilette.
  • lit médicalisé imposé en lieu et place de ma literie.
  • tablette roulante d’hôpital.
  • couché à 22h, et parfois 21h.
  • suppression du levé “prioritaire” le matin en début de tournée, ce qui me vaut d’être régulièrement prêt à seulement 10h45 ou 11h.

Voilà comment de personne avec ses besoins propres à chacun, on devient protocole de soins aveugle et sourd.

1 douche par semaine :

À l’heure à laquelle j’écris ces lignes, le 13 juin 2011, ma dernière douche date du mercredi 8 juin, je suis au 5e jour sans douche, et la prochaine est programmée vendredi 17 juin. J’ai les cheveux et le cuir chevelu dans un état indécent, collés, gras, et malodorants. Mon corps sent un désagréable mélange de savon et de sueur, ça me démange et me pique, je me sens mal, sale et très inconfortable.

En l’état il m’est strictement impossible de travailler. Je ne peux décemment pas me présenter en rendez-vous ainsi, le cheveu gras, hirsute, et malodorant. C’est indigne !!
Depuis deux semaines je n’ai fait que 3 jours de rendez-vous à l’extérieur, coïncidant avec les 2 douches, le reste du temps je travaille de chez moi.

En 2011, comment peut-on en arriver à une telle aberration ? 1 douche par semaine !

Tout mon entourage est scandalisé, me voyant ainsi négligé, les cheveux indécemment sales, alors que j’ai toujours été impeccable. Les gardiens de la résidence, les voisins de l’immeuble, les commerçants de mon quartier, tout le monde m’a demandé ce qu’il m’arrivait, si j’étais tombé malade !! J’ai honte, je restreins mes sorties, je mets une casquette. Régression.

Toilette au lit :

Quiconque a connu la toilette au lit, cuvette et gant de toilette, rinçage approximatif, sait à quel point c’est désagréable et inconfortable.

J’ai beau m’opposer formellement à ce traitement, il m’est imposé, je suis totalement dépendant. Faisant suite à mes plaintes répétées, Santé Service a toutefois décidé que je bénéficierai d’un second shampoing par semaine, mais au lit !! Un shampoing au lit !! Rien, rien de mon état n’impose un tel traitement.

Une partie du personnel préfère me donner une douche, bien plus rapide, bien plus pratique, et la satisfaction de prodiguer des soins de qualités, mais la direction a interdit toute initiative.
Le personnel a obligation de faire ma toilette au lit !!

Ma douche n’a toujours nécessité qu’une seule personne. Il n’y a, à aucun moment, de manipulation nécessitant de porter une quelconque charge. On me déplace du lit à la baignoire avec un soulève-personne, m’asseyant dans la baignoire, on me douche, et retour au lit pour l’habillage. Le transfert lit/baignoire prend 2 minutes grand maximum.

Pour la toilette au lit la direction de Santé Service envoie 2 personnes, au lieu de 1 précédemment pour la douche ! Ils doivent me retourner dans le lit à plusieurs reprises, pour la toilette et l’habillage, ce qui n’a jamais été nécessaire avec la douche. Il leur faut faire plusieurs aller-retour avec des cuvettes d’eau entre la salle de bain et la chambre. Pour le shampoing hebdomadaire au lit, ils doivent me pivoter à 90° en travers du lit, tête pendante au bord du matelas, pour laver les cheveux avec une bouteille d’eau !!

Rien dans mon état de santé n’impose cette épreuve. Je ne suis pas grabataire, et encore moins en fin de vie.

Des centres de rééducation fonctionnelle aux maisons de retraite on incite les personnes à se doucher. Toutes les études sur le sujet mettent en avant le rôle fondamental de la douche et tendent à proscrire les toilettes au lit.

Dans la douche, le me rasais seul, je me lavais et séchais le visage, autant de gestes pour maintenir ce qu’il reste d’autonomie. Et encore, il y a quelques années je me lavais seul les ⅔ de mon corps, mais certains aides-soignants estimaient que j’étais trop lent, alors on a restreint mes interventions au rasage et au visage…!! De quoi désespérer tout médecin de rééducation et ergothérapeute. Où est le respect de l’autonomie du patient ?

Voilà 25 ans que je prends une douche tous les matins, et c’est probablement l’un des droits les plus fondamentaux.

Lit médicalisé :

Santé Service m’a imposé le retrait de mon confortable lit.
J’avais un lit double de 160, électrique, matelas jointifs, permettent de surélever individuellement du côté gauche ou droit le buste ou les jambes, accessoire précieux pour le confort du couple face au handicap.

On m’a donc imposé un lit médicalisé, plus petit (140), d’un seul tenant, donc sans possibilité de relever le dossier individuellement, et qui ne me permet plus de relever les jambes électriquement alors que c’est de temps en temps nécessaire pour soulager les jambes enflées d’un gaillard de 1m90.

Enfin, ce lit médicalisé, qui ne comporte pas de sommier à lattes ou ressorts, mais des poutres en acier totalement rigides, a été livré avec un matelas plus dur que des tatamis de judo.
Je me brise le dos et souffre chaque nuit des points d’appui, d’autant que les nouveaux horaires de Santé Service m’alitent désormais 12 heures voire 13 heures par jour !!

Tablette roulante d’hôpital :

Imposée par Santé Service pour poser les cuvettes pour la toilette au lit, et associée au lit médicalisé, ma chambre est ainsi devenue une chambre d’hôpital. Et encore, j’ai pu déjouer la demande de Santé Service de retirer mes meubles de la chambre pour que le personnel puisse faire le tour complet du lit durant la toilette !!

J’ai vécu plus d’un an à l’hôpital en 1984 après mon accident, j’y ai de douloureux souvenirs, et j’ai tout sauf envie que ma chambre à coucher, à mon domicile, mon havre de paix et mon intimité, deviennent le reflet d’une chambre d’hôpital !!

Couché à 22h00, et parfois 21h00 :

Jusqu’à présent j’étais couché autour de minuit, souvent 1h du matin, horaires parfaits pour assumer ma charge de travail et également disposer d’une vie sociale.

Couché à 22h00, ça m’impose de partir vers 21h00 pour rentrer chez moi. Ça ne laisse ainsi place à aucune réunion tardive, aucun cocktail, aucun dîner en ville, aucune sortir cinéma ou théâtre, et donc aucune vie sociale. Voilà maintenant 2 mois qu’on m’impose un coucher à 22h00, et que ma vie sociale n’est plus.

Enfin, en étant couché à 22h00 et sorti du lit à 9h dans le meilleur des cas, je passe donc 11 heures au lit, voire 12h quand on m’a couché à 21h00 !! Tétraplégique, je ne peux me retourner seul pour changer de côté et soulager les points d’appui, je reste donc 11 heures dans la même position, une aberration en terme de prévention des problèmes cutanés et articulaires.

Levés tardifs le matin :

Même si j’avoue que je préférerai être levé à 6h ou 7h, le personnel de Santé Service n’embauche qu’à 8h, soit! Mais pendant de nombreuses années, les horaires furent respectés par un personnel compréhensif, et chaque matin j’étais opérationnel à 9h, ou 9h30 au plus tard selon les soins.

Désormais, je suis aléatoirement levé tard, en fonction du personnel qui vient chez moi. Certains s’arrangent pour être là tôt, comme ils avaient l’habitude de le faire, compréhensifs, et qui trouvent la valorisation de leur travail difficile par le bien-être physique et psychologique de leurs patients. D’autres n’en ont que faire, et arrivent à 9h45, triomphants, dopés par ce pouvoir absolu qu’ils ont sur les patients, cloués au lit et totalement dépendants.
Les week-ends ne font pas exception à la règle des levés tardifs, et quand on est couché à 22h on a tout sauf envie de traîner au lit le matin…

Enfin, Santé Service a imposé aux désormais 2 personnes qui viennent me lever de s’attendre mutuellement en bas de chez moi, et de ne monter commencer les soins que quand les 2 personnes sont réunies. Ce matin, la première est arrivée à l’heure, à 8h pile, mais la seconde n’est arrivée qu’à 8h40. Il a donc fallu attendre 40 minutes la seconde aide-soignante !!
40 minutes de perdues pour moi, 40 minutes de perdues pour l’aide-soignante ponctuelle.

Conséquences sur l’entourage proche :

Je ne rentrerai pas dans les détails de ma vie affective, mais quid de la jeune femme qui partagerait ma vie ? Il ne faut pas oublier que les soins à domicile transpercent l’intimité du foyer, et leur qualité, qu’elle soit négative ou positive, se répercute sur l’entourage. Ce que j’endure là, elle doit l’endurer aussi, et fort heureusement, si moi je ne peux pas échapper à mon handicap, elle le peut…

Look Mom, no handicap ! :

Autre victime collatérale, ma mère, dont on a fêté les 82 ans samedi dernier, avec moi étant dans un état d’hygiène (notamment capillaire) totalement indigne. Ma mère qui ne m’avait pas vu ainsi depuis les heures sombres de mon accident, pour ses 82 ans a passé sa journée à se remémorer 27 ans de parcours de son fil et être assommée par la violence du changement de vie qui s’est opéré en 2 semaines.

Ma mère, dont je voudrais tant que le jour où elle partira, elle parte en paix rassurée sur l’avenir de son unique enfant. Je n’ai cessé durant ces 25 dernières années de lui montrer que j’avais une vie extraordinaire, aujourd’hui tout ce travail s’effondre, elle sait plus que jamais que tout ceci tient à un fil, et que je reste totalement au bon vouloir de ceux qui devront me lever et me coucher.

Déclaration des droits des personnes handicapées (extraits) :
Adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies, le 9 décembre 1975

Article III
Le handicapé a essentiellement droit au respect de sa dignité humaine. Le handicapé, quelles que soient l’origine, la nature, et la gravité de ses troubles et déficiences, a les mêmes droits fondamentaux que ses concitoyens du même âge, ce qui implique en ordre principal celui de jouir d’une vie décente, aussi normale et épanouie que possible.

Article V
Le handicapé a droit aux mesures destinées à lui permettre d’acquérir la plus large autonomie possible.

Article VI
Le handicapé a droit aux traitements médicaux, psychologiques et fonctionnels, y compris aux appareils de prothèse et d’orthèse ; à la réadaptation médicale et sociale ; à l’éducation ; à la formation et à la réadaptation professionnelle ; aux aides, conseils, services de placement et autres services qui assureront la mise en valeur maximale de ses capacités et aptitudes et hâteront le processus de son intégration ou de sa réintégration sociale.

Article VII
Le handicapé a droit à la sécurité économique et sociale et à niveau de vie décent. Il a le droit, selon ses possibilités d’obtenir et de conserver un emploi ou d’exercer une occupation utile, productive et rémunératrice, et de faire partie d’organisations syndicales.

Article VIII
Le handicapé a droit à ce que ses besoins particuliers soient pris en considération à tous les stades de la planification économique et sociale.

Article X
Le handicapé doit être protégé contre toute exploitation, toute réglementation ou tout traitement discriminatoire, abusif ou dégradant.

Santé Service : il y a-t-il un pilote dans l’avion ? :

Non. Avant d’en arriver à rendre public cette histoire ahurissante, d’étaler ainsi ma vie privée, j’ai bien tenté tout ce qui était possible auprès de Santé Service. Je me suis d’abord opposé fermement à tous ces changements, mais on ne m’a simplement pas laissé le choix.

J’ai évidemment tenté d’en référer à la hiérarchie, mais c’est justement cette hiérarchie, les deux directrices d’unité et le médecin-conseil qui sont venus m’annoncer ma nouvelle vie, “le protocole”. Aucun dialogue, aucune écoute, je n’ai pas même décelé un semblant de gène de leur part annonçant à un homme actif de 43 ans qu’il ne serait désormais douché qu’une fois par semaine, qu’il serait lavé au lit comme un mourant ou grabataire, qu’on le coucherait désormais à 22h, et 21h les 3 jours suivant l’annonce, qu’il fallait qu’il prenne ses dispositions le matin, car l’horaire de levé ne serait plus prioritaire, et qu’un lit médicalisé lui était imposé. Rien.

Voici comment Santé Service présente son activité :
http://www.santeservice.asso.fr/pageLibre00010013.html

Santé Service assure au domicile du patient, dans des conditions de sécurité et de confort psychologique, tous les soins médicaux et paramédicaux prescrits par un médecin hospitalier ou libéral.
Santé Service assure à la fois une mission de soin, mais aussi une mission de soutien de la personne en favorisant le maintien du malade au cœur de son environnement familial et social.

Charte des valeurs de Santé Service (extraits)
http://www.santeservice.asso.fr/pageLibre00010018.html
http://www.santeservice.asso.fr/iso_album/charte_des_valeurs.pdf

Le respect de la personne et de son entourage : Intervenant au domicile de la personne malade, Santé Service s’appuie prioritairement sur le consentement et sur le respect de la personne et de son entourage à travers les droits reconnus du malade.
Soucieuse de respecter la dignité et l’autonomie du malade, Santé Service met tout en œuvre pour favoriser son information.
La qualité de la pratique professionnelle : Le respect de la personne malade réside en particulier dans la qualité des pratiques professionnelles apportées en réponse à la pathologie traitée.
Santé Service met tout en œuvre pour donner du sens au travail et aux missions de chacun et promouvoir un esprit d’équipe favorable à la réalisation des missions de tous.

Accompagner

  • Placer le malade au centre de la prise en charge
  • Adopter une attitude bientraitante et non discriminante
  • Favoriser l’écoute du malade et de son entourage
  • Respecter et faire respecter les droits du malade et notamment son droit à l’information
  • Etre disponible et réactif pour apporter un soin de qualité

Soigner

  • Garantir la qualité des soins et la sécurité du malade
  • Evaluer précisément les besoins du malade
  • Respecter les bonnes pratiques et notamment les précautions d’hygiène et de sécurité
  • Evaluer les pratiques professionnelles
  • Mesurer la satisfaction du service rendu

Sa dynamique Qualité et Gestion des Risques : Santé Service exerce ses activités dans un souci constant d’amélioration de la qualité de ses services.

Elle repose sur 4 axes fondamentaux :
– L’écoute des « clients » pour pouvoir répondre à leurs besoins,
– Le respect des droits des patients,
– La mise en oeuvre d’un système de pilotage de la qualité et prévention des risques efficace,
– Le développement d’une dynamique d’évaluation pour améliorer durablement le service rendu aux patients.

Manuel de management de la qualité et de la prévention des risques
http://www.santeservice.asso.fr/iso_album/ss_qualite_web.pdf

Le patient au cœur du processus de prise en charge :

Placé sous le pilotage de la direction des soins, de la clientèle et du Président de la
commission médicale, le processus de prise en charge a pour cœur la satisfaction du patient. Ledit processus est décrit, maîtrisé, mis sous contrôle, et évalué au moyen de procédures, protocoles, évaluations, indicateurs, audits cliniques…

Même si la prise en charge est pluridisciplinaire en faisant intervenir des compétences différentes correspondant à l’état de santé du patient et à son suivi, elle reste individualisée autour d’un projet de soins personnalisé établi dès l’admission avec le médecin prescripteur et le patient. Le consentement de ce dernier est recueilli et son information se fait tout au long du séjour. L’écoute est quotidienne.

Manifestement, il y a un sérieux décalage entre les différentes chartes de Santé Service et ce qu’ils viennent d’appliquer chez moi.

Vous allez vous y faire :

“Vous allez vous y faire” m’a-t-on répété à nombreuses reprises, “c’est une question de temps”.
Cette réponse est insupportable !

Un matin une aide-soignante s’est indignée que je demande plusieurs rinçages, m’indiquant que j’étais un privilégié, « les autres patients on ne les rince qu’une fois et ça va très bien ».

La même m’a dit : “S’il y a 20 ans ils n’avaient pas fait l’erreur de vous mettre à la douche, nous n’en serions pas là aujourd’hui, vous seriez habitué à la toilette au lit, et il n’y aurait pas ce problème de douche. Si j’avais été là, comme aujourd’hui, je m’y serais opposé fermement.”

Handicap et travail :

“Mais Monsieur van Proosdij, peut-être faut-il arrêter de vous leurrer, et accepter que votre handicap ne vous permet peut-être pas de travailler à temps plein comme vous vous entêtez à le croire depuis des années”

À quoi bon que gouvernements de droite et de gauche parlent de l’insertion professionnelles des personnes handicapées, si on ne peut être levé à temps pour travailler, et que des Santé Service trouvent normal de supprimer la douche quotidienne ?

Le pire ne peut s’écrire :

Le tableau est plus sombre encore, il y a quantité de détails sordides, intimes, ou médicaux, mais qui n’ont vraiment rien à faire sur mon blog, livrés publiquement.

Je consigne tous ces détails pour quelque autorité serait amenée à se pencher sur le problème.

Pudeur et amour propre :

J’aurais bien voulu ne jamais devoir étaler tout cela publiquement, ma vie, mon intimité. Je vais mettre beaucoup de temps à accepter l’idée que j’ai publié ce récit, et que ceux qui l’ont lu ne l’oublieront pas et ne me verrons plus vraiment comme avant. Maintenant vous connaissez une partie de l’envers du décor, ce n’était nécessaire ni pour vous, ni pour moi.

Pourquoi parler ? :

Je suis brisé, j’ai replongé 27 ans en arrière dans un passé oublié à grands frais.
Il faut 25 ans pour se construire, jour après jour, s’éloigner du passé, se rassurer sur une qualité de vie stable à même de créer un contexte favorable à une vie épanouie, équilibrée, en sécurité.

En 2 semaines de ce cauchemar insupportable, j’ai perdu confiance, perdu confiance en cette vie meilleure que j’ai construite, perdu confiance en moi et mes capacités.

J’étais persuadé que j’étais en sécurité, que les choses allaient de mieux en mieux dans la prise en charge de mon handicap. Certains voyages sont parfois techniquement difficiles, et il m’est arrivé de ne pouvoir me doucher durant 48h ou 72h enchaînant les escales, mais je savais que m’attendait chez moi la douche salvatrice, mon havre de paix où mon handicap se fait léger, tout léger.

En 27 ans, et surtout les premiers mois, puis les premières années, j’ai toujours fait face a tout, je n’ai jamais déprimé, infaillible, je prenais tout sur moi, et j’entraînais mes camarades de galère vers la lumière. Je n’ai jamais pris le moindre somnifère, pas le moindre antidépresseur.

Aujourd’hui je suis en souffrance, mon équilibre est rompu, je suis brisé, je suis un protocole.
Je ne veux pas de cette nouvelle vie que m’impose Santé Service, et que rien ne justifie.
Je n’ai pas d’interlocuteur, pas d’écoute chez Santé Service dans cette détresse.

Suis-je le seul ? :

Non, malheureusement. On trouve facilement des témoignages similaires dans les forums.

Voici un exemple, très proche du mien :
“Le cri du tétraplégique, le soir au fond de sa chambre…”
http://adepa.forumactif.com/t671-le-cri-du-tetraplegique-le-soir-au-fond-de-sa-chambre

Et maintenant, quelle suite ? :

Je vais saisir un certain nombre d’autorités, et de politiques, pour alerter, tenter d’inverser la situation, et faire en sorte que ça ne se reproduise pas pour d’autres.

Si dans vos connaissances vous pensez à des contacts utiles, si vous avez des contacts auprès de ces différents organismes, je vous remercie de faire suivre le message :

Des amis journalistes ?
Des amis spécialisés en droit des personnes ?

Tout conseil est le bienvenu.

J’ai un mot en tête pour qualifier tout cela, je n’ose l’écrire…

  • Anonyme

    Bonjour Monsieur van Proosdij Duport,

    Courte présentation; chargée d’insertion au sein d’un ESAT de transition ayant pour public des personnes porteuses d’un handicap psychique et conjointe d’une personne tétraplégique, je ne suis pas arrivée à m’indigner tellement tout cela est récurent, n’en déplaise à certains ici, mais j’y reviendrais.
    J’ai lu avec tristesse votre témoignage et vous ai écouté avec attention lors de votre passage télévisé. J’y ai vu une grande justesse de mots et de pudeur. Vous mettez au grand jour une situation qui est hélas loin d’être isolée et des comportements qui bien qu’inadmissibles restent récurents. La personne en situation de handicap, quel souci; c’était bien plus simple avant, un handicap, un foyer, un peu d’argent de poche et voilà, affaire classée, au suivant. Sauf que la personne handicapée s’est mise à rêver de vie, d’autonomie, de travail, d’accessibilité, et il a bien fallu à défaut d’entendre, écouter. Comment faire dans ce monde sociétal pour qui l’autonomie de la personne handicapée est une Uthopie. Aujourd’hui, les personnes en situation de handicap ont des droits même si c’est compliqué de les faire appliquer, une loi est là, en espérant qu’elle le soit encore d’ici l’année prochaine car le gouvernement s’en affranchirait bien de cette loi 2005 qui leur pose bien des problèmes.
    L’autonomie, vivre chez soi comme tout à chacun, un droit pour tous et plus difficile pour certains, tributaires comme vous l’expliquez des services d’aide à domicile, de soin, de transport. La personne en situation de handicap ne demande pas de privilège, elle demande simplement de vivre, de travailler, de sortir comme chacun d’entre les personnes.
    Le regard, ce regard que peut avoir les personnes sur le handicap, ce mot qui fait peur, qu’on fuit pour pas que cela nous touche, que l’on ne connait pas, qu’on maltraite parce qu’il n’est pas possible d’aimer. A ce propos, au cours des études d’aide soignant et d’infirmière, combien de temps est accordé au handicap ? Combien d’écoles ont la chance d’avoir des intervenants sur le sujet ?
    Monsieur vous posez le doigt sur un mal bien plus fort, celui de la liberté de la personne, cette liberté déjà bien grignotée par le handicap, la déficience; cette liberté qui presque atteinte vous est retirée sans vraiment d’explications entendables.
    La personne en situation de handicap est avant tout et surtout une personne, faudrait il ne pas l’oublier, et mérite le respect qui lui est du.
    Je pourrai vous parler du parcours de mon conjoint, tétraplégique. Nous avons bataillé ferme pour ce droit à l’autonomie et cette fameuse douche chaque matin à une heure convenable pour pouvoir exercer une activité professionnelle. La personne handicapée travaille aussi, décidément que de découvertes…

    Je finirai par une réponse à ARNAUDA qui fait pianoter beaucoup de touches :

    OUI, une douche chaque matin c’est possible et c’est beaucoup plus fatiguant de faire une toilette au lit pour le soignant qu’une douche et la douche prend moins de temps et ne vous en déplaise, la qualité du lavage est très différente, c’est mon nez qui vous le dit.
    NON un lit médicalisé n’est pas forcément conforme aux pathologies
    Qui peut se permettre de dire ce qui va convenir à quelqu’un sans être ce quelqu’un
    OUI c’est possible d’être coucher à 1h du matin
    quand à votre plaidoyé sur les personnes travaillant dans les services d’aide à domicile et soignant, je crains que vous n’ayez saisi le sens des propos.
    ah et avant que vous ne mordiez à nouveau, je connais parfaitement le fonctionnement de ces services.
    Et permettez moi de vous la demander votre définition de l’empathie.

    Tout est possible, question d’écoute et de volonté.
    Je rappelle que chaque citoyen a le droit de choix pour que sa vie soit au mieux celle qu’il a rêvé, au pire vivable.

    Bien cordialement

    • Anonyme

      ne vous inquietez pas, je ne mord pas celui qui ne m’insulte pas.
      et je n’insulte pas non plus contrairement au 3/4 des intervenant ici.

      Une douche chaque matin n’est pas forcément possible, tout dépend des lieux. Si une douche prenait moins de temps et était plus simple, cela serait fait constamment, c’est une question de logique.
      et votre odorat doit être peu fin, car une toilette au lit reste très sain.
      que lui reprochez vous ?
      si tout est fait avec soin, c’est aussi bien qu’une douche.
      il faudrait peut être expliquer ce que vous reprochez à la toilette au lit.
      Si la peau gratte, c’est que celle ci a été mal rincée.

      Quelle différence faites vous entre une douche et une toilette complete au lit ? la quantité d’eau ? vous savez une cuvette, ça se vide et ça se remplit aussi.

      Si, un lit médicalisé non conforme, tel que décrit par monsieur, provoque nécéssairement des escarres.
      affirmez moi encore le contraire !! expliquez ici ce qu’un matelas inadapté provoque comme complications cutanées.
      le fait que le matelas ne lui plaise pas, c’est ses gouts, mais dire qu’il est dur et l’associe à un tatamis de Judo tant à montrer une maltraitance, or c’est impossible.

      Oui, c’est possible d’être couché à domicile par Santé service à 1h du matin tous les jours ou même 1 fois?
      certainement pas.

      Empathie (faire preuve): attitude de neutralité bienveillante, où la personne est en capacité d’ecoute de l’autre sans jamais se « mettre à la place de » et a aucun moment apporter de jugement.
      l’empathie consiste à apporter des clefs de raisonnement pour que la personne puisse trouver elle même une solution adaptée à son cas.

      la votre ?
      la mienne a été de ne jamais insulter personne ici, malgré tout ce que j’ai pu lire comme propos dégradants envers moi et cette profession ainsi que cette association.
      Il est dans le respect et l’honnêteté.
      beaucoup de gens ici ont apporter leurs clefs, la plus sure étant d’aller voir ailleurs.

      La mienne étant d’expliquer cette profession, ses contraintes puisque ces soignants passent pour des faignants.
      Que les exigences de monsieur, notamment les horraires sont plutot curieuses à demander à une association de « maintien à domicile ».
      Qui s’occupe notamment de gens mourrants ou nécéssitant des soins parfois très lourds, plus « lourds » qu’un nursing.
      Pas qu’il y ait une bataille à qui sera le plus malheureux, mais que simplement il est demandé ici un peu de tolérance, or c’est ce qui manque  à beaucoup.

      ce qui est déplorable, c’est la pietre qualité de certains témoignages où les insultes pleuvent.
      J’espere que vous ne vous êtes pas sentie mordue au vif.
      Pour ma part je respecte votre point de vue et note que vous savez vous exprimer sans vulgarités, vous êtes très rare.

      je vous souhaite une bonne soirée et si chaque intervenant ici s’exprimait comme vous, on aurait gagné en qualité de débat. Dommage que ça n’ait pas été le cas

  • Après avoir relayé sur mon blog votre post, je reçois un mail privé que je vous livre. Si vous souhaitez entrer en communication avec cette personne, merci de m’envoyer un mail, je vais garder son adresse une semaine. Voici son message :
    Commentaire :POurriez-vous transmettre ce mail à la
    personne auteur de l’article SVP ? »Cher MOnsieur, Ma mère est
    restée 13 ans paraplégique suite à un accirdent de voiture, aujourd’hui , elle
    est décédée, mais j’ai connu tous vos tracas, voire même il lui est arrivé de
    n’avoir personne de la journée, je passe donc tout les détails sur le plan de
    l’hygiène personnelle. Je me suis usée jusqu’à décider de me sacrifier pour
    elle, maintenant qu’elle est décéde, je réapprend à vivre…. JE vous souhaite
    bien de courage et la solution que j’ai trouvé, moi, est qu’il est parfois
    favorable d’embaucher des gens dans une petite structure, plutôt que dans une
    grande. Pour le coucher, vous avez la société dénommé adhap’services (je pense
    qu’il y a une antenne dans casiment tout les départements) qui assurent des
    couchers assez tardifs (jusqu’à 00h pour ma mère). Par contre, c’est vrai qu’il
    s’agit de tomber sur la bonne soignante !MOi aussi, je rie quand on parle
    d’intégrer les personnes handicapées, quand je me dis, qu’on les montre encore
    du doigt et que la simple vue d’un fauteuil roulant fait détourner beaucoup de
    regards. Une fois, on m’a même dit, alors que j’étais au restaurant avec ma
    mère et ma fille qui n’avait qu’un an à l’époque : « regarde cette conne, il n’en
    a pas eu assez d’un fauteuil, il lui a en plus fallu une poussette, comme si
    c’était coupable deprétendre avec une vie normale avec mari et enfants quand on
    a une mère handicapée !!!Je vous souhaite bien du courage et n’hésitez pas à
    me contacter pour partager notre expérience …Bien
    cordialementBabafamily

  • Après avoir relayé sur mon blog votre post, je reçois un mail privé que je vous livre. Si vous souhaitez entrer en communication avec cette personne, merci de m’envoyer un mail, je vais garder son adresse une semaine. Voici son message :
    Commentaire :POurriez-vous transmettre ce mail à la
    personne auteur de l’article SVP ? »Cher MOnsieur, Ma mère est
    restée 13 ans paraplégique suite à un accirdent de voiture, aujourd’hui , elle
    est décédée, mais j’ai connu tous vos tracas, voire même il lui est arrivé de
    n’avoir personne de la journée, je passe donc tout les détails sur le plan de
    l’hygiène personnelle. Je me suis usée jusqu’à décider de me sacrifier pour
    elle, maintenant qu’elle est décéde, je réapprend à vivre…. JE vous souhaite
    bien de courage et la solution que j’ai trouvé, moi, est qu’il est parfois
    favorable d’embaucher des gens dans une petite structure, plutôt que dans une
    grande. Pour le coucher, vous avez la société dénommé adhap’services (je pense
    qu’il y a une antenne dans casiment tout les départements) qui assurent des
    couchers assez tardifs (jusqu’à 00h pour ma mère). Par contre, c’est vrai qu’il
    s’agit de tomber sur la bonne soignante !MOi aussi, je rie quand on parle
    d’intégrer les personnes handicapées, quand je me dis, qu’on les montre encore
    du doigt et que la simple vue d’un fauteuil roulant fait détourner beaucoup de
    regards. Une fois, on m’a même dit, alors que j’étais au restaurant avec ma
    mère et ma fille qui n’avait qu’un an à l’époque : « regarde cette conne, il n’en
    a pas eu assez d’un fauteuil, il lui a en plus fallu une poussette, comme si
    c’était coupable deprétendre avec une vie normale avec mari et enfants quand on
    a une mère handicapée !!!Je vous souhaite bien du courage et n’hésitez pas à
    me contacter pour partager notre expérience …Bien
    cordialementBabafamily

  • Anonyme

    Un petit mot, qui ne fera sans doute pas avancer le problème mais qui me démange…
    Je comprends la réaction de ArnaudA, défendre les personnels soignants et les gens de terrain est important, sauf que L. VPD n’a pas, il me semble, critiqué les personnels mais les dirigeants de la structure et leurs changement de pratiques.
    En outre, si personne ici ne peux vérifier les dires de L.VPD, ArnaudA non plus ne peux pas affirmer que ses déclarations sont fausses, concernant le lit, ou les équipements…
    Pour le grand débat concernant les services qui sont assumé financièrement par la Secu ou par le patient, il est évident que d’embaucher quelqu’un qui s’adapterai à ses horaires et se plierai à ses demandes serait bien plus simple, sauf que si Santé Service à assuré un certain type de prestation pendant des années, il est étonnant qu’ils changent de pratique du jour au lendemain..?!
    Le métier de soignant, et qui plus est de soignant à domicile est difficile, ma Sœur est Infirmière, et j’ai pour ma part beaucoup fréquenté les structures médicales, mais ça ne veux pas dire que rien n’est possible en terme d’adaptation aux personnes.
    Je travaille ds un grand magasin, et pour répondre aux besoins de nos clients nous sommes ouvert jusqu’à 00h, personne ne trouve ça dérangeant, personne ne plains nos employés, nous ne vendons pourtant aucun produit d’urgence ni de 1er nécessité, juste du loisir….
    Chacun trouve normal que les restaurants assurent un service y compris le soir tard, il serait donc envisageable de mettre en place des services d’assistance médicale en horaires décalé, il est fort probable que certains employés y trouverai leur compte, travailler de 14h à 22h, ou même plus tard n’a jamais tué personne.
    Les Crèches en horaires décalé ont vues le jour, et permettent a de nombreuses famille d’assumer, travail (et donc salaire) et vie familiale épanouie.
    Demander à L.VPD de changer de prestataire est la solution la plus simple, mais ça sous entend que ceux qui n’ont pas le choix devront continuer de fonctionner comme Santé Service l’impose…
    Etre handicapé a quelque degrés que ce soit ne dois pas mettre un frein, voir même un arrêt à une vie sociale et professionnelle riche.
    Ne pas imposer un mode de fonctionnement avilissant et « handicapant » (pour le coup), paraît évident pour un service d’aide à la personne.
    Personne ne demande un intervenant serviable et corvéable à merci, juste des moyens d’adapter le soin au rythme de vie de chacun.
    Pourquoi le monde du médical devrait s’enclaver dans un mode de fonctionnement archaïque, levé 6h couché 20h comme à l’hôpital, et je passe sur le diner à 18h et la toilette au lit, qui quand elle n’est pas indispensable peut très clairement être vécu comme un calvaire, j’ai connu…
    L’hospitalisation à domicile, ou comme pour L.VDP l’accompagnement à domicile par un soignant sont justement fais pour ne plus être à l’hôpital, alors pourquoi vivre comme si on y était tjrs..???
    Rien n’est tout blanc ou tout noir, il existe des AS (aides soignants) et des infirmier (res) de qualité mais malheureusement aussi, des boulets qui devraient changer de carrière… comme dans tous les métiers. Malheureusement cela touche à l’humain, à la douleur, au confort de vie, alors on est moins tolérant…
    Ce débat est vif, voir même carrément rock&roll, parce qu’il touche tous et chacun, patient ou soignants…
    Je suis convaincu qu’il sera productif, ne serai-ce que pour montrer aux yeux d’un plus grand nombre ce qu’une minorité ( patients handicapés mais aussi soignants à domicile) doit assumer au quotidien.
    C’est sans doute une histoire de sous, de politique, de grands questionnements mais avant tout une question de communication !!
    Mettre à plat les besoins et les capacités de chacun, accorder l’offre et la demande, c’est du médical, mais c’est qd même une certaine forme de commerce, Il ne faut pas l’oublier, même si c’est la Sécu qui paye !!
    Pas de tête dans le sable, pas de défaitisme, pas de bagarre stérile, juste un problème de fonctionnement qui ne demande qu’a être résolu avec l’aide de tous et chacun.
    Il serai peut être bon aussi que les dirigeants de Santé service s’exprime, ici ou ailleurs sur leur motivation à changer leur mode de fonctionnement… Certains d’entres nous attendent avec impatience « l’autre version « …Comme certains d’entres vous sont très attentifs, pardon pour les éventuelles fautes d’orthographe ou de français…Merci au soignants, courage aux patients…Isa*

    • Anonyme

      bonjour,
      En ce qui concerne une réponse de santé-service, au vu des réactions très violentes ici, il ne me parait pas raisonnable ni envisageable une quelconque intervention de leur part.

      Concernant le « matelas », il y a un fait simple.
      Si le matelas n’est pas adapté, s’il est « dur comme un tatamis de judo », c’est physiologique, monsieur aura des escarres.
      Pour la simple raison que l’appui, du sacrum par exemple, sur un matelas « trop dur », cela va créer donc une compréssion et la peau entre 2 ne sera plus irrigué, et donc: nécrose.
      Cela peut prendre 2h à se mettre en place.
      Si monsieur a un lit médicalisé, il y a forcément une prise en compte de son état de mobilité. et donc il est impossible d’avoir un matelas inadapté. Surtout qu’il est tétraplégique, donc on ne peut pas faire autrement que comme ça.

      posez la question à n’importe quel infirmier, c’est impossible d’avoir un matelas « très dur » pour une personne tétraplégique.
      Le problème actuel est que vieuxcoyotte et d’autres ont tellement pollué les témoignages, qu’il ne peut plus ressortir qu’une seule version de la situation et cela discrédite tous les efforts de cette personne pour faire valoir ses demandes.

      concernant les horaires 6h le matin, 20h le soir (et encore vous êtes généreux), ma foi, pour l’avoir aussi vécu, ce n’est pas possible de faire autrement. on peut reculer, laver l’après midi au lieu du matin, c’est entendable, mais laver tous le monde à 8h30, c’est pas possible.
      même avec toute la bonne volonté du monde.

      • Anonyme

        Non mais jamais vous n’apprendrez à LIRE ce qui est écrit.

        Louis l’explique très bien. Pitié, APPRENEZ A LIRE POUR COMMENCER (
        ENSUITE A ECRIRE, PARCE QUE COTE FAUTE D ORTHOGRAPHE, CA FAIT PEUR )

        Relisez le passage où Louis parle du lit médicalisé. Il avait déjà un
        lit électrique, c’est santé service qui lui a demandé de le changer. Pourquoi ?
        Pour un lit plus petit ( 140 au lieu de 160 ), beaucoup moins confortable ( lattes en acier ….. )
        A partir du moment où vous saurez lire et que vous comprendrez ce que vous lirez, nous pourrons  » peut être  » ( ou pas ) prendre en considération vos propos. Pour le moment, je pars du principe, et je persiste à dire que vous n’avez pas votre place au sein du personnel soignant et que vous ne méritez pas d’être qualifié en tant que tel.
        Et qu’avant d’accuser Vieuxcoyotte  de  » pollueur « , prenez le dico, et vous verrez ce que cela signifie, et vous vous reconnaitrez parfaitement dans la définition.

        @ bon entendeur……

        P.S. : je trouve que, pour un soignant, vous avez quand même beaucoup de temps pour répondre aux commentaires laissés. Ca vous arrive de bosser un peu, ou vous faites uniquement la toilette à votre ordi ( nettoyage de disque, humour quand tu nous tiens :p )

        • Anonyme

          Vous arrive-ti-il d’être poli et aimable dans votre vie ?
          relisez vous et vous verrez.
          Parlez comme ça à votre collègue de bureau, on verra.

          D’autre part, mes réponses ont l’air de bien vous intéresser pour y répondre avec tant de passion !
          Vous savez mon lit vous est ouvert si vous y tenez tant, je vous apprendrais la technique d’une toilette au lit.
          Vous prenez largement en considération mes propos vu les réponses.
          Ce sont des réponses violentes, décalées, et insultantes vis à vis d’une personne ayant témoigné ici de son handicap.
          mais vous avez pris en compte ce que j’ai dit, félicitations 🙂

          D’autre part, qui êtes vous pour vous croire supérieure à moi.
          je veux bien que vous soyez au dessus de moi cela étant, mais justifiez vous !

          Mais vous savez, je suis ravi de savoir que pour vous, je n’ai pas ma place dans mon métier que vous ne connaissez d’ailleurs pas.
          c’est toujours très amusant, et justifie pourquoi je ne l’ai pas mentionné ^^
          Que savez vous du métier aide soignant par exemple.
          Citez moi des modules d’apprentissage

          PS: quant à mon orthographe, je vous fait confiance pour vos cours de langue.
          (humour quand tu nous tiens :p)

          • Anonyme

            je préfère apprendre à mon fils de 4 ans et demi à parler correctement et à respecter son prochain, plutôt que de perdre mon temps à tenter de vous inculquer quoi que ce soit qui serait peine perdue. Vous n’avez aucun attrait pour vos semblables, et cela est bien dommage.
            Votre métier ????? J’en ai franchement rien à faire. Vous disiez quelque part ( je sais plus ou, et je m’en fous royal, j’ai pas à perdre mon temps comme vous à chercher dans tous les comm’ ) que vous étiez aide soignant en SSIAD, vous avez même parlé de l’ADMR ou vous étiez il y a quelques années. Après si vous avez évolué, ca ne peut être que professionnellement, car d’un point de vue  » morale  » , c est plutôt la descente infernale.
            Bref, Coluche disait :  » je ne parle pas aux cons, ca les instruit « , je pense qu’il n’avait pas tort.
            Sur ces bonnes paroles, je ne vous répondrez plus. Critiquez moi si cela vous chante, en attendant, j’ai ma conscience pour moi, tant personnelle que professionnelle……

          • Anonyme

            ah mais je ne vous critique pas. ou alors je critique le fait que vous me critiquez.

            j’aime bien votre citation de Coluche, car j’ai l’impression d’avoir beaucoup à vous instruire.
            et vous me parlez beaucoup, donc conclusion ?

            mon métier, vous n’en avez rien à faire ? vous ne faites que ça d’en parler !

            Bon, quand vous aurez dormi, reposé vos hormones (oups, jugement^^)
            relisez vous et faites un récapitulatif de ce que vous me reprochez concrètement.

            Dans tous les cas, je ne sais pas vous, mais moi, il me semble que vous avez passé beaucoup de temps auprès de moi.
            c’est touchant.
            Donc bon, concretement, je pense que je vous ais servi de défouloir et n’avez absolument aucun réel grief contre moi hormis le fait d’exister et d’avoir défendu ces soignants en leur absence.
            Mes arguments, en fin de compte, vous ne vous en souvenez probablement même plus ^^.
            D’ailleurs, je ne vous ais pas vu discuter du matelas anti escarre.
            Qui ne dit mot consent, merci !

          • Anonyme

            vous n’avez décidemment rien compris et rien lu. Bien contente de ne pas bosser avec vous, et de rien savoir de vous. Vous êtes plus qu’inintéressant…..

          • Anonyme

            pour quelqu’un d’inintéréssant, je trouve que vous vous penchez beaucoup sur moi, j’en vois votre décolleté !
            à 1h50 du matin, me répondez toujours malgré vos promesses de ne plus me parlez.
            c’est très bien, je serais presque tenté de faire de l’humour en vous demandant si vous avez un métier et des patients à soigner ?
            en rapport avec une précédente intervention.

            Cela dit, je vous ais tellement bien lu, que j’en ai retenu vos avances:
            vos coordonnées et votre lieu de travail.
            vous n’aviez pas peur de les divulguer ici pour affirmer vos propos.

            Donc je ais répondu et le refais ici, donnez les, et assumez.
            Pour ma part, je suis content également de ne pas travailler avec vous et surtout, de ne pas être un de vos patients, car vous êtes particulièrement intolérante dans vos propos à mon égard.
            et je me pose des questions quant à vos relations avec vos patients.
            les insultez vous toujours lorsqu’ils ne sont pas de votre avis ?vous leur pratiquez une douche par jour à chacun selon leurs désirs?
            tous vos patients sont pret paré à 8h ?ah oui, pardon, j’oubliai, vous n’exercez pas à domicile, donc en fait, vous parlez de ce que vous ne connaissez pas, c’est à dire, « organiser une tournée ».
            cela dit, si je n’ai rien compris, il faudrait m’expliquer, car à part dire que je suis indigne d’être un professionnel de santé, vous ne dites rien.

            Or vous êtes ici, à m’insulter de tous les noms, je le répéte, devant une personne tétraplégique en souffrance morale et physique et qui porte des accusation graves contre Santé-services et leur personnel soignants.
            qui sont au passage des collègues à vous.

            Je trouve donc étrange, comme professionnelle, que, devant une personne dépendante et en souffrance, vous soyez plus prompte à insulter le collègue plutot que d’apporter votre écoute et attention auprès de ce monsieur.
            Pour ma part, j’ai fait mon job, je lui ait apporté des clefs de réponses à ses interrogations légitimes.
            heures de passage, matelas, douche.
            et j’ai également cherché à comprendre. Il n’attend que lui d’une réponse que lui seul détient.

            Je ne suis d’ailleurs pas le seul, LOIN d’etre le seul à avoir les mêmes intérrogations, les mêmes clefs.
            Ne croyez pas que je sois seul ou isolé dans mon cheminement de pensé.

            il s’entend que mon intervention est tout comme son plaidoyer anti-Santé service basé sur l’aspect matériel et le rapport humain avec les soignants.
            Je ne mentionne pas sa souffrance psychologique par « respect » pour lui, car lui seul peut en parler en connaissance de cause.

            une derniere chose à cet auteur et Me Céline B du 06 je suppose,
            ne laissez jamais personne se mettre à votre place, car elle vous prendra alors votre dignité, votre place dans la société, et votre humanité.
            Vous êtes une personne unique, vous êtes Mr louis van proosdij. et pas une personne lambda auquel on peut se mettre votre place.
            votre place, vous l’avez gagné, vous avez travaillé, vous êtes chef d’entreprise et personne ne s’est mis à votre place pour vous donner votre boulot.

            Céline, soigner, ce n’est pas se mettre à la place. c’est l’accompagner, faire ce que la personne « juge » bon pour elle dans la mesure du possible et du raisonnable.

            la structure de santé-service ne permet pas de coucher les malades à 1h ou 2h du matin. Il faut aussi faire preuve de tolérance, nous sommes plusieurs à l’avoir exprimé ici.
            et j’espere que vous retiendrez ma remarque: « tolérance », la même tolérance que vous demandez face à votre handicap. la tolérance du personnel soignant.
            Du reste, il faut vous trouver une solution et santé-service peut vous aider si leurs services est insuffisant.

            santé service ne gagne pas d’argent sur le dos de ses malades

          • vous êtes toujours ici sieur arnaud ? Vous êtes comme un pitbull à ne pas lacher votre bout de chair;
            Je ne suis pas sur que santé service soit franchement satisfaite du soutient, sans faille, que vous lui apportez. 

          • Anonyme

            Surtout avec toutes les inépties qu’il raconte sur eux lol … Ils peuvent pas  vous comprenez !!! ils peuvent pas … lol : – Et bien changez de métier … 😉 Quelle pub !!

          • Anonyme

            c’est un copier-coller ?
            que faites vous dans la vie pour les personnes handicapée mesdames tirs d’elles et hopla boom ?
            qu’apportez vous à la société exactement ? 
            parce que l’air de rien, vous dénigrez à loisir, vous m’insultez encore et encore, mais finalement, moi, j’ai un travail, je travaille auprès de personnes handicapées entre autre, je cotoie pour ainsi dire quasi-quotidiennement ces personnes et leur apporte mon soutien.
            mais vous, vous faites quoi devant votre ordinateur à part créer des polémiques stérilesen insultant des professionnels de santé et des association d’aide au maintien de ces mêmes personnes ?

            soyez honnête pour une fois, ça vous changera.
            Donc, comprenons nous bien, vous avez les capacités d’aider ce monsieur, ou des personnes dans des conditions difficile, il n’y a pas besoin de formation incroyable pour votre aide, foncez !
            car a part insulter gratuitement, pour le moment, à mes yeux, vous ne faites rien. 

          • Anonyme

          • Anonyme

            ah, vous êtes posteur de liens professionnel ! je comprend mieux.
            il fallait le dire tout de suiteç ça aurait évité des malentendus!

          • Anonyme

            De l’usage diffamatoire de la dévalorisation, de l’humiliation, du dénigrement par l’entretien de la polémique systématique, se posant en martyr pour sortir indemne et victorieux – J’AI NOMME …Pervers narcissiques et leurs victimes http://callways.com/pervers-narcissique.shtml                                                                                             Ce n’est pas parce que le manipulateur est plus malin, mais parce que, pour lui, il n’y a aucune différence entre le bien et le mal. Il pense toujours avoir raison, c’est tout !                                                                                         

    • Anonyme

      bonjour,
      En ce qui concerne une réponse de santé-service, au vu des réactions très violentes ici, il ne me parait pas raisonnable ni envisageable une quelconque intervention de leur part.

      Concernant le « matelas », il y a un fait simple.
      Si le matelas n’est pas adapté, s’il est « dur comme un tatamis de judo », c’est physiologique, monsieur aura des escarres.
      Pour la simple raison que l’appui, du sacrum par exemple, sur un matelas « trop dur », cela va créer donc une compréssion et la peau entre 2 ne sera plus irrigué, et donc: nécrose.
      Cela peut prendre 2h à se mettre en place.
      Si monsieur a un lit médicalisé, il y a forcément une prise en compte de son état de mobilité. et donc il est impossible d’avoir un matelas inadapté. Surtout qu’il est tétraplégique, donc on ne peut pas faire autrement que comme ça.

      posez la question à n’importe quel infirmier, c’est impossible d’avoir un matelas « très dur » pour une personne tétraplégique.
      Le problème actuel est que vieuxcoyotte et d’autres ont tellement pollué les témoignages, qu’il ne peut plus ressortir qu’une seule version de la situation et cela discrédite tous les efforts de cette personne pour faire valoir ses demandes.

      concernant les horaires 6h le matin, 20h le soir (et encore vous êtes généreux), ma foi, pour l’avoir aussi vécu, ce n’est pas possible de faire autrement. on peut reculer, laver l’après midi au lieu du matin, c’est entendable, mais laver tous le monde à 8h30, c’est pas possible.
      même avec toute la bonne volonté du monde.

  • Anonyme

    Grace a slate.fr, j’ai decouvert votre temoignage. Je vis a Berlin, le handicap ici ne semble plus etre un sujet tant il apparait « normal ». Je vous admire car votre post reste avant tout un coup de gueule bien loin d’une position de principe sur le handicap. Vous donnez envie de bosser avec vous 😉 
    Bonne continuation, 

  • Anonyme

    Je vais me faire l’avocate du Diable en essayant de rester « ds les cordes »,
    1- merci pour le cours sur les escares, j’ai pour ma part croisé des équipements hospitaliers obsoletes et inadaptés et il a fallu faire intervenir la direction pour obtenir du materiel correct, sans infos je laisse le bénéfice du doute à celui qui dors sur le-dit matelas…
    Si son matelas précedent lui convenait pourquoi diantre le changer !!!
     
    2-laver tout le monde à 8h30 c’est sans doute pas possible mais s’adapter à ceux qui travaillent et qui donc ont des obligations professionnelles me semble envisageable… de même qu’imposer un réveil à 6h/7h petante à une personne agée qui malheureusement ne fait pas gd chose de sa journée me paraît abérant… n’y a-t-il pas moyen de s’organiser  ???
    A une epoque j’ai due faire des injections à domicile après avoir repris mon travail, je terminai dejà à 23h passé, un réveil à 7h pour la piqure m’aurait particulièrement derangé, je suis arrivé à trouver un arrangement avec l’infirmière…
    3- si L.VDP declare avoir besoin d’1h30 pour se préparer et d’une seule personne pour se doucher, pourquoi se retrouve-t-il avec 2 intervenants pour une durée presque doublée..?? voilà une belle perte de temps d’energie et sans doute d’argent…
     
    Il y a de toute façon trop d’inconnus ( pour nous simples observateurs ) dans l’équation pour être vraiment efficaces ds nos reflexions…
     
    Vous dites être soignant, vous avez due travailler ds des environements bien préservé pour donner autant de crédit aux  prestations de Santé services, ils sont sans doute performant, mais comme ds bcoup de structures, pas infaillibles…
    Entouré de soignants, diplomés, reconnus etc… j’ai vecu des situations à la limite du danger vital, je me dit donc que tout est possible !
     
     
    Je suis pour la prise en charge des patients et non pas des pathologies, on soigne une personne ! pas un handicape, ni une maladie !!
     
    Le bonne volonté est une chose, il ne faut pas oublier le bon sens pour autant…

    • Anonyme

      pour le 1- vous constatez donc comme moi qu’un equipement inadapté demande à être changé sous peine de complications.
      pour le 2- je suis tout à fait d’accord. c’est pour ça aussi que je ne trouve pas déraisonnable d’imaginer d’être lavé éventuellement plus tard à partir du moment où cela reste dans le respect de la personne et à sa demande.
      c’est tout à fait possible.
      pour le 3- je me pose la même question ! niveau matelas, à mon avis, il s’agit d’un problème à cause du lit médicalisé trop petit.

      pour les environnements, à domicile, vous devez connaitre, j’ai travaillé dans des conditions bien particulières ^^
      surtout en campagne où dans certaines maison, l’eau chaude se fait chauffer à la casserole !
      où d’autres où il faut marcher entre les déjections canines.
      ou encore ceux pour qui sont « très économes » sur le débit d’eau lol.
      je pense que si monsieur n’a plus qu’une douche par semaine, il y a une raison, une explication aussi mauvaise soit elle.
      Si la douche est plus rapide, alors pourquoi ?
      et je vous rejoint completement, pourquoi être à 2 alors qu’avant 1 suffisait ?
      c’est assez curieux.

  • Anonyme

    veuillez trouvez ci joint un lien:
    http://www.lepost.fr/article/2011/06/17/2525651_7-ans-sans-prendre-de-douche-qui-dit-mieux.html

    j’aime ce témoignage et vous invite à le consulter.
    il est neutre, bienveillant et dans la pleine réalité des choses.
    c’est un apport supplémentaire dans la compréhension par le grand public de ce que vous ressentez et vivez.

    Cordialement

    • Anonyme

      Il a également écrit ceci => http://www.lepost.fr/article/2011/06/10/2519900_combien-rapporte-votre-maladie.html                                                                                      Notre médecine est en perdition au détriment de l’argent. Nous ne sommes plus des patients, nous sommes un chiffre…

      • Anonyme

        tout à fait.

  • je suis scandalisée! ne soyez pas brisé, battez- vous  il le faut pour vous même et les autres bon courage !je vais suivre de prêt la suite et et j’espere que cela s’arrangera pour vous tous !

  • Anonyme

    LvP Louis van Proosdij #SantéService Point tél du vendredi soir avec le DGA rencontré mercredi. Nouvel échange de grande qualité. Ca avance (pour tous)

    • Anonyme

      Pour suivre c’est ici => http://twitter.com/#!/LvP

    • Peut on connaitre les avancées…

  • Embaucher un auxiliaire de vie, qui est diplomé, formé aux toilette et au leve malade et tout a fait compétant, il pourra vous donner une douche tout les matins, sera a votre écoute, et vous pourrez convenir des horaires qui vous arrangent le mieux.
    Je suis auxiliaire de vie, j’ai eut un usager dans le même cas que vous, et j’etait la pour le lever tout les matins a 6 heures pétante, comme il était cadre a la sncf il m’arrivait même de le préparer a 3 heures du matin quand il devait prendre le train a paris, l’avantage c’est que je n’avais que lui comme usager, donc je pouvais m’occuper de lui comme il l’entendait, je n’avais pas la montre en main en me disant qu’il fallait que je me depeche pour l’usager suivant, de plus l’usager avait le confort de pouvoir me voir arriver dans la demi-heure en cas d’urgence. Songez y un auxiliaire de vie rien que pour vous et votre vie sera changé, de plus c’est pris en charge par le conseil general.

  • Juste un point quand même a relativiser pour le lit medicalisé penser au soignant qui mesure 1m80 et qui doit se pencher faire les soins, cela est tout a fait inconfortable et le lit medicalisé permet d’adapter la hauteur du lit a la taille du soignant et prodiguer des soins confortable pour le soignant et le soigné, sinon pour tout le reste un auxiliaire de vie serait totalement adapté

    • Je vous rejoins… en effet dans ce tableau attaquant de Louis, aucune référence n’est faite aux conditions de travail de ses soignants…

      • Les conditions de travail c’est une chose….la conscience professionnelle en est une autre. 
        Ça veut dire quoi tout cela? Comment peut-on imposer un tel changement de vie a une personne?! Non mais j’hallucine… »dans ce tableau attaquant de louis, aucune référence n’est faite aux conditions de travail des soignants… » n’importe quoi vraiment… 
        Peut-être devriez vous imaginer que cette histoire pourrait être la votre ou celle d’un de vos proches parents pour réaliser à quel point cette pratique n’est pas digne d’un soignant justement! 
        Conditions de travail ou pas j’aurais honte d’être un soignant et de penser, de réagir comme cela. Les soignants justement comme vous les défendez si bien on normalement des notions de bientraitance et de maltraitance. heureusement et j’ose espérer qu’ils ne pensent pas tous comme vous, ou alors que vous n’êtes vous même, pas une soignante.

        • Dorothée Bergé

          Absolument d’accord! Ce monsieur parle de la difficulté des intervenants à faire leur travail correctement et dans de bonnes conditions. Le lit médicalisé est peut-être utile et nécessaire en cas de toilette au lit mais en aucun cas pour une douche! Ce monsieur bénéficiait d’une douche quotidienne qui ne nécessitait pas un lit médicalisé. Pourquoi la lui avoir retirée? Pour diminuer les coûts de sa prise en charge? Mais alors pourquoi faire intervenir 2 personnels plutôt qu’un?
          Je ne connais pas le milieu médical et paramédical, mais lire ce qui est arrivé à ce monsieur me glace d’effroi, me tétanise et m’angoisse en imaginant que cela pourrait m’arriver ou arriver à un de mes proches…
          Qu’en est-il de la dignité humaine, au-delà de la dignité de la personne handicapée???

        • Aline
          votre violence est étonnante… je lis dans ce témoignage (qui a pris du temps vu sa longueur !!!) que cet homme :
          – est éduqué
          – sait parler et écrire
          – revendique un statut de dirigeant d’une entreprise appelée FAIR PLAY !!!
          Pourquoi n’a t-il pas mis en place une communication constructive, appelée négociation ?
          Je me dis que son déferlement indique autre chose et que dans sa démarche il va réussir à liquider cette association, et devoir se chercher d’autres soignants et là… avec ce comportement médiatique … bonne chance !
          Et je me dis aussi que pour le moment c’est sa parole et seulement sa parole que tous les internautes commentent, relayent, répercute… Il a rendu son témoignage touchant, attachant et fait en sorte de ses soignants passent pour les pires de la planète…
          Nous ne savons rien de ce qui a motivé ces changements, ni de la réelle façon dont il se sont passés. Je dis juste : tempérons notre fougue, attendons que Louis (qui donc a du temps pour son combat et nous répondra) nous indique également tout ce qu’il n’a pas dit… y compris les propositions faites par l’entreprise.
          ET pour conclure, si dans un divorce nous écoutons que notre meilleure amie, alors nous pouvons vite être convaincu que son mari  est le pire des salauds de la terre… mais si nous regardons de près, nous constatons que elle aussi avait des tords !!! C’est tout… et je ne nie pas la galère de Louis…

          • Anonyme

            Vos propos sont tout à fait justes.
            Il me semble aussi évident comme une certaine minorité d’entre nous sur ce Blog qui, jusqu’à présent, n’a lu qu’une version des faits. Il est clair que pour pouvoir faire le procès d’un tiers,  il faut apporter la preuve de sa culpabilité, non? Dans le cas présent, l’association Santé Service en fait les frais de bons nombres d’internautes qui n’ont pas lu  « l’envers du décor » comme dit si bien Monsieur VP.

            Pour faire avancer le débat,  il faut savoir avant tout d’être mesuré tout en restant respectueux et objectif dans nos propos.

    • J’adore le « pensez au soignant » (après tout j’en fait partie également)… Comment peut-on sortir ça face à un patient tétraplégique… Un peu de décence… Les patients comme M. V. ne courent pas les rues (si je puis dire), si une association ou un organisme ne peut pas s’adapter à sa situation, elle devrait se poser des questions sur la bonne réalisation de ses missions… On lui administre des soins de personne grabataire en fin de vie et non des soins dignes d’un homme actif…

      Soyons clairs, si vous tenez ce type de propos, changez de boulot. Je suis dur mais les patients d’abord !

      • Voulez vous que je vous sorte des statistique precise sur l’esperance de vie des auxiliaires de vie ? voulez vous savoir combien de collégue se bousillent le dos a travailler dans des lieux pas adaptés avec du materiel pas adequat ? sans compter le salaire d’un auxiliaire de vie qui n’as rien de comparable avec celui d’un(e) infirmier(e).
        Ne me parlez pas de decence a moi, quand je m’occupe de quelqu’un je le fait a fond, j’ai fait des journée avec une amplitude horaire de 3h00-21h00 tout en reprenant le lendemain a 3h00, alors je suis desolé mais je respecte l’usager mais je ne crois pas innoportun de vouloir juste du materiel adapté, on dois certes s’adapter, mais pas y laisser sa santé.

        • Réponse commune aux deux :
          1) Comme dit Desproges : on peut rire de tout mais pas avec tout le modne, la preuve. Ne jouez pas la personne choquée, vous n’êtes pas dans un fauteuil non plus à n’avoir qu’une douche par semaine… Les bien-pensants-bien-portants qui se croient investis de la mission de protéger les soi-disants plus faibles qu’eux… C’est du paternalisme et de l’abus de pouvoir. Laissez donc les personnes handicapées se défendre toutes seules, elles le sont capables, probablement plus crédibles que vous.
          2) Je ne suis pas insensible à vos conditions de travail, je trouve anormal que des auxilliaires, des aides-soignants de vie se cassent le dos, c’est scandaleux car il existe du personnel. Après, nier la dimension physique du métier, c’est aberrant, c’est un métier physique et difficile (physiquement et je pense psychologiquement)
          3) Je ne supporte pas le corporatisme. Ici, il y a un problème : avant, le patient pouvait avoir rapidement et grâce à un lève-maladie une douche et un shampoing, qu’il faisait en grande partie. Suite, je pense, à une volonté de « rationalisation » et d’optimisation, des « intellectuels » de la santé (comprendre, des gens pas ou plus sur le terrain) ont décidé qu’il faudrait un lit médicalisé et deux personnes au lieu d’une (probablement aussi des histoires de certification etc…). Avec ces grands penseurs, on se retrouve avec des soins sur le papiers qui paraissent parfaits (en général ils sont très contents d’eux), alors qu’en pratique, le service est souvent moins bon, moins personalisé car on tend à tout normaliser

          4) Je hais le corporatisme. Votre première réaction n’est pas « Il semble exister un problème ou au moins le patient n’est pas content, est-ce justifié, si oui, pourquoi est-ce arrivé et comment y remédier » mais d’emblée, vous défendez votre métier (ce qui est légitime mais en professionnel, il faut prendre de la distance, vous êtes probablement un professionnel de qualité comme la majorité, mais vous projetez trop votre propre situation, vos difficultés avec des horaires semble-t-il démentiels sur ce cas.

          Voilà c’est tout, désolé, j’ai été assez brusque mais cf. 4) je hais le corporatisme, je m’en coltine suffisamment au quotidien avec certains collègues médecins. La médecine, la santé et le soin ne sont pas des sciences exactes. Nous faisons tous des erreurs parfois avec les meilleures intentions du monde.

          5) Je n’ai pas un salaire de ministre, loin de là. Ce que je peux en savoir, c’est ce que vivent des proches au quotidien, ce que me racontent certains patients ou certaines familles. Et heureusement, les échos sont le plus souvent louangeurs à partir du moment où l’association ou la structure adaptée prend en charge le patient.

          Après Ludovic, si vous êtes malheureux dans votre travail (ou votre sacerdoce, c’est vous qui voyez comment vous le vivez), ne retournez pas votre agressivité vers moi en sortant des poncifs éculés sur les médecins nantis etc… Cela fait partie des propos qui m’exaspèrent également.

      • Anonyme

        vous etes dur, alors je vais l’être aussi, vous comprendrez !

        Dans ce métier que vous pratiquez apparemment aussi, pour « prendre soin » d’une personne soignée, il faut d’abord prendre soin de soi.
        On ne peut pas prendre soin d’une personne tétraplégique courbé en 2 en souffrant le martyr.

        d’autre part, votre trait d’humour sur les personnes tétraplégiques est irrespectueux, et franchement, vous devriez vous abstenir par décence professionnelle.

        D’autre part, si une personne n’est pas satisfaite de « l’offre de soin » d’une association, et qu’aucun accord n’est trouvé, il est alors bon de changer d’organisme, tout simplement.
        Santé-service, sans les connaitre « directement », franchement, s’adaptent, ils n’ont aucun intéret à ce genre débat ici. Mais si les demandes ne sont pas possible à réaliser, alors quoi faire d’autre qu’aller ailleurs ???
        je ne vous suis pas.
        Il lui est forcément administré des soins de personnes actifs, mais il n’est pas seul !!! 

        Donc soyons clair aussi, dire « changer de boulot » à un collègue est une faute professionelle, d’autant plus grave qu’elle est faite en présence de gens qui sont déja pret à mettre sur le bucher l’ensemble de la profession soignante.
        D’autre part, il s’agit de témoignages et d’opinions professionnelles et personnelles, vous permettre un jugement de valeur tel que « changez de boulot » est inadmissible, contraire à toute branche de profession soignante et condamnable pour diffamation.
        Revoyez donc vous mêmes les règles qui régit votre profession et ce que vous venez de dire ici.

        rappelez donc encore ceci: pour prendre soin d’autrui, il faut d’abord prendre soin de vous.
        Peut être que dans ce sens, j’invite aussi ludovic à changer de profession, car faire une amplitude de 3h00 à 21h00, c’est inhumain, et vous êtes très courageux d’accepter de telles conditions !
        vous faites partie des rares personnes au monde à accepter de telles conditons de travail!  bon courage à vous, sincèrement !

  • Il faut en parler, le crier, le relayer, écrire des articles, etc…

    Il y a trop longtemps que ça dure et ça doit bouger tout de suite et pour tout le monde.

    Article lu 22 000 fois ici :

    http://www.lepost.fr/article/2011/06/17/2525651_7-ans-sans-prendre-de-douche-qui-dit-mieux.html

  • Cher Monsieur
    votre souffrance est réelle et vous avez opté pour une publication massive pour la faire connaitre c’est un choix.
    Soyez désormais à la hauteur de ce choix assumez les 4000 mails et autres 900 commentaires et dites nous ce que l’entreprise vous a proposé… elle n’a pas pu rester insensible et vous dites vous même que « ca avance pour tous ».
    Car enfin si vous obtenez des changements soyez honnête et assez aimable de cesser votre campagne de dénigrement massive dont le résultat peut être la disparition de cette association, la mise au chômage de ses soignants… et vous suporterez aussi les conséquences en cherchant de nouveaux soignants qui répondent à vos attentes.

    Au plaisir de vous lire.

  • Anonyme

    Bonjour Lous, je suis indignée, j’ ai entendu votre histoire sur RMC vendredi matin, je ne pensais pas que Santé Service pouvait déshumaniser leur travail…certains animaux sont beaucoup mieux traites…. la France descend bien bas.
    Bon courage et garder le moral  

  • Je vous souhaite beaucoup de courage et imagine à quel point celà doit être dur…je suis moi-même aide-soignante et suis souvent indignée de la façon dont certaines personnes entendent « organiser » ou plutôt « régir » les soins que nous prodiguons aux personnes handicapées ou âgées…

    • Merci Christelle ! Enfin une réalitée ! Nous sommes conscient que vous, soignants, votre travail n’est pas simple, mais vous l’avez choisit ? Cela ne veut surtout pas dire que vous devez tout accepter mais que le soignant n’a pas tout pouvoir sur le patient et inversement. Mais vous l’exprimez très bien !

  • louiza Malki

    Aide soignante depuis 15 ans
    1445 euros depuis 9 ans
    Travail dimanche et jours fériés…
    J ai fais des missions à Santé Service.
    jusqu’à a 10 patients a faire entre 16h et 23h…
    Avec la circulation et les travaux divers de voirie …
    Il faudrait d abord permettre à de telles institutions publiques d embaucher du personnel.
    C est ingrat d ainsi vous décharger sur les soignants.
    Commençons par nous attaquer aux vrais problèmes.
    Je suis triste et dépitée de voir que tant de gens osent ainsi décharger leur colère.
    Ce monsieur n est qu une personne parmi tant d autres.
    Chef d entreprise qui a pu se démarquer.
    Nombres de français lambdas et démunis n aurait même pas pu espéré voir leur problème relevé…
    Un lit médicalisé est essentiel pour pratiquer une toilette en respectant le soignant aussi
    Ne pas oublier qu il existe aussi la charte du soignant.
    Je suis réellement désolée pour toutes ces personnes dépendantes.
    Mais donnez nous aussi les moyens de soigner nos soignants.
    Et je m adresse à notre cher gouvernement et à nos ministres qui se réveillent lorsque cela passe dans les médias… ( ils auront surement des soins particuliers ne néccesitant pas de telles associations à but non lucratifs…)
    Hypocrisie et hypocrisie prenons le problème à la racine …
    J aime mon métier et je suis fière de l exercer par vocation bien sur.
    Louiza

     

    • Oui Louiza, il est bien rare que 100% des torts reviennent un seul des partis lorsqu’il y a un litige. Et en l’occurence à Santé Service. Et attaquer comme cela cette association va empêcher ce monsieur de trouver d’autres soignants ensuite… en effet, le soignant, ou une autre entreprise vont craindre ce comportement néfaste et ne prendront pas le risque en le soignant de se voir ainsi traité dans la presse, les réseaux et autres… je souhaite à ce monsieur de réussir à trouver des soignants à la hauteur de ces exigences et de ses qualités de communicant… perso ca me ferait peur de travailler pour lui.

    • Et bien…Visiblement on est mal barré…

    • Anonyme

      Ce n’est pas avec des peurs que nous parviendrons a changer ce monde … Pas plus que de demander le silence à une personne en souffrance … En dénonçant son mauvais traitement il dénonce également le votre ! Il lui en a fallu du courage , il vous en faudra à vous aussi …le courage de défendre vos emplois et vos métiers auprès des bonnes personnes : ça aussi c’est à lui de le faire ?  Je l’en crois bien capable 😉 Mais vous poussez le bouchon quand même …  Ce n’est pas à lui qu’il faut dire NON mais à vos patrons !! …

      • louiza Malki

         Dire non? A qui? A non patients?
        En leur disant que nous ne voulons plus de nos conditions de travail et que nous faisons gréve?

        Nous n avons pas le droit à la gréve, et lorsque nous nous révoltons on nous dit que de toute façon il y a suffisamment de personnes qui prendrons notre place.
        Et qui  irait s occuper de nos patients en attendant?
        Service minimum oblige nous n avons pas de bains de pieds ni de dos a laver lorsque nous allons voir nos pateints .
        Ils ont tous besoins de nous!!!
        Handicap moteur mais aussi et surtout fin de vie , cancer sclérose en plaques , tumeur au cerveau…
        Nous sommes ravis de voir des personnes comme Mr se révolter enfin et c est eux qui pourrons faire changer des choses!!!!!
        Nous n avons aucun pouvoir contre nos patrons.
        Nous ne sommes que des exécuteurs Tir_d_Elles …
        10 patients par jours sur plusieurs villes .
        Des journées avec des heures supp quasi quotidiennes avec des soirée se terminant quelque fois vers 00h ou 1h du mat.
        Allez y révoltez vous!!!
        Nous serons peut etre un peu plus considéré par le patronnât…
        Je n ai pas peur
        Je suis simplement découragée.

        • Anonyme

          ne le soyez pas.
          Par contre, comme vous le remarquez et remarquerez, vous êtes face à des gens ne connaissant pas ce métier et se permettant largement de vous juger vous et votre métier.
          merci en tout cas de donner votre témoignage, vous n’etes pas seule, et les commentaires de ce blog ne refletent pas l’opinion réelle de la population et des personnes que l’on soigne chaque jour.

          Je fini juste par me poser une question de savoir s’il n’y a pas une réelle tentative de destabilisation de santé-service par des proches du bloggueur.

          Et tir d’elles et d’autres ne sont pas de cette profession, ils conseillent, enfin, ils ordonnent, mais eux, ne font rien pour les personnes dépendantes. Ils ne travaillent pas à domicile, ils ne sont pas sur le terrain.
          La preuve en est de son commentaire qui vous le constatez est juste en dehors de la réalité.
          C’est révoltant, c’est agaçant, mais voila :/
          des gens intolérants qui demandent la tolérance.
          des gens méprisants exigeant de l’humilité.
          ils sont peu nombreux, mais se font clairement entendre ici !

          en tout cas, bon courage à vous, et merci de votre courage à intervenir ici malgré l’ambiance qui est là. 

          • louiza Malki

            Merci Arnaud.
            Je viens de voir Mr V. sur le Magazine de la Santé …
            Il a été très respectueux envers le corps soignant et les intervenants de Santé Service
            Cela ne m étonne pas mais cela fait tout de même vraiment du bien de s entendre dire des choses valorisantes sur notre métier.
            J étais réellement touchée de l amalgame qu a fait pas mal de personnes sur ce blog.

          • Anonyme

            moi aussi, ce qui m’a poussé à beaucoup réagir ici.
            Je n’ai pas vu l’emission magazine de la santé.
            Donc probablement que le discours doit être différent et tant mieux.
            La rédaction de ce blog est toutefois formulé en une accusation de santé service et de ses intervenants.
            Beaucoup de gens dont la presse ont pris ce témoignage au pied de la lettre, dont le titre est assez evocateur: « santé service : quand les protocole ignorent l’humain ou l’histoire de la dégradation des besoins fondamentaux » où il apparait que santé service dégrade volontairement les conditions de vie des personnes soignées ainsi que leurs intervenants refusant de venir à 1h du matin ce qui serait une honte apparemment.

            mais vous avez mieux résumé que moi le problème que font beaucoup de monde ici en faisant des amalgames étranges en voulant le démantelement de santé service, dénigrant les soignants.
            On a même lu ici un Ergothérapeute disant qu’il y avait beaucoup de faignants parmis les aides soignants à domicile dont leur intéret dans ce métier serait purement « alimentaire ». D’autres voulant en faire une récupération politique anti-sarkozy, comme s’il y avait un quelconque rapport.
            enfin bref, beaucoup de détournements et une profonde ingratitude envers la profession soignante dans son ensemble qui sont choquants.

          • Anonyme

            Je vis avec 24H/24 ,7j/7, 365 jours par an … Et je ne lui demande pas de se révolter pour moi , je suis assez grande pour le faire moi-même !

        • Anonyme

          Faire grève ne veut pas dire oublier vos patients , mais utiliser vos réseaux , dénoncer et refuser … Ah ça oui même pour 3000 euros , je refuse de participer à une quelconque maltraitance … Vous oubliez une chose : Vos malade sont avant tout « des clients » qui achète un service : Si vous refusez tous ensemble en bloc , ils sera impossible pour vos patrons  de vous changer tous , si pas de service  vos clients partiront ailleurs … Pour 12 h , la MDPH ( donc  le conseil régional ) verse 4022 euro (environ) à la personne . Elle a le choix entre un prestataire ou un emploi direct. Sur cette somme est inclus l’URSSAF pour le prestataire c un peu plus . Alors pardon mais lire que malgrés de pareille somme d’argent une personne en situation de handicap est maltraité : c’est NON ! Revendiquez HAUT et FORT que vous ne pouvez pas vous occupez dignement , humainement de tant de personne à la fois . Battez-vous !!! Mais tous ensemble !!! pas les uns contre les autres avec la trouille au ventre de perdre son boulot… 

  • Anonyme

    Bonjour,

    à propos du lit, puisque cela devient aussi une polémique, M. Van Proosdij avait un lit adapté aux soins puisqu’il possédait un lit électrique et qu’un lit électrique se lève à hauteur d’homme pour effectuer les soins, le changement de lit à ce niveau ne me parait pas cohérent, tout comme le matelas.
    Qui peut dire autre que la personne elle même ce qui lui convient le mieux, qui peut se targuer de penser à sa place et décider à sa place. En ayant vécu 27 ans de tétraplégie, Monsieur est tout a fait capable de dire quel matelas lui convient même si ce n’est pas un matelas anti-escarres. Mon conjoint tétra n’a pas de matelas anti-escarres, il a un matelas qui lui convient et c’est très différent, c’est son choix, et ce choix se doit d’être respecter. Quelle importance si le lit et le matelas soit de la marque Tartempion, du moment qu’il convienne au patient et que le soignant puisse travailler dans des conditions adaptées.

    Ce qui est dénoncé est me semble t-il une non écoute, un non-respect de la personne, il n’est en tout cas pas une cabale envers le corps de métier soignant.
    Je me permets de rappeler que ce qui peut convenir à une personne tétraplégique (puisque c’est de cela qui s’agit) ne conviendra pas forcément à une autre, la normalité n’a pas de mise, par contre l’individualité se devrait d’être étudier.
    Prenez, ou plutôt, prenons 5 minutes à nous imaginer qu’un beau matin on nous impose une heure de lever, de douche, de coucher, nous citoyens lambda et voyons notre réaction, notre incompréhension face à une décision arbitraire.
    Il ne s’agit pas de jeter la pierre envers les aides-soignants ou les AVS, mais envers des comportements et des paroles qui n’ont pas lieu d’être, qui vont à l’encontre la dignité.
    Comme dans tous les corps de métier, il y a de bons et de mauvais exerçants, le médical ne déroge pas à la règle.

    Je défie quiconque de se satisfaire d’avoir les cheveux lavés couchés, la tête renversée dans le vide, sans compter de la dangerosité lorsque l’on sait qu’une personne tétraplégique peut être prise de contratures importantes et de problèmes respiratoires.
    Quand à dire que l’on est pas dans l’humain mais dans le soin, au passage, la tétraplégie ne se soigne pas, elle est un état qui est pris en charge pour vivre au mieux et qui demande des actes précis, un nursing, une aide aux repas et aux déplacements, est-on dans le soin, dans l’accompagnement, dans l’humain? 

    Le métier d’AS est difficile, certes, faire ce choix de métier demande une adaptation aux patients, aux horaires, aux difficultés, aux deuils, aux familles; j’ose penser que lorsque qu’une personne s’engage dans ce métier, elle est au courant de tout cela.

    Les vrais problèmes ? Que dire lorsque l’on entend lors de réunions de l’ARS et d’associations que l’autonomie des personnes handicapées est une utopie, infaisable, qu’il ne faut pas trop en demander ? Que dire lors d’intervention dans des CHU pour sensibiliser le personnel au handicap et à l’emploi de ces personnes lorsque l’on entend qu' »un handicapé, ça se soigne, ça ne travaille pas » du personnel soignant.
    Ou est la place de la personne handicapée dans ce monde si on ne s’ouvre pas, si l’on n’est pas capable de la regarder en tant que personne lambda, si on ne voit que la pathologie, le handicap et tout ce que cela engendre comme soins et difficultés.

  • louiza Malki

     Peut être que vos conditions de travail était meilleures?
    Je vous assure que l on ne laisse plus beaucoup de temps aux soignants pour faire au mieux leur travail .
    Pour quelqu’un un du métier il aurait été bien d aller faire une petite vacation là bas avant d émettre un jugement qui n est basé que sur une expérience de travail datant de plusieurs années…
    N ayez surtout pas honte pour eux car vous englober beaucoup de gens dans cette histoire.
     L amalgame est vite fait vous savez…et les gens qui ne côtoient pas ce monde de travail risqueraient de juger tout le monde , soignants compris qui ne sont pour rien en ce qui concerne l organisation des passages chez les patients.

  • Anonyme

    Pour dire de telles inepties vraiment vous ne connaissez absolument pas le cas des exilés… Leurs droits sont constamment bafoués à tous les niveaux de la procédure de la demande d’asile (et quant aux soins gratuits sachez qu’ils ne le sont plus pour les étrangers). Renseignez vous !!!  Et quant à ceux qui ne disent pas leurs nationalités, ils terminent dans les geôles des centres de rétention en Mauritanie, pays avec lequel la France à des accords. Centre de Rétention et centres de non droits dans lesquels viols, et tortures sont monnaies courantes. Nadine

  • Je suis une jeune infirmière diplômée… On me reproche souvent d’être trop théorique et scolaire, mais la on sent bien que ces personnes ne le sont plus du tout et ont complètement oublié les notions de bien-être physique et psychique, de maintien de l’autonomie, …

    Je ne connais pas les lois française et l’organisation des soins car je vis et professe en Belgique, mais j’ai pu observer durant mes stages en soins à domicile que tout est réalisable. Quand un patient doit aller en dialyse on ne lui dit pas « dsl mais on viendra vous lever à 10h et vous serez en retard ». 
    Les rdv médicaux ne sont pas les seules raisons, le travail c’est ce qui rythme votre vie c’est aussi important qu’une dialyse car il en va de votre bien être psychique …

    Je suis indignée qu’on puisse vous déshumaniser à ce point et j’ai peur pour leurs autres patients qui sont déments ou simplement dépassés par ce genre de situation et qui doivent supporter cette souffrance en silence …

    Ils ont le devoir de vous rendre votre identité et votre dignité humaine …

    Je vous souhaite de mettre un terme à ce chambardement dans votre vie pour vous permettre de continuer votre bout de chemin en tant que PERSONNE !!!

  • Anonyme

    juste une pointe d’humour sur 4 mots de votre post car le reste ne mérite pas autre chose que de l’indifférence.

    J’ai tenté de mettre le gâteau sur la cerise, et ce fut très compliqué….

  • oui, il nous faut par les moyens propres à chacun dénoncer ces violences perpétrés sur un homme comme les autres. ni plus, ni moins que les autres ! et là je rejoins et vous invite à aller voir le travail fait depuis de longues années par Jean Vanier et ses équipes de « l’Arche » : Nous sommes tous bancals d’un côté ou d’un autre, nous sommes tous mal-entendants devant la détresse de mon voisin, nous sommes tous aveugles devant la détresse de mon voisin !!!
    j’applaudis des deux mains quand à Lyon 1.600 personnes passent 48 heures ensemble en se reconnaissant « tous fragiles, tous humains » en dénonçant les interdictions sournoises et bien policées d’être fragiles !!!
    Allez que chacun se sente investi de la mission « coups de gueule », chacun selon ses moyens, sa technique, ses connaissances et ses réseaux ! pour ma part, j’ai ouvert un blog, où je peux pousser ce cri »inter-dit » et faire connaître et reconnaître ses petits « riens » qui soit vous empoisonnent la vie, soit vous la peigne ou la repeigne aux couleurs de l’arc n ciel !    merci   
    bernadette-w.over-blog.com 

  • C’est lamentable, honteux et dégueulasse. mais celà ne m’étonne que peu… Ce système de m…, de rentabilité qui place l’homme derrière les intérêts des puissants. C’est la décadence pure et simple, managée par les politiques gluants, arrivistes et puants.
    Hasta la révolution!..

  • 937 commentaires depuis la publication de cet article.

    Chacun explique sa situation, on lit de tout et n’importe quoi, bref on n’avance pas.

    Néanmoins il ne faut pas oublier que Louis, moi-même et beaucoup d’autres, sommes toujours dans la même situation, je subis la même punition et suis dans l’impossibilité de reprendre une activité.

    Le problème ne vient pas des soignants, il est provoqué par le nerf de la guerre : l’argent, la tune, le fric, le pognon…

    Alors maintenant, très concrètement que fait-on ? ? ?

  • etoilebleue

    M. Van Proosdij je
    voudrais vous exprimer ma sympathie Je suis indignée par ce qu´on a osé vous
    imposer, et je trouve honteux qu´on en soit là en France au XXI siècle.

    Ma fille aînée
    (21 ans) fait des études d´infirmière en gériatrie dans un pays européen, et se
    voit houspillée à chacun de ses stages en milieu hospitalier, dés qu´elle prend
    le temps de s´occuper convenablement de ses patients qui sont tous dépendants. Elle
    a choisi son métier, qui est pour elle une vocation, et elle se bat pour l´exercer
    en respectant la dignité des personnes.

     En réponse à  Tétraplégique Vivant, il faut impérativement
    se battre pour rétablir les droits des personnes handicapées. Le problème doit être
    pris à la base, autrement dit du côté budget et administration. Quelle que soit
    la situation financière d´un pays, il est indigne et odieux de faire des économies
    sur le dos des personnes dépendantes.

    Toutes les
    personnes dans votre cas devraient former une association et exiger des
    services de santé d´être traitées humainement et dignement. S´il n´y a pas
    moyen de discuter, il faut porter plainte, vous êtes des citoyens comme les
    autres avec les même droits. Ou alors carrément prendre le taureau par les
    cornes et fonder vous-mêmes (toujours en association) une entreprise de soins à
    domicile personnalisés qui soit adaptée à vos problèmes quotidiens, et dont
    vous établiriez vous-mêmes les statuts et que vous géreriez. Ce serait peut-être
    même la meilleure réponse à toutes ces autres organisations, dont Santé
    Service,  qui sont défectueuses et à qui
    vous feriez concurrence.
      Océane

    • Anonyme

      bonjour madame,

      je tenais à clarifier votre pensée sur le sujet.
      il faut différentcier le travail « en gériatrie » et le travail à domicile.
      en « gériatrie », il y a des problèmes qui leur sont propre.
      j’ai travaillé en long séjour dans certains etablissements où le traitement des personnes agéees est véritablement dégradant et deshumanisant, tel que le moment du repas où il est mélangé le yaourt et la purée. 
      voila un exemple concret de maltraitance grave mais pratiqué et que je ne pardonne pas.

      Et il y a le travail à domicile où le but est de permettre aux gens de rester chez eux, avec leurs meubles, leur environnement, bref, chez eux !
      c’est une economie pour l’hopital, pour la société et un confort incroyable pour la personen, bref, du bonheur pour tout le monde.
      ça evite de vendre la maison pour payer les couts de l’institution ou la maison de retraite par exemple.

      Des gens sont donc mobilisés pour assuré ce « confort ».

      et ces services de santé sont des associations à but non lucratif financés par l’etat, donc vous !
      Lorsqu’il est fait notion de « rentabilité », il ne s’agit pas de gagner de l’argent, mais de limiter les frais.
      Mais cela ne se fait pas sur le dos des patients, il se fait sur le dos des salariés. cherchez bien sur ce blog et vous aurez le salaire d’une aide à domicile.
      Rappelons tout de même, je sais, ça fait peur à beaucoup, mais une institution pour personne handicapées est payant, très très cher !! et les mauvais traitements y sont bien plus présent qu’a domicile. (avec tous le respect que je dois au personnel y travaillant, mais à domicile, par exemple, il n’y a pas d’etudiants pour faire « aider »).

      je rappel aussi que Santé-service n’est pas le seul et unique intervenant existant.
      Santé service est irreprochable à preuve du contraire, vous n’avez pas entendu la version de santé-service sur ce sujet.

      cordialement et bon courage à votre fille, mais sachez qu’elle n’est pas etudiante infirmiere en gériatrie, mais en « stage », ce qui est très différent.il n’existe pas d’etudiant infirmier en tel ou tel domaine, ils ont un diplome d’etat général leur permettant d’exercer un peu partout

      • louiza Malki

        Nous avons la chance inestimable en France de bénéficier de tel service que l hospitalisation à domicile.
        Les personnes qui n ont jamais été confrontées à la maladie ou a la dépendance ( famille inclues) ne peuvent saisir l importance pour une institution que d’avoir un tel système de santé comme le notre.
        Se faire soigner chez soi , loin d une institution;
        Mourir dans la dignité entouré de ses proches ,chez soi , dans ses draps.

        Vous êtes tous là fébrile et plein d empathie ( ce qui est très touchant) mais le  » buzz » retombera bientot et on passera à autre chose en oubliant le quotidien de ces patients handicapés, ou pas, et de ces soignants toujours aussi méritants…
        Au quotidien chaque personne peut aider à sa façon.
        Que les personnes révoltées d un tel système de santé se manifestent autrement que sur un blog.
        N attendez pas d être confrontée à la maladie…
        Vous êtes aussi témoins de tout cela que nous,intervenants et témoins de tout ce quotidien que vivent ces personnes comme Mr.
        Je n échangerai mon métier pour rien au monde.
        J ai appris en 15 ans plus avec les patients ou les familles que je n aurai appris ailleurs.
        Lorsque j entends des révolutionnaires comme Tir d elle ou autres cela me fait doucement sourire mais aussi m exaspère.
        « Changer le monde »  » Faire grève »…. Que d utopie…
        Le jour ou tout les aides soignants ou infirmiers ou brancardiers  sortiront dans la rue il risque d y avoir un vrai chaos …
        Alors arrêtez de donner des conseils et de nous laisser entendre que nous sommes soumis ou nonchalants.

        TheDolphin ou Tétraplégique vivant peuvent vous dire que le système de santé restent cloisonné , que les IDE à domicile sont débordée .
        Que choisir entre une toilette ou une prise de sang pour une IDE a domicile  n est qu une question de temps et d argent et qu un soin infirmier paye mieux.
        Que l on ne peut pas déléguer facilement
        Que les aides soignants n ayant pas de Diplôme d  état ,ils ne peuvent pas ouvrir leurs propres cabinet . Donc les toilettes ne sont pas une priorité.

        Donc en effet tout est une histoire de fric , de pognon , de tune , de  blé…

        Tire-d Elles… Je ne soigne pas des CLIENTS
         Definition …
        Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.

        Client :Un client, au sens économique, désigne la personne ou
        l’entité qui prend la décision d’acheter un bien ou service, de façon
        occasionnelle ou habituelle, à un fournisseur

        Je ne suis pas un PATRON
        Je suis une personne qui m occupe de personnes.
        Je ne suis pas actionnaire .
        Et les soins que je prodigue ne me rapporte rien mis à part le bien être de mon patient , le merci , le sourire , ou le regard lorsque j ai accompli mon soin.

      • etoilebleue

         

        Réponse à
        Arnauda: Merci pour vos précisions en ce qui concerne la situation en France. Les
        études de soignants ne sont pas les mêmes dans tous les pays européens. Ma
        fille est en 2 éme année d´études d´infirmière, elle a des stages de 5 semaines
        tous les deux mois, et elle fait déjà une spécialisation en gériatrie. J´ai
        seulement précisé ce détail dans mon premier commentaire, parce qu´elle s´occupe
        de personnes dépendantes, et que ce soit dans une institution ou à domicile, le
        problème reste partout le même : on fait des économies de temps et d´argent
        sur les services dus à ces personnes, qui n´ont pas toujours les moyens de se défendre.
        Je ne pense pas qu´on puisse parler de « confort » pour les patients
        quand on les bouscule pour les soins corporels, les repas, etc… afin de
        respecter des horaires fixés par la sacro-sainte Administration. Bien sûr on pénalise
        aussi le personnel qui veut faire son travail humainement, et qui se retrouve
        avec des heures supplémentaires quelquefois non payées, et c´est bien pour cela
        que les choses doivent changer de part et d´autre.

        Il y a maintenant
        six jours que M. Proosdji a attiré l´attention sur son problème, et Santé
        Service n´a toujours pas réagi. Alors bien sûr, nous n´avons qu´un son de
        cloche, mais pourquoi cet organisme ne donne-t-il pas sa version des faits ?

        En tous cas, les
        associations et organismes de service aux personnes dépendantes devraient avoir
        plusieurs de ces personnes dans leur conseil d´administration et les écouter,
        ce qui permettrait d´améliorer les soins et de vraiment  prendre en compte tous les problèmes les
        concernant.

        • Attention à ce que vous dites… lorsque vous dites que la société n’a pas réagi. LVP lui même dit que la société a pris contact avec lui le lendemain et que les choses avancent.
          Et ou souhaitez vous que la Société publie ses propositions, madame ? Sur le net ? En réponse à Mr LVP. Voyons soyons raisonnable, il a poussé son cri de colère, la société a répondu de visu (dixit LVP) et par un communiqué (lire libération.fr). Le reste est du domaine de la transaction entre un prestataire soignant et un bénéficiaire soigné.

          • Mais je vous rejoins sur un point : Monsieur LVP qui a la plume facile pourrait désormais indiquer en quoi les choses avancent et cesser ce buzz néfaste.

  • Bonjour;
    Les mots ne sont pas assez fort pour vous faire part du dégout et de la colère apparus à la lecture de votre témoignage.
     J’ai eu plusieurs fois l’occasion d’apporter mon aide pour la toilette à certains clients de nos gites et je sais que ce moment là peut-être une vrai torture ou bien un véritable soulagement. Comment peut-on vous imposer de telles conditions?? 
    J’espère de tout coeur de vos calvaire prendra bientôt fin et je vous souhaite énormément de courage.
     Je me suis permis de partager votre témoignage sur mon facebook….

    Amicalement

  • bjr,

    je suis myopathe,et comme toujours en galère pour une chose ou l’autre liées à notre handicap…
    Une loi pour la compensation du handicap, foutaise, rigolade et foutage de gueule, heureusement pour vous un politique a lu votre message, mais tous ceux qui n’ont pas cette chance comme font ils ? Ils restent en marge de la société…

    Mon cas que je connais bien : je suis myopathe (maladie neuro musculaire), j’ai besoin un véhicule avec lequel je puisse entrée en fauteuil et conduire en fauteuil aussi et vue la maladie une conduite en « joystick »serait la solution.

    Suite à devis (« j’en suis resté sur le cul ») d’un montant de 105 000€, l’aide à laquelle je peux prétendre est de 5000€ MDPSH et en gros si tout va bien 13 000€ de l’AGEFIPH (et encore c’est pas sur)

    Alors si un ministre ou politique veut bien jeter un oeil …

    C’est que l’on appelle la compensation du handicap en France

  • Anonyme

    il est bien vrai que la loi de 2005 n’est pas respectée. je vie exactement les mêmes choses. je suis veuve depuis 2 mois mon mari était aussi tétra et moi amyotrophie spinale. je ne suis pas là pour raconter ma vie. quand je lis les commentaires, il en ressort 1 chose : tous les corps médicaux défendent leur corporation, ainsi que les association « d’aide humaine » ; du corporatisme et du beau on ne crache pas sur les collègues!!!!!! voyons. quant à nous « pauvres handicapés » nous n’avons pas 80 ans…..ni vécus 80 ans en pleine santé.
    sachez que les formations sont faites pour les personnes âgées et non pour les handicapés. pas de vie en dehors des horaires + ou – fixes des levers couchers, pipi (hé oui, nous aussi) et autre, kiné, infirmières dans tout ça la journée est très vite passée. et comme disent les braves gens  « ça t’occupe ».
    NOUS SOMMES DES ÊTRES HUMAINS et l’on nous traite bien souvent avec INHUMANITÉ. 
    voilà ma réflexion et je pourrais en raconter au moins 2 livres entier.
    BATTONS NOUS CONTRE TOUS LES POTS DE FER.

  • chryjs chryjs

    Bonjour,
    J’ai vécu une expérience similaire en 2008 et 2009, terrible pour mon fils agé de 4 ans à l’époque et atteint d’un cancer. Du jour au lendemain SS est devenu un enfer de douleur et d’emprisonnement à domicile. Sa hiérarchie avait tout décidé sans nous consulter. A l’époque, je suis allé jusqu’au clashe et ils ont tenté  de faire pression sur nous via l’oncologue de référence qui s’occupait de notre fils. J’ai été contraint de faire un « acte de contrition » pour qu’ils f*utent la paix définitivement à un petit garçon qui leur avait rien demandé.
    Du coup, j’ai organisé le remplacement de SS par des soignants en libéral, un médecin local et une société spécialisée dans la fourniture de matériel de soin en HaD. Ca été très difficile, j’ai été menacé de plainte pour maltraitance contre mon enfant (parce que je ne le faisais pas suivre par SS !). Mais j’ai tenu bon, montré les crocs juridiques. La mise en place d’une alternative m’a pris beaucoup de temps au démarrage, difficile de trouver des infirmier(e)s libérales qui acceptent de soigner un enfant atteint d’un cancer. Mais j’ai trouvé deux perles au bout d’une bonne semaine de recherches. Qui ont été relayées par deux autres perles , plus tard dans le protocole de soin lorsque c’est devenu malheureusement très difficile.
    Vous trouverez la partie émergée de notre témoignage ici:
    Malades sévices au chevet de votre enfant : http://petit-pouyou.medicalistes.org/Malade-Sevices-au-chevet-de-votre
    Et son contraire, Pas de Sévices alors on profite : http://petit-pouyou.medicalistes.org/Pas-de-Sevices-alors-on-profite

  • Louis van Proosdij

    Bonjour à tous, et MERCI !
    Merci pour vos encouragements,
    Merci pour votre soutien,
    Merci pour vos témoignages, de patients ou de soignants,

    Les choses avancent, doucement, mais je l’espère de manière constructive.
    Certes pour moi dans un premier temps, pour les autres aussi, d’une volonté commune.

    Je croule sous les messages et les choses à gérer, tout en devant assurer l’essentiel pour mes activités professionnelles. Je n’ai pas eu le temps de me remettre à la rédaction de posts sur mon blog, mais ça va venir, avec déjà 3 sujets :

    – Pourquoi en est-on arrivé là ?
    – Que c’est-il passé concrètement depuis le Buzz ?
    – Quelles pistes pour une meilleure prise en charge pour tous ? Patients, et soignants.

    A bientôt.
    Louis

    • Nous attendons cela avec impatience.

    • Anonyme

      Bravo ! et MERCI à vous … nous c’est facile 😉

  • j hallucine en lisant vos commentaire, il semblerait que la bienveillance et la bonté soit un du payé par la sécurité sociale.les personnels de santé sont débordés et je pense que bien des patients aimeraient être douchés tôt et couchés tard…vous vous rendez compte de ce que vous demande?? sous prétexte que vous avez l habitude de vous coucher à minuit, il faudrait qu’une soignante vous soit dévouez??? et sa vie de famille?? ça vous est égal? parce que vous êtes handicapés, le monde entier dois subvenir à vos besoins????j’ai horreur de la pitié et encore plus de ceux qui l’entretiennent.Remerciez la vie de vous avoir fais naitre en France, vous auriez pu avoir moins de chance….

    • Coucou Kiki
      Du moment qu’elle est payée en conséquence et que c’est un souhait de sa part… la question que vous soulevez du rapport de « force » handicapé / soignant est une vraie question…
      Certains veulent être comme les autres, et refusent l’assistanat, les autres revendiquent un statut à part et transforment leur colère envers la vie en haine du genre humain et exigences envers les soignants… Pas facile !
      Mais comme vous je reste perplexe devant toute l’énergie ( au final devastatrice) de LVP dans cette affaire… même si son cas est grave.
      Et je suis surprise de voir tant de commentaires prendre fait et cause pour lui sans connaitre le revers de la médaille… la version des soignants… et on relaye sur face de bouc, et on conseille un avocat… tsss !!!
      je note d’ailleurs que LVP a le temps de faire la tournée des radio, de gérer son quotidien professionnel..de faire un commentaire. Mais il aurait pu aussi le mettre en post ce qui aurait permis de faire passer son attaque en règle en 2eme… mais non. son choix est de le laisser en accueil… objectif 1000 commentaires. Peut être un communiqué de presse pour l’annoncer !

      • merci loubina,
        aucune haine dans mes propos, mais je trouve vraiment l’ingratitude du genre humain exaspérante, et je me rend compte que même handicapé, l’égoïsme prime ….moi avant les autres, y a pas de raisons, c’est pareil chez tout le monde………..ne dites surtout pas merci au gens qui vous aident, ils pourraient vous en demander autant……

        • Mille fois d’accord !!! Et le commentaire précédent est aussi OK ! Si nous ne sommes pas contents d’un prestataire, il nous appartient 1: de le faire savoir… 2/ de le notifier… 3/ de prendre acte des changements ou non et de décider en « grand garçon » de changer… c’est tout.
          Il y a manifestement des tas de personnes sur ce blog prêtes à accompagner LVP dans ses soins et qui seront disposées à le faire selon ses attentes…
          Alors je propose que LVP prenne contact avec ces personnes, rédige un cahier des charges, et que ces personnes qui ne se lassent pas d’attaquer Santé Services fassent un devis et en avant…
          Finalement, chacun dit ici que « tout ca n’avance à rien » et bien avancez au lieu de raler, proposez, contractualisez…

          • Je commente ma propre réponse en constatant que les « intervenations » n’apparaissent pas dans l’ordre. je suis mille fois d’accord avec KIKI le Maçon !!!
            Il est fastoche de balancer sur les medias et de jouer le sauveur de l’humanité et il est bien moins facile de dire à un prestataire que l’on souhaite autre chose de manière constructive… dans une relation adulte. Et je suis écoeurée aussi de la façon dont tous les internautes disons 95% ont relayé sans nuance la version de LVP, en la prenant pour argent comptant… Alors que tt le monde sait que la société ne peut pas publier les éléments de négociation puisque cela relève du dossier du patient… ils ont le bec cloué par leur métier même !!! ET vous les soignants vous le savez bien ? Non ? Et LVP se garde bien de dire les propositions faites… Facile de dire « je suis débordé par les mails… » mais il fallait y penser avant… maintenant il s’agit de faire face à ce que vous avez déclenché…
            Je suis très en rage contre vous LVP… et je sais que ce post va faire réagir !

        • etoilebleue

           Aucune haine dans vos propos…  mais votre manque de délicatesse est tout à fait hallucinant !

      • etoilebleue

         » les autres revendiquent un statut à part et transforment leur colère
        envers la vie en haine du genre humain et exigences envers les
        soignants… Pas facile ! »

        « Mais comme vous je reste perplexe devant toute l’énergie ( au final
        devastatrice) de LVP dans cette affaire… même si son cas est grave. »

        Franchement, où allez-vous chercher tout cela ?
        M. Van Proosdji décrit une situation que beaucoup d´entre-nous jugent inacceptable, il le fait d´une facon trés mesurée.
        Je le trouve au contraire trés courageux de vivre comme tout le monde
        malgré son handicap et je trouve qu´il faut lui faciliter la vie au lieu
        de le brider.
        Supporteriez-vous qu´un protocole régisse votre quotidien sans que vous ayez voix au chapitre ?

        Quant à connaitre le revers de la médaille, nous ne demandons que cela, encore faudrait-il que l´entreprise concernée fasse connaitre sa position.

    • waw moi ce qui me fait halluciner c est ton commentaire, tu t’est mis a la place des personnes tétraplégique ?! tu crois que c est facile pour ceux et celle qui ne peuvent pas bouger on la belle vie, dis toi que bien souvent les personnes qui sont aide a domicile ou aide soignante ont fait ce choix de métiers généralement c est pour aidez les personnes qui en ont besoin. alors oui il se plaint mets c est rien comparez a ce qu il vit, mets toi au défie de vivre comme un tétraplégique au moins pendant une journée peut etre que la tu comprendra mieux sa situation, oui les aides soignantes ont besoin d’ une vie de famille mais dans le monde actuel les personnes avec un handicap sont facilement rejetées, et aimerais tu devoir te sacrifier le plaisir de prendre une douche par jour et n en faire qu une par semaine je ne pense pas non donc regarde sa vie avant te t acharnée comme sa sur ce monsieur. puis derniere chose je vois pas pourquoi sous pretexte qu il est handicapé qu il doit se retenir de faire savoir sa façon de penser, et pour info regarde ceux que veut dire tétraplégique dans le dictionnaire!!!!!!!!!!!

      • je ne m’acharne absolument pas sur ce monsieur, mais il me semble que la première choses que désirent les handicapés c’est d’etre considéré comme des gens normaux, je m’adresse donc à cette personne comme à une personne normale,il est possible que l’association ait commis des erreurs, mais etait il nécessaire de faire connaitre avec tant d’acharnement (et de publicité pour sa boite) un contentieux qui discrédite l’ensemble d’une profession déja malmenée, je ne parle pas des lobbies pharmaceutiques qui s engraisse sur le dos des malades et de la secu, il me parait facile de s’intéresser aux problèmes des autres que lorsqu’on à soit même un problème à faire régler et si possible avec l’aval de nos institutions les plus élevées(Elysé et autres politiques qui volent facilement les vrais débats à des fins purement personnelles).je sais que je heurte la sensibilité de certains, handicapés et autres, mais mon but est de vous ouvrir les yeux sur l aboutissement d’un problème qui me semble purement personnel et médiatique et qui n’apportera malheureusement pas de vrais solutions pour tous ceux qui en ont besoin.

        tous le monde à de vrais problèmes, mais ce n’est pas en jetant la pierre aux autres qu’on arrivera à les resoudres…arrêtons de jouer les victimes, car cela nécessite forcement un bourreau……..

        PS :je suis maçon, pour ceux qui penseraient que j’ai quelque intérêt à discourir ainsi.

        • Anonyme

          Le travail de nuit : Et que faites vous de ceux qui bossent en usine pour construire votre voiture ? Ils ont une vie de famille et pourtant il connaissent les trois-huit  … Ah mais c’est pour votre voiture c’est différent pas vrai ! Mon confort d’abord celui des autres ensuite et s’il me reste un brin d’humanité je regarderai de plus près ces « shadocks » .                                       ASV, infirmière, médecin … c’est bien connu ça ne fait pas les trois-huit sauf   si c’est pour votre petit confort personnel là c’est différent !!!  No comment  ! 

        • Anonyme

          lol le => PS :je suis maçon, pour ceux qui penseraient que j’ai quelque intérêt à discourir ainsi.                                                                                            Les victimes ne jouent pas … http://fr.wikipedia.org/wiki/Victime                      Et croisez les doigts ce problème qui vous semble purement personnel pourrait un jour vos tomber sur le coin du nez …

          • les victimes ne jouent pas….certes, mais que sait tu des victimes???? est ce que tu parles de celles dont ont peu voir le handicap? ou de celles et ceux qu’on accusent de maltraitances à travers ce blog????

    • Ce n’est pas de la pitié ! C’est de la compréhension et du respect à avoir envers tous ! Vous parlez de la vie du soignant mais comment pouvez vous connaitre la vie du soigné, en dehors du soin ? Parce que nous sommes dépandant, nous devons tout accepter et penser aux soignants, qui ont choisis leur métier, avant de survivre avec nos dépendances ? Un peu de raisonnement svp.

      • vous parlez de compréhension et de respect envers tous, mais je vois en page d’accueil des liens publicitaires pour l’entreprise de ce monsieur, on a vraisemblablement pas les mêmes notions du respect….ni de raisonnement d’ailleurs….quand je suis mécontent d ‘un prestataire, je vais en voir un autre, pas vous?

  • Bonsoir
    Votre témoignage est une preuve de courage et d’optimisme. Contre ce protocole indécent ne pouvez-vous faire appel à une infirmière libérale qui vous donnerait votre douche quotidienne ? Si vous avez un peu d’argent c’est probablement la solution ?
    bien cordialement
    une jeune mère de famille

  • Je trouve que ce post est l’occasion pour beaucoup de témoigner de ce qu’ils vivent, et constitue presque un audit avec tous les commentaires.
    merci d’avoir créé ce lieu de parole, même si on voit un peu d’agressivité ressortir, ce qui se comprend.
    je ne suis pas concernée, pour le moment du moins, mais ma belle soeur est aide soignante à domicile: elle est effectivement très peu payée, avec des horaires et des déplacements importants qui dépassent souvent son horaire comptabilisé, cependant, elle aime son travail et le fait du mieux possible, et ses patients le lui rendent bien. et effectivement, elle fuit les institutions car le travail y est inhumain. pour elle comme pour les malades.
    Il y a beaucoup à faire, mais oui, notre pays doit rester humain et ne pas commencer par les plus fragiles pour faire des économies. 
    Il aurait fallu des choix politiques responsables pour que l’économie de ce pays ne soit pas là où elle en est. On ne peut pas revenir sur le passé, mais on pourrait éviter de le reproduire.
    Et tant qu’on est dans cette situation économique, il faut vraiment que ces emplois de service (à domicile ou pas) soient privilégiés, car finalement, c’est une source de revenus pour des familles françaises, et l’argent ainsi payé est ensuite dépensé en France, ce qui ne constitue pas une menace pour l’économie du pays. Il vaut mieux le dépenser comme ça qu’en achetant -par exemple- des iPads pour tous les élèves de collège du pays, car c’est de l’argent qui sort et ne revient plus: je n’y connais rien en économie, mais il me semble que, sans être protectionniste, tout ce que l’argent peut faire tourner en interne avant de sortir  ne peut pas être considéré comme une perte. les services à la personne en font partie. Les pouvoirs publics devraient favoriser ces emplois, et les familles auraient ensuite de quoi acheter des produits industriels ensuite, plutôt que de fermer les emplois et de payer des produits à des familles inactives.

    dans tous les cas, merci de montrer qu’on peut être handicapé et travailler. et merci de faire avancer les choses: j’ai aussi des ami(e)s qui ont dû un jour choisir entre l’allocation adulte handicapé et une opportunité de travail à temps partiel moins payé, et c’est quand même ridicule, cette dichotomie: quand on est handicapé et qu’on a un travail, on est quand même pénalisé, ne serait-ce que pour les véhicules, le logement, voire le temps de travail que l’on peut se permettre. l’allocation adulte handicapé ne devrait être diminuée au pire qu’au prorata de ce qu’on trouve comme travail.

  • Je me suis autorisé à installer un résumé de cette affaire sur mon blog :

    Une douche par
    semaine pour un actif tétraplégique 

    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/06/21/une-douche-par-semaine-pour-un-actif-tetraplegique.html 

    Cela,  assorti du commentaire qui suit :

    Voila un cas révélateur d’une situation généralisée dans le monde des soins
    médicaux. 

    Naturellement,  certains ne manqueront
    pas de rebondir en affirmant que le médical manque de moyens. 

    Ce n’est pas vrai ! 

    Cette triste histoire démontre une fois de plus que Louis van Proosdij
    Duport n’est pas victime d’un
    manque de moyens mais au contraire,  est
    victime d’un trop d’argent. 

    Pour ces associations,  une mauvaise
    solution qui oblige l’intervention de deux personnes sera toujours préférable à
    une bonne solution qui ne nécessite qu’une personne. 

    Le remplacement du lit 
    Pour l’association Santé Service, 
    remplacer un lit qui va bien par un lit qui va mal permet de justifier
    une dépense.  C’est la seule chose qui
    sera prise en compte. 

    Le matériel « médicalisé » 
    Par principe,  le matériel médicalisé
    coûte beaucoup plus cher qu’il ne vaut réellement  (Une petite fortune). 

    Les intervenants y trouvent leur compte  (Sauf
    le malade). 
    Chacun sait que les acheteurs bénéficient d’un petit remerciement en espèces
    sonnantes et trébuchantes.  Ils ne sont
    pas les seuls.  Etc. 

    Louis van Proosdij Duport  peut se plaindre et écrire à qui il
    veut. 

    Il tombera toujours sur un fonctionnaire incompétent,  qui se fout éperdument des difficultés du malade
    et qui n’a en tête que de se plaindre du manque de moyens.  Qu’en cela les textes législatifs ne sont pas
    applicables. 

    Si le fonctionnaire se livre à une recherche, 
    il arrivera toujours à la conclusion que dès l’instant où l’association Santé
    Service a effectué une dépense,  Santé Service aura fait son travail. 

    Une dépense,  c’est du PIB. 

    Quand le PIB augment,  le pays fait de la
    croissance.  Quand le pays fait de la
    croissance,  il s’enrichit.  Quand le pays s’enrichit,  c’est de l’argent pour ceux qui en ont
    besoin.  Va sans dire,  de l’argent pour les riches,  pour être pauvre,  on n’a pas besoin d’argent. 

    Le cheminement de l’argent 

    Il faut aussi se pencher sur le cheminement de l’argent social. 

    On découvre rapidement que derrière ces associations loi 1901 se cachent en
    fait des mouvements loi 1905.  (Des sectes religieuses) 

    Le plus souvent,  les masses
    considérables d’argent public transitent par le tissu hospitalier puis l’industrie
    du médicament pour aboutir dans les grandes poches loi 1905 des curés.  La loi 1905 défiscalise les immenses
    ressources des religions reconnues. 

    C’est le nombre des malades qui justifie
    l’existence des associations. 

    Dans le cas de l’association Santé Service,  l’argent public aboutit
    directement dans les grandes poches loi 1905 des curés. 

    Ceci explique l’attitude fascisante de ces entreprises associatives.  Attitude que l’on constate régulièrement envers
    les malades. 

    Dans ce contexte,  on gagne à aggraver et
    à maintenir les conditions du malade. 

    Quand quelquefois même,  on n’hésite pas
    à fabriquer aussi des malades. 

    La misère est le fondement de la société de l’argent ! 

    (Le malade,  l’industrie
    première.) 

    • Rien à redire, bravo…

    • Anonyme

      ce qui vous sera répondu par ces « fonctionnaires » sera:
      1- 1 douche par semaine ne signifie pas « être lavé 1 fois par semaine ».
      car comme il est dit, Mr est lavé TOUS les jours !!!!
      simplement, la douche apparait compliqué au manifeste.

      2- la maladie COUTE de l’argent et coute malheureusement de plus en plus d’argent.
      un lit médicalisé, il n’est pas payant pour le patient apparement, ce coup est là pour assurer la sécurité du malade ainsi que celui du personnel soignant qui, lui, est manfestement oublié.

      mais bref, retenez surtout ceci, une personne malade ne rapporte certainement pas d’argent.
      c’est la population qui paye, la société quoi..
      ce n’est pas pour vous culpabiliser, mais c’est un fait, nous payons tous pour les personnes malade, c’est normal, mais pour dire, si c’etais une société d’argent, comme aux US, nous n’aurions même pas cette discussion ici.

      • Bonjour Arnaud
        j’aime bien votre façon de raisonner et de vous positionner (comme TML d’ailleurs) en nuance et non dans l’attaque et le jugement primaire de 95 de ces commentaires. J’aimerais poursuivre cette discussion par mail ailleurs que sur ce blog mais comment vous identifier sans laisser mes coordonnées ici ni vous les vôtres !!! Car comme vous je crains le déferlement d’agressivité si nous mettons nos noms… ? avez vous une idée ? Rires ! Car partager l’idée ici est juste suicidaire !

        • Anonyme

          je vous confirme que laisser une identité ou un mail est suicidaire vu les réactions 🙂

          FabienneD, donc, vous nous dites que le lit médicalisé n’est aucunement une obligation et qu’il n’a donc pas pu être imposé à Mr Duport.
          Dans ce cas, au lieu d’accuser Santé service et ses « protocoles » de soins enfermant, il avait et a la possibilité de refuser.
          Si je ne m’abuse, Mr Duport est « chef d’entreprise », il n’a donc pas pour habitude de se laisser dicter ses ordres, j’en veux ce blog pour preuve.
          Alors, si ce lit était si important pour lui, pourquoi avoir accepter de payer une somme importante pour en changer, si il s’en plaint après ?

          D’autre part, vous parlez de l’AAH, mais quels autres aides existent-ils ?
          question sérieuse.
          Je n’accuse pas d’assistanat ou quoique ce soit, simplement pour remettre les choses en place.
          Il n’y a aucune aide du conseil général ?
          pas d’APA ? pas ACTH ? Rien ?

          Enfin bon, nous ne sommes pas là pour établir le rapport financier de Mr Duport et des personnes handicapées, ils ne sont pas élevés, nous en convenons bien largement.
          Ce qui apparait dans votre message, c’est que la gratuité des soins de santé service est vraiment bienvenu et il y a à parier qu’il y a des gens dans le besoin qui rêveraient d’être pris en soins par santé service et ne le peuvent pas car il y a une trop forte demande.

          Sur votre devinette, je ne saurais répondre, juste vous renvoyer à Mr Duport, ce qui, je le rappel, n’est pas une critique, bien au contraire, c’est tout à son honneur.

          Concernant les prix et remboursement, vous voyez qu’il y a bel et bien une prise en charge.
          Pour le fauteuil roulant, j’en ai trouvé un à 155€, mais comme je ne suis pas mesquin, j’en ai trouvé un à 799€, un très bien: 
          http://www.equipmedical.com/c-fauteuil-roulant–c17.html

          Chaise douche: 89€
          http://www.equipmedical.com/liste-recherche.php?query_string=chaise+douche&ok2=1&Submit2=Ok

          Lit electrique: 1850€max
          http://www.equipmedical.com/liste-recherche.php?query_string=lit+electrique&ok2=1&Submit2=Ok

          et cela dit au passage, vous prenez des articles de luxe à chaque fois.
          Il existe nettement moins cher.

          Donc je crois vos prix, sur parole, mais je vous montre aussi d’autres prix qui montrent que, même au plus cher, il y a moins cher.
          et je doute que ce site soit une référence du « bon marché »

          concernant le lit electrique et le fauteuil, j’emet quand même une reserve sur la part client, car j’ai vu beaucoup de personnes soignées équipées et qui n’avaient pas les moyens pour.
          Alors soit il y a une compensation APA, aide du conseil général, soit je suis passé à coté et ils paient en effet la différence, mais ça m’etonne fortement.
          Dans tous les cas, cette prise en charge sécurité sociale est réelle, bienvenue, et cela n’existe pas partout.
          c’est donc positif (même si je le rappel encore une fois, je ne dit pas que les personnes handicapées soient dans l’assistanat, ce qui serait, d’ailleurs, plutot normal et ne me dérangerais pas)

          • Anonyme

            vous me fatiguez, qui vous dit que le fauteuil est adapté au handicap de mon conjoint, tout comme la chaise douche, tout comme le lit qui est à 2 sommiers relevables séparés (je n’ai pas forcément envie de me retrouver assise la nuit lors de sa prise de médicaments), mais, vous savez mieux que les personnes ce dont elles ont besoin. Vous estimez que ce sont des articles de luxe, non, ce sont des articles choisis en fonctions du handicap et de leur qualité. Et quand bien même, qu’est ce que ça peut vous faire à vous.
            Comme tout matériel, vous avez des différentiels de prix, des différentiels de qualité, mais vous avez raison, je vais donc vite offrir un fauteuil à mon conjoint à moindre prix, et tant pis si il ne lui convient pas au niveau de l’assise, tant pis si la personne qui pousse se casse le dos car non adaptable en taille de poignés, et tant pis si le coussin fourni vous refile des escarres. Tant pis, va pas se plaindre le tétra de son fauteuil, déjà au moins il peut se déplacer, si en plus il faudrait qu’il soit confortable, adapté.

            réjouissez vous tétra de votre handicap, en plus, il ne vous coute rien, ah si, il vous coûte l’immobilité, la dépendance, mais ça, tsss, réjouissez vousquand même, vous êtes vivants.et vous me tenez des propos que je n’ai pas dis, j’ai dis que le lit de M. LVP était adapté aux soins et qu’il n’était pas nécessaire de lui en imposer un autre.

            Aide du CG ?  
            la MDPH dépend du CG, qui attribue la PCH,  monsieur.
            cette PCH qui aide au règlement des aides à domicile et qui peut aider effectivement aux achats de matériel sur commission et suivant l’enveloppe donnée en début d’année.

             
            l’APA : Allocation Personnes Agées, ne confondez pas tout, ça c’est quand la jeune personne handicapée a passé le seuil de l’age et devient non plus handicapée mais agée. donc AAH finito, APA me voilà

            ACTH ?????

            ACTP vouliez vous dire peut être ???

            et vous avez un sacré à priori des « chef d’entreprise » vous jugez facilement monsieur.

            ah, quand à votre belle définition de l’empathie, merci le net…
            le tout est de savoir ce qu’elle veut dire, de savoir la pratiquer et dans quel but.

            Cordialement

          • Anonyme

            je commence par la fin:
            voyez, cher madame, la différence entre vous et moi, c’est que je n’ai pas besoin d’injurier mon interlocuteur pour me faire entendre.
            Cette définition de l’empathie, je n’ai pas besoin de regarder le net comme vous le dites de manière si hautaine et méprisante.
            je la connais de part la formation que j’ai reçu et de ce que je pratique.

            Vous me demandez de définir l’empathie pour me cracher au visage juste après. il est beau votre respect.
            Ca vaut le coup d’apporter des soins auprès de gens comme ça.

            ça vaut le coup de prendre le temps de discuter avec vous quand on voit le résultat.

            je vois que vous jugez très facilement au grand manifeste.
            Mais manifestement, vous avez tout vu tout chié comme on dit, donc vous aurez encore largement réponse à tout.

            Quant à votre « cordialement », vous pouvez vous en passer si c’est pour commencer par « vous me fatiguez »

            Votre mépris, vous pouvez vous le garder.
            Vous en avez manifestement pour 2.

            Vous voyez encore une fois, autre exemple, l’empathie, tel que vous avez l’air de parfaitement maitriser, sachez que le mépris n’en fait pas parti.

            mais bon, c’est comme ça, c’est internet, vous ne vous permettez sans doute pas la même attitude face aux soignants qui sont auprès de votre mari.

            Dernier point:
            « Vous estimez que ce sont des articles de luxe, non, ce sont des articles choisis en fonction du handicap et de leur qualité. Et quand bien même, qu’est ce que ça peut vous faire à vous. »

            Il y a que vous vous plaignez du prix trop élevé des choses, mais que vous souhaitez le grand confort et le grand luxe.
            Or, il existe des articles largement moins onéreux.
            Ahhhh oui, et vous savez quoi ?
            vous n’avez pas le monopole de la souffrance.
            D’autres personnes souffrent aussi dans la vie, et ne peuvent pas rouler en Mercedes. noooooonnnnnnn, sans blagues ?
            mais sisi, je vous assure !
            Il y a donc que vous exigez ce qu’il y a de mieux sans vouloir en payer le prix.
            Ce sont des articles de luxe car vous choisissez systématiquement ce qu’il y a de plus cher.
            Or, s’il existe moins cher, vous devriez le choisir si cela est possible.
            ou alors ne vous plaignez pas du prix qui n’est pas pris en charge à 100%

            Bon, puis le reste du message, vous faites de la diffamation par interpretation mensongère de mes propos.
            Ne redites plus que vous n’exposez pas ici vos griefs contre les soignants eb règle général.
            Vous vous servez ici de défouloir et ce n’est pas honnête intellectuellement

          • Anonyme

            ou avez vous vu que j’avais des griefs envers les soignants, ou vous ai je injuriez.
            ne confondez pas injure et un propos que vous prenez mal, qui vous offense. Vous vous sentez offenser de ce que je dis, travailler sur vous pour en connaitre les raisons, mais arrêtez de mépriser, de juger, et de retourner tous les propos que savez vous de ce que je souhaite, que savez vous de ma vie, va falloir arrêter là, l’extrapolation de la vie des autres, de ce que les autres vivent et pensent.

      • Anonyme

        Saisissez votre commentaire ici.juste une mise au point du coût, parce qu’on dirait que rien ne coûte à la  personne handicapée, donc j’ai ressortis les factures
        A savoir que ce matériel est délivré sous ordonnance médicale
        Fauteuil roulant : prix : 2977 € prise en charge de la sécurité sociale : 558,99€ reste du au client donc nous : 2418,01 € , mutuelle 00 €
        Chaise douche/garde robe + coussin gel : prix 478,74 prise en charge SS : 102,62 reste dû client : 376,12, mutuelle 00€
        Lit électrique, hauteur variable prix : 2940€ pris en charge SS : 933,60 reste dû client : 2006,40€, mutuelle : 00€

        montant AAH : 711,95 € / mois

        Il est éventuellement possible de faire une demande de financement auprès de la MDPH et suivant les départements, une aide peut être octroyée, par forcément acquise, tout dépendra de l’enveloppe qui sera donnée  en début d’année et de la décision de la commission.
        Service d’auxiliaires de vie : 
        Une PCH peut être demandée auprès de la MDPH, qui viendra au domicile et jaugera des besoins de la personnes, en fonction sera défini un nombre d’heure par mois au tarif du conseil général, soit environ entre 17 et 19 € de l’heure, en moyenne un coût de fonctionnement s’élèvera à environ 20 à 25 € de l’heure suivant les services, peu de différences diront nous, sauf que lorsqu’une personne a besoin de 4h/jours soit 120h/ mois, le différentiel s’agrandit et s’agrandira de plus en plus en fonction des besoin

        l’AAH est toujours de 711,95€/mois

        Alors oui, des personnes en situation de handicap travaillent, donc gagnent plus que cette AAH, un petit jeu, combien ? sur la population des PH ?

  • etoilebleue

     

     

    Réponse à Loubina
    Maran

     

    « Il est
    fastoche de balancer sur les medias… »

     

    Pas forcément, il
    faut du courage pour parler ouvertement d´une situation pénible surtout quand
    celle-ci est du domaine de la vie intime.

     

    «…  et de
    jouer le sauveur de l’humanité…. »

     

    M. Van Proosdji a
    comme vous l´avez déjà dit «  la plume facile » ( heureusement pour
    lui ndt) et désire, non seulement sortir de la situation impossible dans
    laquelle il se trouve, mais aussi attirer l´attention sur d´autres personnes
    dans le même cas, ayant plus de mal à s´exprimer, donc à se faire entendre,  c´est tout à son honneur.

     

    «  et il est
    bien moins facile de dire à un prestataire que l’on souhaite autre chose de
    manière constructive… dans une relation adulte…. »

     

    Qui vous dit
    qu´il n´a pas essayé de le faire en vain, avant de s´adresser aux médias, lassé
    de se heurter aux «  C´est comme ça, parce que c´est comme ça ! »

     

    « Je suis
    très en rage contre vous LVP… »

     

    La colère a
    toujours été très mauvaise conseillère, vous devriez faire une pause, les débats
    n´en seront que plus constructifs.

     

    « Alors que
    tt le monde sait que la société ne peut pas publier les éléments de négociation
    puisque cela relève du dossier du patient.. »

     

    La Société
    incriminée peut répondre en général sur ses méthodes de soins à domicile, et nous
    commenter le Protocole de Soins Général, sans entrer dans le dossier du
    patient.

     

    Vous savez, tout
    le monde s´accorde pour dire que les soignants font un travail formidable, mais
    ils se heurtent sans arrêt à des décrets, à des protocoles qui régissent leurs
    prestations et qui, une fois établis sont aussi immuables que le Gros Caillou,
    même si ils s´avèrent pénibles et inadaptés pour le patient. En améliorant les
    qualités des soins, on améliore également le travail des soignants, encore
    faut-il que l´Administration veuille bien sortir de ses Sacro-Saints-
    Principes.

    Ma fille elle-même
    fait en ce moment l´expérience des contradictions entre ce qu´elle apprend en
    cours à l´école d´infirmières, et ce qu´on lui ordonne de faire en stage. Heureusement,
    elle fait partie d´une nouvelle génération qui ne se laisse pas faire et n´hésite
    pas à remettre certaines choses en question.

     

    • Bonjour Etoile
      Ce que je constate suite à la démarche de LVP c’est le parti pris de 95% des internautes sur le thème « pauvre lvp, témoignage poignant »… certes témoignage poignant, mais je me dis, je ne crois pas, que TOUT soit à mettre sur le compte de Santé Services… et faire une guerre médiatique en règle comme cela va :
      – pourrir l’image de la profession
      – pourrir l’image de SANTE S
      – potentiellement faire disparaitre l’assoc car les patients vont chercher à partir, les subventions diminuer etc
      – et au final qui n’aura plus personne pour prendre soin de lui… cherchez bien ? Car personne ne voudra s’occuper d’un patient qui aura prouvé sa capacité de nuisance…
      Comme en recrutement aucun DRH ne recrute un collaborateur dont le profil face book est cataclysmique…
      C’est tout…
      Et quand je dis que je ressens de la rage… sachez qu’elle est froide et sereine, et que juste je ne suis pas apitoyée par son discours dont la violence cache surement autre chose…
      Et c’est dit sans haine
      bonsoir

      • etoilebleue

        Quelle fougue !
        Donc les 4-5 personnes ( qui partagent votre point de vue ont raison et le reste (95% au moins) se trompe…  C´est un point de vue…
        Il ne s´agit pas d´une guerre médiatique mais du récit du quotidien de M. Van Proosdji. Je ne vois pas d´ailleurs quel intérêt il aurait à polémiser gratuitement, son quotidien est assez compliqué comme cela, et il ne semble pas manquer d´occupations.
        Personne ne pourrit l´image de la profession des soignants, suffisamment d´entre-eux se sont manifestés pour dire qu´ils étaient horrifiés par ce qu´ils lisaient.
        Par contre, ceux qui trouvent que les patients n´ont qu´à se résigner et tout accepter me font une mauvaise impression et je ne voudrais pas personnellement avoir affaire à eux.

        « – potentiellement faire disparaitre l’assoc car les patients vont
        chercher à partir, les subventions diminuer etc
        – et au final qui
        n’aura plus personne pour prendre soin de lui… cherchez bien ? car personne ne voudra s’occuper d’un patient qui aura prouvé sa
        capacité de nuisance…  »

        si j´ai bien lu, plusieurs organisations ont déjà proposé leurs services à M. Van Proosdji, donc vous n´avez pas de soucis à vous faire à son sujet.

        « …que juste je ne suis pas apitoyée par son discours dont la violence
        cache surement autre chose…  »
         Vous êtes une des rares personnes à voir de la violence là oú il n´y a qu´une description de faits trés posée et trés digne. Ceci donne aussi l´impression que vous pourriez être directement concernée… par exemple faire partie du personnel de la société incriminée.

        • C’est rigolo de voir que dès qu’on n’est pas d’accord avec la foule des apitoyés on bosse dans la société incriminée ??? Et bien non cher monsieur… je travaille ailleurs, et n’ai rien à voir avec les soins… (mais je ne me sens pas assez en sécurité dans cet espace hostile pour dire ou je travaille et ce que je fais !) j’utilise juste un droit qui est le mien : comprendre avant de juger et ne pas juger trop vite sur la base d’un seul témoignage !

        • Anonyme

          Voila le message qui est emblematique de ce blog.

          Avec mise en accusation, avec déductions douteuse.
          On peut avoir un avis sans être impliqué cher internaute !

          je trouve pour ma part que votre message devient ridicule sur la fin avec votre « accusation » de faire partie de santé-service, comme si cela était une insulte.
          Or pour ma part, je n’en fais pas partie et pourtant je suis d’accord avec ce qu’a dit Loubina et suis en accord avec ce que j’ai pu dire jusqu’a présent.

          Non, il n’y a pas 4-5 personnes qui partagent ce point de vue, vous êtes un menteur.
          D’autre part, le problème que je soulevais à Fabienne étant que ce blog est détourné très largement par des gens ne connaissant absolument rien a la vie des personnes handicapées et n’ayant aucune connaissance de ce qu’est santé-service.
          Or le problème étant que sur ce sujet du handicap, vous ne touchez pas votre bille pour en effet 95%, et portez des jugements de valeurs sans rien connaitre et vous permettez d’insulter le corps médical, des gens qui travaillent vraiment dur, probablement bien plus que vous ne supporteriez.
          Et vous vous permettez bien des choses, bien des propos qui vous sembleraient parfaitement immondes et « inacceptables » si vous vous intéressiez d’avantage à ce qu’est le handicap, et ce qu’est le travail des intervenant, ainsi que le role des associations.

          Mais je me permet quand même de vous interpeler personnelement sur votre propos:

          « si j´ai bien lu, plusieurs organisations ont déjà proposé leurs services à M. Van Proosdji, donc vous n´avez pas de soucis à vous faire à son sujet.  »

          Donc, Mr Duport aurait trouvé des gens réunissant toutes les conditions qu’il désire imposer au personnel soignant.
          Très bien !!!
          Donc tout va bien ! vous devriez sauter de joie, puisque vous le pouvez.
          Mais alors, que fais mr Duport à ce jour avec Santé-service ???
          on se le demande bien !

          Vous êtes vous proposé pour aider cette association ?
          allez vous aider l’association proche de chez vous pour faire une tournée de nuit pour coucher les personnes soignées à 2h du matin ?

          Voyez, vous, par contre, vous me semblez un bon donneur de leçons mais ne faisant rien pour changer les choses.
          Donc, remuez vous !! vous voulez changer la donne, donnez vous les moyens,
          agissez !
          Aidez des gens Comme Mr Duport ! et autrement qu’en portant des accusations à l’emporte pièce

          • etoilebleue

            « Non, il
            n’y a pas 4-5 personnes qui partagent ce point de vue, vous êtes un menteur. »

             Relisez les posts
            de ce blog, et vous constaterez que la plupart des  personnes soutiennent M. Van Prossdji, ce qui
            me donne l´espoir que notre société n´est pas si endurcie qu´on le croit.

             Par contre, et en
            ce qui vous concerne, le moins que l´on puisse dire, est que vous n´êtes pas très
            nuancé et très facilement agressif avec qui ne partage pas vos propos. Je ne m´en
            formalise pas, c´est l´attitude que vous avez eu tout au cours de cette
            discussion, depuis deux semaines, avec bon nombre d´internautes qui ont eu le
            toupet de ne pas partager vos idées. On pourrait même penser que vous êtes
            atteint de la manie de la persécution tant vous réagissez violemment. C´est
            fort dommage que vous persistiez à voir, de la part de personnes qui discutent
            normalement, des insultes à l´égard du personnel soignant. Insultes qu´aucun de
            nous n´a proférées, nous sommes beaucoup sur ce blog à avoir dit que nous
            reconnaissions le travail des soignants. Mais nous trouvons quand même que M. van
            Proosdji a le droit de protester si on lui impose des changements d´une façon
            unilatérale, surtout si cela bouleverse sa vie.

            Voilà,
            maintenant, si vous tenez absolument à voir dans mes propos une quelconque
            attaque contre vous, grand bien vous fasse.

             

  • Monsieur Van Proosdij Duport,

    Je me permets de vous adresser le présent message au nom d’Handéo, 1ère enseigne de services à la personne pour toutes les situations de handicap. En effet, nous avons pris connaissance il y a quelques jours de votre situation de vie à domicile, telle que vous la décrivez à travers votre bouleversant témoignage.

    Votre récit nous a évidemment beaucoup touché et Handéo est justement né de la volonté commune des associations, fédérations et unions nationales du handicap, pour que chacun puisse trouver dans sa proximité des services à la personne (SAP) compétents et adaptés ; et ce quels que soient son handicap, son lieu de résidence ou ses ressources.

    Parmi les actions entreprises pour réaliser cet objectif, figurait la création d’un label SAP-HandicapS destiné à faciliter le repérage, par les personnes concernées ou leur famille, de prestataires de services mieux adaptés et plus compétents pour intervenir à leur domicile et les accompagner au quotidien.

    Aussi, tout service labellisé Cap’Handéo s’oblige-t-il à respecter les 20 caractéristiques du référentiel, parmi lesquels :

    – une offre de prestations entre 6H le matin et 23H le soir au moins,
    – le remplacement dans l’heure suivante de l’intervenant absent ou indisponible ;,
    – des intervenants formés sur les différents handicaps,
    – la prise en compte du projet de vie et du rythme de la personne ;
    – l’évaluation de la satisfaction des personnes de façon individuelle et collective,
    –  …

    Veuillez croire, Monsieur Proosdij Duport, en l’assurance de nos sentiments respectueux.

    Julien PAYNOT
    Responsable Label « Cap’Handéo »
    Handéo
    http://www.handeo.fr

  • agnes69

    Bonsoir Louis, Je m’appelle Agnes je suis responsable de personnes agées et/ou handicapées dans une société de services à la personnes « les dames de cœur » Je m’occupe particulièrement de 3 personnes lourdement handicapées et je m’occupe de l’aide à la toilette , d’aide à la motricité …. Aujourd’hui, malheureusement la direction départementale du travail impose des protocoles sous peine de perdre des agréments qui nous empêcherait totalement de pouvoir exercer notre métier. Toutefois, le protocole n’indique nul part des mesures quand aux horaires des prestations, et , n’indique pas non plus bien au contraire de ne pas respecter le peu d’autonomie qu’il reste aux personnes. C’est à vous aussi d’accepter ou non les conditions que la société de services vous impose. Je peux juste vous dire qu’en tant que responsable j’accepterai de venir tôt le matin par contre, je n’accepterai de faire travailler quelqu’un pendant une heure à minuit ou une heure du matin il faut aussi savoir respecter chacun. Bon courage pour la suite.
    Vous pouvez me parlez directement sur agnes69@free.fr.

  • Hello,
    Je suis éduc, j’ai 24 ans et je bosse avec des ados non atteints de handicap physique. Je n’ai jamais bossé avec des personnes en étant atteintes au même degré que vous.
    Pourtant j’imagine assez bien l’ambiance de travail, et ce fameux Protocole omniprésent (Kafka ?). Etre l’objet d’un protocole est à mon sens pire qu’être victime de maltraitance, puisqu’à la victime on ne dénie au moins pas l’humanité.
    Courage, à force d’acharnement on aboutit parfois. J’espère que cet aboutissement ne sera pas uniquement le vôtre mais celui d’autres personnes en situation de handicap.

  • Hello,
    Je suis éduc, j’ai 24 ans et je bosse avec des ados non atteints de handicap physique. Je n’ai jamais bossé avec des personnes en étant atteintes au même degré que vous.
    Pourtant j’imagine assez bien l’ambiance de travail, et ce fameux Protocole omniprésent (Kafka ?). Etre l’objet d’un protocole est à mon sens pire qu’être victime de maltraitance, puisqu’à la victime on ne dénie au moins pas l’humanité.
    Courage, à force d’acharnement on aboutit parfois. J’espère que cet aboutissement ne sera pas uniquement le vôtre mais celui d’autres personnes en situation de handicap.

    • Anonyme

      à mon avis, ce terme de protocole est aussi peu expliqué, voir mal expliqué ici, ce qui suscite des incompréhensions.
      un protocole est obligatoire pour chaque chose.
      un protocole pour se laver les mains de façon hygiennique,
      un protocole de soin pour les transmissions ciblées etc..
      un protocole est là pour assurer une sécurité et le « cadre » de travail dans des bonnes conditions.
      En soit, un protocole, ce n’est ni bien ni mal, on en fait nous même pour les gestes de la vie quotidienne sans s’en rendre compte.
      Vous avez probablement un protocole pour vous rendre au travail.
      et un autre pour régler votre réveil le matin.
      Mr Duport estime ces protocoles trop « enfermant », libre à lui de changer d’organisme.
      Mais il refuse et souhaite changer le systeme pour qu’il s’adapte à lui.
      Or si chacun demande ça, on en fini plus et on en reviens au problème:
      On ne peut pas voir 10 personnes de 8h à 9h et encore moins les coucher à 2h du matin.
      Ce qui est très dur à accepeter, c’est que parfois, malheureusement, il n’y a pas toujours de résolution heureuse sans qu’il y ait un coupable désigné pour autant.

  • Hello,
    Je suis éduc, j’ai 24 ans et je bosse avec des ados non atteints de handicap physique. Je n’ai jamais bossé avec des personnes en étant atteintes au même degré que vous.
    Pourtant j’imagine assez bien l’ambiance de travail, et ce fameux Protocole omniprésent (Kafka ?). Etre l’objet d’un protocole est à mon sens pire qu’être victime de maltraitance, puisqu’à la victime on ne dénie au moins pas l’humanité.
    Courage, à force d’acharnement on aboutit parfois. J’espère que cet aboutissement ne sera pas uniquement le vôtre mais celui d’autres personnes en situation de handicap.

  • Nathalie Renault

    Bonjour, après lecture de votre texte, il me vient une question : n’y a t’il pas d’autre organisme susceptible d’intervenir à votre domicile ? Puisque vous êtes le « payeur », pourquoi continuer avec des responsables si manifestement peu concernés par votre bien-être, votre confort, votre satisfaction ?
    Bonne continuation à vous, Nathalie

  • Anonyme

    je me permets de faire un C/C d’une réponse que j’ai faite plus bas, pour continuer sur un autre sujet.
    C/C :
    « juste une mise au point du coût, parce qu’on dirait que rien ne coûte à la  personne handicapée, donc j’ai ressortis les factures
    A savoir que ce matériel est délivré sous ordonnance médicale
    Fauteuil roulant : prix : 2977 € prise en charge de la sécurité sociale : 558,99€ reste du au client donc nous : 2418,01 € , mutuelle 00 €

    Chaise douche/garde robe + coussin gel : prix 478,74 prise en charge SS : 102,62 reste dû client : 376,12, mutuelle 00€

    Lit électrique, hauteur variable prix : 2940€ pris en charge SS : 933,60 reste dû client : 2006,40€, mutuelle : 00€

    montant AAH : 711,95 € / mois

    Il est éventuellement possible de faire une demande de financement auprès de la MDPH et suivant les départements, une aide peut être octroyée, par forcément acquise, tout dépendra de l’enveloppe qui sera donnée  en début d’année et de la décision de la commission.
    Service d’auxiliaires de vie : 
    Une PCH peut être demandée auprès de la MDPH, qui viendra au domicile et jaugera des besoins de la personnes, en fonction sera défini un nombre d’heure par mois au tarif du conseil général, soit environ entre 17 et 19 € de l’heure, en moyenne un coût de fonctionnement s’élèvera à environ 20 à 25 € de l’heure suivant les services, peu de différences diront nous, sauf que lorsqu’une personne a besoin de 4h/jours soit 120h/ mois, le différentiel s’agrandit et s’agrandira de plus en plus en fonction des besoin

    l’AAH est toujours de 711,95€/mois

    Alors oui, des personnes en situation de handicap travaillent, donc gagnent plus que cette AAH, un petit jeu, combien ? sur la population des PH ?

    A lire certains commentaires, M. LVP a décidé de se payer cette démarche juste par égoïsme, pour son petit confort personnel, quelle honte, quand même, M. LVD, vous exagérez, contentez vous de cette fabuleuse douche une fois semaine, appréciez les soirées télé confortablement installé dans votre lit et surtout oubliez ces belles soirées d’été à boire un verre à la terrasse d’un café, comme ce maçon doit apprécier de le faire de temps à autre, oubliez le barbecue entre amis, vous devrez être couché à 21h.

    Oubliez votre travail, celui qui vous permettait cette liberté réacquise, reconstruite, vous allez vous y faire.

    A ceux là, je pourrai proposer comme le font certaines associations de poser leur derrière dans un fauteuil, jambes attachées et ainsi les lâcher en pleine rue, leur laisser tenter de faire tous les gestes quotidiens de la vie et là « bigre, je ne peux plus accéder aux toilettes, diantre, je ne peux plus me laver seul, fichtre, je ne peux plus retirer d’argent à un distributeur, je ne peux plus atteindre l’interphone de mes amis »

    Vraiment M. LVP, vôtre égoïsme est sans mesure, il y en a tellement dans le monde qui sont plus malheureux que vous.Je pourrai aussi dire à ces personnes qu’elles manquent d’humanité, mais non, les commentaires ci présents représentent l’humanité, les différences, les opinions, le panel d’Hommes qui fait notre société. Peut être devrai-je dire humanisme alors ?

    C’est vrai, c’est terriblement vrai, ils y a dans notre monde des milliers de personnes plus malheureuses que lui, mais que vous aussi, en changez-vous votre façon de vivre ?

    C’est vrai, tant de pauvreté, tant de laissés pour compte, tant de massacrés, peut être vous demain, peut être moi, peut être lui.
    Est ce une raison suffisante pour blâmer l’action menée, est ce que cette action est elle comprise ?

    D’un cas particulier qu’est celui de M. LVP, l’intention est d’attirer sur des centaines, milliers de cas qui n’auront pas cette audace, cette hargne de décrire un quotidien inadapté, inadmissible, invivable.

    Pourquoi une personne handicapée qui pour certains a une vie privilégiée n’aurait pas le droit d’exprimer son mal vécu, sous prétexte qu’il y a plus malheureux, plus pauvre, plus handicapé ? 

    La question du pourquoi ne changez vous pas d’organisme tout simplement au lieu d’alerter les médias et de déranger la tranquillité des pouvoirs publics.

    C’est vrai après tout, quand on n’apprécie pas un restaurant, on en change.Il me vient à l’esprit que cela pourrait être pour dénoncer un dis-fonctionnement et qu’un cri poussé sur la toile du net pourrait faire changer le regard, la pensée de quelques un. Que quelques certitudes se retrouvent bousculées.

    Alors oui, changer d’organisme et laisser d’autres personnes dans sa situation, puisque après tout, lui il aurait sa douche tous les jours, et le service continuerait à bosser avec d’autres PH qui peut être ne diront rien, tellement c’est difficile de trouver un service.

    Ah, on touche à un problème concret, le manque de personnel soignant et de personnel d’aide à domicile.

    C’est vrai, un métier sous tension, tellement sous tension que les services pôle emploi voient en chaque chômeur un aide soignant en puissance qui ne s’est pas découvert et à qui on propose formation et travail garanti ( oui mais bon la personne au chômage là, elle a peut être pas envie d’être aide soignant…) tellement sous tension que les conseils généraux demandent (exigent) aux services d’aide à domicile d’embaucher du personnel non qualifié (c’est pas si compliqué comme métier, faut pas exagérer) qui leur sera subventionné un peu plus que  le personnel qualifié, il est même question que ces services se retrouvent à embaucher des personnes en insertion, en difficulté elle-même pour travailler auprès de personnes en difficulté, une vraie joyeuseté, et tant pis si la qualification n’est pas là, tant pis si la prestation n’est pas nickel, ça coûte moins cher et en plus, ça fait baisser les chiffres du chômage LD. 

    Donc, un jour, vous, moi, eux, nous auront un(e) auxiliaire de vie non diplômé du DEAVS qui se chargera d’un respirateur sans avoir été formé « même pas peur »

    Et ainsi, la société est tirée vers le bas, doucement mais sûrement, des métiers dévalorisés, des soignants déprimés, débordés, fatigués, des patients malmenés, et un gouvernement fier des chiffres.
    Que du bonheur…

    il faudrait qu’au lieu de se porter la couverture à soi, les soignants, aidants, patients et clients comprennent que leurs difficultés sont liées et que si ils s’écoutaient entre eux, un peu, les choses avanceraient peut être un peu mieux, que cela serait un peu plus constructif que quelques aberrations lues ici et ailleurs et que chacun s’en porterai peut être un peu mieux.

    Cordialement

    • Anonyme

      bonjour,
      je vous rejoins sur la fin de votre rédaction,
      il y a un tel manque d’aides soignants, qu’il est fait appel à du personnel non-diplomé.
      Ce qui est, je trouve, dangereux.

      Mais il faut avoir conscience que des exigences comme « venez me coucher à 2h du matin car j’ai un cocktail », ce n’est pas acceptable, ce n’est pas possible, pas avec Santé-service ou un service de l’etat.

      Vous vous rendez bien compte que si déja, à ce jour, dans des conditions dites « normales », il y a un manque d’aides soigannts à domicile, au point d’embaucher des gens qui ne sont pas qualifiés (et c’est véridique), il n’est pas humainement possible de répondre à cette « exigence » aussi normale qu’elle puisse être pour une personne valide.

      Qu’a rédiger des blogs comme ceux là, cela ne suscite aucune « vocation ».
      La vocation étant d’ailleurs réservé pour les ordres religieux, ce qui est un concept dépassé depuis des dizaines d’anneés, fort heureusement.
      Soigner n’est pas une vocation, c’est un métier.
      là dessus, nous sommes, je pense, d’accord mais c’est bon de le souligner pour d’autres.

      • Anonyme

        elle est la notre différence, vous dites pas acceptable, je dis et je ne suis pas la seule, non seulement acceptable, mais envisageable, possible, réalisable, normale, tout ce que vous voudrez bien entendre.

        On parle de lutte contre les discriminations, d’égalité, de citoyenneté et paf, au lit à 2h pas possible, ah non non non, pas possible, pas acceptable, mais qui juge de l’acceptable, ni vous ni moi, la personne vivant avec son handicap peut se permettre elle de juger de l’acceptable ou de l’inacceptable. 
        Imaginons, juste un instant, une personne valide, en couple, un boulot- plein de projets, classique quoi et un jour-PAF- accident quelqu’il soit, diagno : tétraplégie-waou- mais c’est quoi concretement la tétraplégie.
        La tétraplégie, c’est faire le deuil de sa vie d’avant, de marcher, de cuisiner, de nager, de pratiquer son métier d’avant, de ne plus accéder à grand nombre de sites, de ne plus pouvoir pisser contre un arbre ou accroupie dans l’herbe, ne plus pouvoir couper sa viande, ne plus pouvoir attraper le moindre objet sans que ça prenne un temps indéfini,
         c’est ne pas partir où l’on veut en vacance, c’est ne pas pouvoir circuler librement, ne pas accéder aux transport en commun, donc prendre un transport adapté pas si adapté puisque les heures sont imposées, le prix plus élevé, c’est tous les gestes simples de la vie quotidienne qui sont devenus une difficulté, une incapacité. c’est ne pas pouvoir faire sauter son enfant sur ses genoux lorsque l’on a pu miraculeusement procréer ou ne pas pouvoir avoir d’enfant, c’est avoir un cognitif intact et un corps meurtrit, déformé qu’on haïe. C’est être le même et tellement pas soi c’est une vie de couple quand elle résiste chamboulée, tellement différente, tellement pas comme on l’avait projeté.
        Ce sont aussi des douleurs neuro indescriptibles 24/24 qu’on fini par vivre avec, mais qui sont là qui font mal à hurler, toujours, ce sont des contractures qui vous font vibrer, parfois tomber.
        C’est faire le deuil de soi lorsque l’on y arrive, et c’est tenté de vivre au mieux.
        C’est perdre sa dignité et devoir réapprendre tout, c’est se faire laver par des inconnus, c’est se mettre à nu alors qu’on l’a pas voulu, c’est la dépendance à tous les niveaux, pour tout, tout le temps. Alors, lorsque c’est possible, on aspire à des moments de liberté, de circulation libre, de réapprendre un métier, réapprendre à aimer, à s’aimer, se supporter.
        Et pourtant, c’est aussi vouloir être soi et être comme tout le monde, être tétra et con ça existe, être tétra et brillant aussi, pareil qu’à coté. c’est finalement être pas si différents que vous, après tout, avec des exigences, des aspirations, des droits et des devoirs.
        Sauf que vous, moi, femme valide, je mange quand je veux, je dors quand je veux, je me gratte le dos toute seule, et je peux même pisser contre un arbre si je veux.

        C’est marrant, cela me fait penser au premier truc que fait la MDPH, c’est faire un remplir un dossier avec dedans un paragraphe à remplir :

        VOTRE PROJET DE VIE :

         elle est absurde cette question. Elle est presque indécente quand on y pense

        il faut justifier parce qu’on a un handicap de son projet de vie, si on dit « marcher » ça va être compliqué quand même, alors on se creuse la tête, imaginons: à quoi j’aspire, moi, anciennement sur mes deux jambes et aujourd’hui assis avec 2 roues, qu’est ce que je vais pouvoir écrire (enfin, qu’est ce qu’on va écrire pour moi). si on dit, vivre comme tout le monde, est ce que ça va être réalisable, et bien quand je lis certaines choses, je me dis que ça aussi ça va être compliqué. Et je confirme, c’est compliqué, mais c’est possible, avec de la patience, de l’imagination, de la volonté, de l’écoute, de la compréhension. Un travail de longue haleine durant lequel il faut anticiper chaque instant de sa vie, chaque projet aussi futile soit il.

        une dernière chose, c’est fatiguant de devoir justifier d’une déficience, d’un handicap, d’une maladie, de devoir presque s’excuser d’être ainsi.
        La personne en situation de handicap quel qu’il soit est un citoyen avant tout, je l’ai déjà dit, une personne.

        • etoilebleue

           Bravo, rien à ajouter.

        • + 1

        • j’apprends beaucoup de choses sur ce blog et je vous remercie  de me faire avancer.j’ai lu par hasard, sur votre blog, (en cliquant sur « auteur « )le mot de « TYDO 23″ .Je crois qu’il y a là, sans aucun parti pris, une grande leçon d’humanisme(n’est ce pas)?Nous sommes en train de transformer un combat citoyen en combat personnel…je sais, tous le monde pense, c’est pas moi…, c’est lui qui a commencer….c’est à dire peut etre moi…. mais  quand j’ai lu la pour la premiere fois ce blog, il n’y avait pas de débat. c’était  juste un monologue.
          j’ai lu aussi,: » si vous dites ça, c’est que vous bossez à santé service »
          sous entendu  » vous faites parti des accusés, taisez vous »
          Il me vient une idée fabienne, qui je pense pourra satisfaire tout le monde,je me ferai le plaisir de vous l’annoncer demain, juste le temps de peaufiner quelques détails.
          bonne nuit à tous

          • Anonyme

            au risque de me répéter, oui, c’est complètement ça ^^.
            c’est bien une accusation et il a été mot pour mot ordonné aux gens qui sont du corps médical et souhaitant nuancer les propos de se taire car il y a bel et bien ici une inquisition qui a été mené.

          • Anonyme

            au risque de me répéter, oui, c’est complètement ça ^^.
            c’est bien une accusation et il a été mot pour mot ordonné aux gens qui sont du corps médical et souhaitant nuancer les propos de se taire car il y a bel et bien ici une inquisition qui a été mené.

        • julie dupuis

          Je n’ai pas lu tous les commentaires mais pour résumer la situation j’ai l’impression que Arnauda voit simplement la situation d’un point de vue pragmatique avec les moyens actuels. C’est à dire trop peu encore pour pouvoir offrir au personnes handicapées un rythme de vie qui soit le leur.

          Enfin je n’ai pas encore vu ou entendu un communiqué de Santé service par rapport à cette situation, ce qui permettrait de clarifier un peu le sujet.
          s’agit il d’un manque de moyens? D’une mauvaise gestion? Pourquoi ces décisions de changements ont été prises?

          Je me doutes quand même que ces changements sont l’œuvre de manques de moyens financiers…

          • Anonyme

            c’est tout à fait ça

          • Anonyme

            c’est tout à fait ça

          • Anonyme

            un communiqué a été posé sur leur site depuis quelques temps déjà.

        • Anonyme

          nous sommes entièrement d’accord.
          Ce qui est à noter, c’est que le message de ce blog n’est pas interprété comme un vécu, un ressenti, mais comme un plaidoyer contre santé-service et les intervenants.
          on voit ici un journaliste trouvant tout cela scandaleux et va relayer la honte de santé service.
          Ici là un ergothérapeute disant que beaucoup d’aides soignants à domiciles sont des faignants pas possibles et faisant un « métier alimentaire », 2-3 énergumènes proférant les pires injures à quiconque exprime la moindre nuance.

          Bref, le message de LVPD a été déformé (ou pas !) pour vouloir changer le monde et casser Santé-service pour le plaisir et sans rien connaitre du milieu médical ou même de la condition de tétraplégique et de tout ce que cela entraine.
          Or je vous le dit tout net, à trop tirer sur la corde, il n’y aura plus rien.
          Des soignants ici ont déja dit qu’ils auraient peur de prendre en soin Mr Duport suite à tout ce qui vient de se dérouler ici.
          C’est un signe. faire aller au travail des gens avec la peur au ventre de se retrouver devant un tribunal pour X raisons parfois impossible à mettre en oeuvre, faudra pas s’etonner d’un manque d’intéret pour cette profession.

          Ce que vous décrivez est un processus de deuil où, evidement, il n’y a pas de réponses formatées à vous fournir.
          Et c’est un peu en ça que je vois Mr Duport, une situation de deuil où la colère l’emporte sur le reste.
          C’est « normal », mais il l’est moins quand il est surmédiatisé et entrainant les gens dans des opinions extrèmes.

          J’en reviens à des « détails » qui sont pour moi frappant lorsque Mr Duport compare son nouveau lit et matelat avec un tatamis de judo.
          Les gens le prennent au pied de la lettre alors que la réalité evidente est que ce changement de lit est le symbole d’un changement de vie.
          ce matelat n’est pas « dur », ce n’est pas possible pour des raisons physiologiques, Mr Duport du fait d’être tétraplegique a un matelas adapté.
          mais moralement, c’est évidement « dur » et c’est en cela qu’il peut le comparer à un tatamis de Judo.
          Mais le 9/10e des gens ici ne peuvent pas le comprendre car ils ne connaissent rien du milieu médical et sont incapable de le comprendre tant qu’ils n’ont clairement pas reçu de formation pour.

          • Anonyme

            il est vrai que vous êtes dans le dos de M. donc vous pouvez affirmer qu’il se pose en faux vis à vis de son matelas.

            apparemment, vous n’appréciez pas ne pas être entendu et approuvé, fallait il y penser avant, tout le monde ne peut être en accord avec vos propos, que dire de vos insistances sur les mêmes sujets lorsque des réponses n’arrivent pas en votre faveur.

          • etoilebleue

            « ….ce
            changement de lit est le symbole d’un changement de vie. »

             

            Malheureusement,
            ce changement de vie n´est pas choisi mais imposé, donc M. Van Proosdji a tout à
            fait le droit, étant citoyen comme nous tous, de protester.

             

            « Mais le
            9/10e des gens ici ne peuvent pas le comprendre car ils ne connaissent rien du
            milieu médical et sont incapable de le comprendre tant qu’ils n’ont clairement
            pas reçu de formation pour. »

             

            Quelle chance
            nous avons, nous les 9/10e, durs de la comprenette, d´avoir en M. Arnauda
            une personne savante et éclairée, qui grâce à une analyse pertinente, nous
            permet d´entrapercevoir une issue à l´ignorance crasse dans laquelle nous nous
            trouvons !

             

        • Anonyme

          nous sommes entièrement d’accord.
          Ce qui est à noter, c’est que le message de ce blog n’est pas interprété comme un vécu, un ressenti, mais comme un plaidoyer contre santé-service et les intervenants.
          on voit ici un journaliste trouvant tout cela scandaleux et va relayer la honte de santé service.
          Ici là un ergothérapeute disant que beaucoup d’aides soignants à domiciles sont des faignants pas possibles et faisant un « métier alimentaire », 2-3 énergumènes proférant les pires injures à quiconque exprime la moindre nuance.

          Bref, le message de LVPD a été déformé (ou pas !) pour vouloir changer le monde et casser Santé-service pour le plaisir et sans rien connaitre du milieu médical ou même de la condition de tétraplégique et de tout ce que cela entraine.
          Or je vous le dit tout net, à trop tirer sur la corde, il n’y aura plus rien.
          Des soignants ici ont déja dit qu’ils auraient peur de prendre en soin Mr Duport suite à tout ce qui vient de se dérouler ici.
          C’est un signe. faire aller au travail des gens avec la peur au ventre de se retrouver devant un tribunal pour X raisons parfois impossible à mettre en oeuvre, faudra pas s’etonner d’un manque d’intéret pour cette profession.

          Ce que vous décrivez est un processus de deuil où, evidement, il n’y a pas de réponses formatées à vous fournir.
          Et c’est un peu en ça que je vois Mr Duport, une situation de deuil où la colère l’emporte sur le reste.
          C’est « normal », mais il l’est moins quand il est surmédiatisé et entrainant les gens dans des opinions extrèmes.

          J’en reviens à des « détails » qui sont pour moi frappant lorsque Mr Duport compare son nouveau lit et matelat avec un tatamis de judo.
          Les gens le prennent au pied de la lettre alors que la réalité evidente est que ce changement de lit est le symbole d’un changement de vie.
          ce matelat n’est pas « dur », ce n’est pas possible pour des raisons physiologiques, Mr Duport du fait d’être tétraplegique a un matelas adapté.
          mais moralement, c’est évidement « dur » et c’est en cela qu’il peut le comparer à un tatamis de Judo.
          Mais le 9/10e des gens ici ne peuvent pas le comprendre car ils ne connaissent rien du milieu médical et sont incapable de le comprendre tant qu’ils n’ont clairement pas reçu de formation pour.

      • Anonyme

        votre deuxième partie de message a été ajouté plus tard.

        vous êtes infaillible quand à cette volonté de vouloir crier haut et fort des insultes profanées à l’égard du personnel soignant. Il me semble que votre indignation a été entendue.
        il ne me semble pas que ce soit le cas, un dis-fonctionnement, une non écoute a été révélée, mais il est plus facile de se mettre en colère, de s’indigner du traitement que l’on fait envers le corps médical, ce qui me fait penser que vous ne  comprenez pas entièrement la position de M. LVP.
        tout n’est pas possible dites vous, pourquoi ?
        vous parlez de garde-malade, la tétraplégie n’est pas une maladie, elle est la conséquence d’un accident de vie, on ne garde pas une personne, on l’accompagne, le juste mot me parait important même si il peut paraître futile à certains. 
        Vous parlez d’institution, elle peut être bien vécue si elle est choisie, dans le cas contraire elle peut devenir une prison, un mal supplémentaire et donc, une insulte pour ceux qui ne l’on pas voulu et pour qui, le choix n’avait pas de mise.
        si j’entends vos lignes, il faut se faire à l’idée que, il faut donc baisser les bras et se soumettre au choix qui n’est pas désiré par la personne mais acté par d’autres. C’est ennuyeux tout de même de vivre selon la volonté de tiers pour la raison que l’on n’est pas tout à fait comme tout le monde, cela voudrait dire que non seulement l’on est une personne en situation de handicap, qu’on le vit chaque jour, mais aussi qu’on vous le rappelle sans cesse. Tel geste, tel acte n’est pas possible au vue de votre handicap, l’on devient un handicap pour la société, une gène pour le bon fonctionnement de la société, d’un service, d’une institution.

        Pour des personnes à qui l’on donne le droit d’être citoyens lambda, cela ma parait un lourd à porter ce handicap supplémentaire

        • @arnaudA:disqus
          Ce qui est inacceptable, ce n’est pas que Santé Service soit une société privée de personnel qualifié comme vous le sous-entendez. Ce n’est pas non plus qu’elle ait du mal à s’adapter aux horaires d’un handicapé qui travaille. Personne n’est parfait.

          Ce qui est inacceptable, c’est quelle ponde des chartes à la con où elle écrit le contraire de ce qu’elle fait. On a le droit d’être mal adapté à sa fonction, mais alors, on se tait et on fait son boulot sans laisser croire que le patient est « au centre de la prise en charge ».

          • Anonyme

            elle n’est pas privé de personnel qualifié, mais il est vrai qu’il y a du personnel non qualifié.
            Concernant les chartes à la con, là dessus, je ne suis pas à la rédaction, mais il s’agit surement de l’eternel bureaucratie que vous devez sans doute tous connaitre.
            pondre du papier pour faire plaisir au gouvernement.
            d’ailleurs, je ne suis pas sur que les chartes soient ecrites par celles qui sont sur le terrain

        • Anonyme

          désolé du retard de réponse souhaitant prendre du recul pour clairement prendre du repos vis à vis de ce sujet.
          je comprend votre point de vue.
          Concernant le « garde-malade », on s’entend qu’il s’agit d’un terme générique. c’est comme parler de « Patients » alors que nous ne sommes pratiquement plus devant des gens « patients » mais souhaitant un rapport de « clientelisme ». Un autre terme qui me plait plus étant « personne soignée », ce qui me semble plus correspondre à la réalité, mais plus long à ecrire ou à dire.

          Concernant mon propos, il est que Santé-service a ses limites, et qu’il ne peut lui en être demandé plus qu’il n’est possible à son personnel.

          je reprend votre phrase:
          « C’est ennuyeux tout de même de vivre selon la volonté de tiers pour la raison que l’on n’est pas tout à fait comme tout le monde »

          C’est pourtant un fait. Quoique santé-service fera, il sera toujours en situation de dépendance plus importante qu’une personne valide.
          Et cela est rappelé partout, dans chaque acte de la vie.

          Ou alors, il faut accepter des journées de solidarité supplémentaires pour aider financierement.
          Et encore, est-ce là uniquement le problème ?
          pour ma part, je suis quelqu’un de très gentil et compréhensif dans la vie de tous les jours (si si!), mais jamais je n’accepterais de me déplacer uniquement pour 1 personne car elle désire se coucher à 2h du matin.
          Moi, je fais quoi en attendant ? je n’ai pas le droit non plus à ma vie privée ?
          enfin je dis moi, s’entend, j’imagine si une personne me demandais ça.

          Je vois surtout des personnes qu’il faut voir par nécéssité parfois à 20h ou 21h, voir au pire à 23h (jamais arrivé), et faut voir la tête des gens qui me présentent cette demande, ils sont dépités et franchement désolés.
          En aucun cas ce n’est un Du ni une revendication.
          C’est ce qui me dérange.
          Vouloir faire déplacer une aide soignante à domicile à 2h du matin car on fait la fête, gloups !
          je vois bien appeler mon médecin à noel, car j’ai manger trop d’huitre et lui dire: je suis malade, venez tout de suite ! oui je sais, il est 3h du matin et vous travaillez tout à l’heure..

          clairement, voila, je précise un peu, ça me fait penser aux coups de fils aux urgences de nuit car on a un évier bouché ou qu’ils ont un peu mal à la tête.
          Ca existe, des gens le font et estiment cela normal.
          moi non, voila tout ^^.
          Il me semble que pour trouver une solution, beaucoup l’ont formulés, il apparait nécéssaire de faire appel à une personne extérieure pour l’aider dans le quotidien en plus.

          • julie dupuis

            « C’est ennuyeux tout de même de vivre selon la volonté de tiers pour la raison que l’on n’est pas tout à fait comme tout le monde  »

            C’est même plus qu’ennuyeux bien sûr, mais en étant une personne handicapée il n’y a pas d’autre solution que de devenir indépendante d’une autre (ou être soigné mais malheureusement la science n’en est pas encore là). C’est simplement un fait. Donc il faut soit s’adapter soit avoir les moyens de payer un peu plus des personnes qui voudront bien venir à 2h du matin… Quelle autre solution y’a t’il sinon?

          • Anonyme

            je suis entierement d’accord avec vous.
            Si FabienneD ne répond pas, je peux vous imaginer sa réponse:

            ce n’est pas à la personne tétraplégique de s’adapter, mais au monde de s’adapter à la personne tétraplégique.
            Donc, santé-service doit, selon FabienneD, s’adapter et trouver quelqu’un pour coucher toute personne le désirant à 2h du matin, et ce, de manière gracieuse.

            il n’y a pas d’autres solution possible, c’est bel et bien là où elle veut en venir.
            Au mieux, elle consent à dire qu’en effet, c’est pas un métier facile !
            (bien que !).

          • Anonyme

            Je n’apprécie pas les propos que vous tenez, que vous vous permettiez de répondre à ma place, pour qui vous prenez vous pour affirmer mes pensées et répondre à quelqu’un en mon nom, il ne me semble pas que nous nous connaissions. 

            dans sa globalité, nous sommes tous dépendants d’un tiers, d’un lieu, d’une situation à un moment donné.
            vous tenez des propos indélicats, que savez vous de ce que je pense et de ce que je connais du métier de soignant et d’aide à domicile. Et, me semble t-il je n’ai pas parlé de santé service et de ce que ce service devrait faire. Je parle de la société, de la citoyenneté, du regard, de l’appréhension du handicap.
            Alors oui il faut s’adapter, mais la société doit donner les moyens aux personnes de pouvoir le faire et de pouvoir vivre dignement.

            Autre chose, beaucoup parlent de dépendance, la dépendance ne doit pas empêcher l’autonomie.

          • etoilebleue

            « Je parle de la société, de la citoyenneté, du regard, de l’appréhension
            du handicap.
            Alors oui il faut s’adapter, mais la société doit
            donner les moyens aux personnes de pouvoir le faire et de pouvoir vivre
            dignement.

            Autre chose, beaucoup parlent de dépendance, la
            dépendance ne doit pas empêcher l’autonomie.  »

            Je partage tout à fait votre avis chère Fabienne D, et je trouve aussi que Arnauda devrait être plus nuancé dans ses propos. J´ai particuliérement apprécié votre texte sur la dépendance que vous avez écrit voici une semaine. C´est tout à fait cela:on fait des projets de vie, et il se passe un drame qui remet tout en question, et la vie bascule, et la société exige qu´on se résigne. Comme vous je trouve cela inacceptable, et il faut le crier haut et fort, pour que les choses changent et que les personnes handicapées puissent vivre aussi normalement que possible,  en tout cas en faisant leurs choix elles-mêmes comme personnes adultes et responsables.

          • Anonyme

            Je vous remercie Etoilebleue, je me suis retrouvée ce soir dans une situation bien déplaisante et ai eu l’impression d’être une extra-terrestre vivant d’utopie. Je suis malgré tout rassurée de voir et d’entendre au sein de mon travail et de mes activités associatives et ici parfois que j’ai les pieds sur terre et que la revendication de l’autonomie n’est pas vaine. 

      • Marie

        Le simple fait d’un shampoing par semaine ne vous fait pas tiquer ? Le système hospitalier est certes en difficulté mais après 25 ans de construction d’un avenir, d’une vie différente à laquelle il a fallu s’adapter, vos arguments sont un peu forts de café. ce ne sont que d’abjectes sornettes. C’est même complètement réac.

        Vous soulevez le fait du coucher à 2h du mat après un cocktail, avez-vous donc oublié l’AS qui arrive à 9h45 le matin ? M. van prosdiij a un travail, il est lui aussi soumis à un rythme de vie. Comme quoi une personne handicapée n’est pas un légume qui reste à se choper des escarres sur son lit toute la journée. (au passage le M. Dupont est déplacé au possible).
        A bon entendeur M. Dugenou

    • etoilebleue

      Très bonne analyse Fabienne D, je partage tout á fait votre point de vue.

  • je vois que le fait d’être en bonne santé et de ne pas partager votre avis vous ramène a me souhaiter d’être attacher a un fauteuil roulant pour me rendre compte du handicap de LVP. c’est exactement ce que je voulais lui faire comprendre en lui écrivant qu’il avait de la chance d’être né en France.
    Il y a toujours une situation pire que la notre…
     cependant, il me semble que le combat de LVP n’est pas celui que vous prétendez.
    le combat des handicapés pour un meilleur accès aux soins est noble.il mérite d’etre débattu et surtout d’arriver à obtenir de vrai solutions pour TOUS CEUX qui en ont besoins.
    mais quand j’observe le combat de LVP, il me semble qu’il y a un acharnement sur l’association qui s’occupe de lui depuis des années…..avez vous vu les vidéo de ce monsieur à LCI et europe 1????(facile à trouver sur le net).on y entend « Santé service » presque à chaque phrase, j’appelle ça de la diffamation…
    et ça ressemble plus à une vengeance personnelle qu’au noble combat auquel nous souhaitons tous participer.
    si ce monsieur avait souhaiter défendre la cause de tous les handicapés, il aurait du le faire d’une façon neutre, sans mettre en cause des personnes qui méritent bien plus de considération….

    pour le barbecue, vous êtes la bienvenue………ainsi que LVP

    • Anonyme

      euh juste si vous pouviez écrire « personnes handicapées » plutôt que handicapés 😉 comme ça au passage.

      merci

      et je n’ai pas souhaité, j’ai dis, je pourrai proposer comme le font certaines associations, c’est très différent

    • Anonyme

      Je n’arrive pas à trouver la vidéo dont vous parlez. Pouvez-vous recopier le lien s’il vous plait ? Merci.

      • coogle, LVP en entier, et vidéo.je crois que vous pouvez le trouver sur dailymoiion  aussi.je vous conseille aussi de cliquer en haut de cette page sur « l’auteur » et de lire  le témoignage de TYDO 23, grande leçon d’humanisme, a qui je souhaite un bonheur sans failles, pour elle et sa famille. merci .

        • Anonyme

          C’est sur Europe1.fr. Voici les liens, l’émission est en 2 parties :

          http://www.dailymotion.com/video/xjc21g_petit-stream-entre-amis-louis-van-proosdij-1-2_news
          et
          http://www.dailymotion.com/video/xjc21g_petit-stream-entre-amis-louis-van-proosdij-1-2_news

          Au total, cela dure 44 mn. Et Santé-Services est citée 3 fois.
          On est donc un peu loin de votre version : « on y entend « Santé service » presque à chaque phrase, j’appelle ça de la diffamation…
          et ça ressemble plus à une vengeance personnelle qu’au noble combat auquel nous souhaitons tous participer. » hein ?!!!

          Louis fait très attention à adresser tous les aspects du problème, pour toutes les parties prenantes.

          Quant à votre référence au témoignage de TYDO 23, ben, de votre part, c’est presque hors-sujet puisque cette personne est parvenue à supprimer toutes les interventions humaines. Super ! Mais nous savons tous les 2 que ce n’est pas possible pour tous les handicaps, dans toutes les situations. Chacun a des besoins spécifiques et on  peut y répondre avec un peu d’imagination, formation, rémunération, etc.

          On ne fait pas le bien des gens à leur place.

  • bonjour je suis comme vous hndicapée depuis 2002 et depuis cette année avec des toilettes au lit imposées contre la douche d’avant. Comme vous on m’a imposé un lit médicalisé avec aucun meuble autour pour circuler. Je vous ai vu au magazine de la snté c’est inadmissible pour nous tous nous sommes des humains pas des protocoles.

  • coup de gueule

    Bonjour,

    Je n’ai pour ma part aucun handicap, un ami handicapé en fauteuil roulant attient d’une maladie orpheline, je suis donc naturellement sensible, peut-être trop.

    J’admire votre volonté, votre force, faire toutes ces choses en étant en fauteuil devrait remettre en place pas mal de ‘valides’.

    Je travaille en informatique, et j’ai passé quelques années au sein du servie informatique d’un grand hopital parisien.

    Depuis quelques années, malheureusement, l’être humain pour parler en général, et pas seulement les patients, n’est plus considéré comme être vivant mais source de profits !

    Quels profits me direz-vous en lisant les excellent commentaires chiffrés plus bas : ceux des personnes avec de jolis postes pondant des textes pompeux auquels il faudrait obliger la distribution d’un manuel explicatif et un bon dictionnaire !

    Dans quel but : celui de voir les politiques se justifier d’avoir lancé tel programme, telle réforme, telle amélioration d’un quelconque système, dans le seul but de ne surtout pas être responsable, accusé, coupable !

    Et oui, tout comme dans un système alimentaire, nous ne sommes finalement que le … repas 🙂

    L’homme est censé être en haut de cette chaîne, malheureusement, l’homme est un loup pour l’homme.

    Il existe des exemples dans tous les domaines, malheureusement le votre est d’autant plus grave que vous êtes un peu plus dépandant de ce système du fait de votre état physique.

    La France débloque, ses priorités sont bien loin de celles qui en ont fait à une époque le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Ce ne sont plus de quelques mots qui résonne et témoignent d’un lointain passé.

    Je ne peux qu’avoir ‘envie de vomir’ quand je vois ce que les gens sont capables de mettre en oeuvre en terme d’innefficacité pour arriver à un résultat si médiocre ! Et pourtant, c’est la tendance. Pitoyable !

    Certains vous dirons assistanat, d’autres mondialisation, tous les prétextes sont bons, mais le résultat est dans tous les domaines identique : catastrophique !

    Lorsqu’au quotidien, je vois le nombre de réunions ayant pour seul but ce que je nomme ‘masturbation intellectuelle’ avec aucun résultat digne de ce nom, je ne peux que m’outrager !!!

    Mais que pouvons nous faire, s ice n’est subir, et attendre que nos ‘têtes pensantes’ s’apercoivent de la tournure malsaine des choses, et finalement attendre qu’ils veuillent bien reconnaitre les erreurs commises, et remettre les choses dans le droit chemin, en recentrant les actions autour de l’être humain, et non autour de termes tels ‘profitabilité’ ou ‘rentabilité’, d’autant plus que les investissement lourds n’ont pas le temps d’être amortis, qu’il faut encore réformer…

    L’histoire du serpent qui se mord la queue ça !

    Mettons des sages aux commandes, et mettons les sots dehors ! car :

    Lorsque le sage montre la lune, le sot regarde le doigt ! confucius

    Je ne pourrais terminer sans vous souhaiter de meilleurs jours à l’avenir, et que ce combat qui vous touche personnellement, mais plus largement beacoup de monde trouve une issue heureuse pour tous.

    Cordialement.

  • L’APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés) lance un Appel pour l’Intégration Républicaine du Handicap. Venez nombreux signer la
    pétition pour qu’une autre politique du handicap respectueuse des droits
    des personnes en situation de handicap soit possible!
    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/270611/reussir-lintegration-republicaine-du-handicap

  • Bonjour,

    N’ayant pas le courage de lire les 1011 commentaires, rajoutez à la liste des organismes à contacter la Direction régionale du Service Médical (de votre région) ainsi que l’Agence régionale de santé.

    Cordialement.

  • A la lecture de ce récit, je suis submergée par une vague de nausée, une bouffée de colère et d’angoisse quant à la réalité du monde dans lequel nous vivons…
    Je ne suis pas naïve mais suis toujours restée optimiste en me disant que face  aux décisions politiques, nous pouvions avoir sur le terrain, un soupçon d’humanité…
    Travaillant auprès de personnes âgées depuis des années, j’essaies de composer avec les dictats de plus en plus aberrants et de plus en plus éloignés du discours des droits de l’homme.
    S’occuper de l’autre peut tellement dériver vers le pouvoir d’un être sur un autre.
    Décider de ce qui va se passer pour l’autre, sous couvert d’une organisation « rentable »… Je suis bien opposée à cette notion dont chacun comprendra le leurre…
    Mon petit combat a toujours été d’adapter une organisation institutionnelle et de faire en sorte que le personnel tende vers une prise en charge des résidents la plus individuelle possible. Alors, au quotidien, la tâche n’est pas aisée et doit faire face à des réticences bien ancrées.
    J’ai toujours su que la route serait longue mais pas impossible. L’Homme a toujours peur de ce qu’il ne connait pas et préfère rester figer derrière un fonctionnement établi.
    J’ai toujours préférer croire en l’intelligence de chacun, et qu’après avoir rassurer les plus méfiants, l’évidence apparaitrait aux yeux de chacun.

    Depuis quelques temps, je me suis fatiguée d’avoir à faire face à de plus en plus de lois, de décrets, de protocoles qui ne visent qu’à désespérer les plus humains d’entre nous!
    Mais dans quel monde vivons-nous? 
    Quel avenir allons-nous découvrir?
    Je suis révoltée de découvrir qu’au delà des établissements, les particuliers sont atteints dans leur dignité!

    Comment agir sinon en exprimant mon incompréhension, ma profonde colère et mon désaccord le plus violent à ce qui se passe?
    Comment les pouvoirs publics peuvent-ils continuer à ne pas voir les conséquences de leurs décisions ou bien au contraire conséquences de leur non prise de décisions…
    Comment continuer à se battre individuellement lorsque la crise est bien plus profonde?
    Comment faire pour ne plus être dégoûté du monde dans lequel nous vivons?
    Comment continuer à appeler « dignité » ce qui n’est qu’hypocrisie?
    Comment ne pas se sentir concerné lorsque devant nous, des vies sont détruites par un simple mécanisme de mise en place de protocoles?
    L’humain face à l’ imaginaire de certains pour nous créer un monde meilleur? Que chacun se pose la question?…

    Voilà, ces quelques mots ne sont que l’expression des pensées d’une simple femme, mais au combien indignée de ce qu’elle vit, de ce qu’elle voit, de ce qu’elle constate.
    Une femme révoltée de constater ce que l’Homme fait de son potentiel « intelligence ».

    • Anonyme

      bonjour,

      j’ai bien lu votre message, car ça faisait longtemps que je n’en recevais plus sur l’abonnement à ce billet.
      j’ai donc tout lu mais j’ai un avis contrasté.
      J’ai relu un peu aussi et je trouve mieux expliqué la situation par Mr Duport, et notamment, plus détaillé sur la notion du coucher.

      J’en reste toujours sur l’avis que j’emetais ici depuis le début:
      Qu’en est-il de vous ?
      où vous situez vous dans tout ça ?

      Dans votre discours, vous parlez de tout sauf de Mr Duport et de sa situation.
      vous parlez d’un organisme imposant la rentabilité etc…
      oui, et alors ?????
      à ce que je sache, nul ne vie d’amour et d’eau fraiche.
      Mr Duport doit en être largement au fait puisqu’il est chef d’entreprise.
      Dans quel monde peut-on vivre pour croire que l’hopital, les soins, santé service ou autre n’est pas régit par une forme de « rentabilité » ?
      L’argent ne tombe pas du ciel !
      D’ailleurs, sans vouloir vous offenser, je vous prédi un monde bien plus strict et de plus grande « rentabilité » dans quelques années au niveau des dépenses de santé.

      La rentabilité, d’autre part, ne fait pas tout et n’excuse rien.

      La rentabilité ne vous empeche pas d’être humaine
      La rentabilité, consiste à évaluer le temps que vous mettez pour quels types de soins.
      La rentabilité sert aussi à garantir que vous pouvez avoir une meilleure qualité de travail pour limiter les accidents ou les arrets maladies par surmenage. (un arret maladie est extrémement coûteux, la vraie rentabilité consiste à prévenir ceci)

      Les protocoles et décrets, ils servent principalement à des gens comme Monsieur Duport ici présent pour faire des copier-collers très très long pour dire: 
      « j’ai des droits  !!! » et les faire savoir.
      donc dans ce cas présent, ce que vous critiquez est largement utilisé et indispensable dans la démarche de tout malade et en l’occurence cette personne soignée.
      Comprenez donc que tout n’est pas blanc ou noir.
      Qu’il n’y a pas une méchante société et des gentils patients.
      Ca ne se passe pas comme ça.

      Sur le terrain que vous semblez connaitre et maitriser, vous savez comme moi qu’il y a avant toute chose un problème de reconnaissance de la valeur du travail des intervenant qui viennent au chevet du malade.
      ensuite, qu’il y a un manque chronique de personnel et evidement, la question ne se pose pas, d’un sous salaire.
      On le voit ici, les aides soignants à domicile et les professionnels de santé en règle général, on leur crache dessus, et ça s’est vu ici à maintes reprises.

      Pour conclure, je martèle ici ce que j’ai rabaché plusieurs fois:
      « Vous », qu’etes vous prete à faire pour Mr Duport ou votre voisin handicapé ?

      vous êtes prete à venir le coucher à 2h du matin tous les jours, gracieusement ? sachant qu’une journée de parfois 12h vous attend après ?

      pour ma part, je pense que tout à un prix en ce bas monde.
      Je ne pense pas que la place de santé service soit de coucher les gens à 2h du matin.
      Et comme je l’ai également déja répété et c’est plus visible maintenant, je comprend très largement la détresse de Mr Duport de passer 11h dans son lit la nuit.
      Concernant les points d’appuis, je comprend aussi largement la difficulté et les complications.
      Il apparait nécéssaire de faire appel à un tiers pour aider.
      Mais ça, santé service n’est pas là pour ça.

      Santé service est là pour assurer les soins essentiels « vitaux ».
      le maintient à domicile est quelque chose d’extrémement complexe nécéssitant avant toute chose une prise en charge familiale autour.
      Je soigne pleins de personnes grabataires où santé service intervient.
      Eh bah c’est simple, les familles sont présents constamment, et sans la famille, sans les proches, aucun soin n’est possible !
      à commencer par ouvrir la porte.

      Car après tout, ça commence par là:

      ouvrir sa porte.

  • Bonjour,
    mon commentaire à chaud après la lecture du récit de Mr Duport ne reflète qu’une partie de ce que je pense sur un système global.
    Je n’ai effectivement pas parlé de Mr Duport en particulier parce qu’il est le reflet d’une réalité pour un nombre inimaginable de personnes, il a eu le courage de témoigner, de parler d’une réalité que ne peut imaginer la plupart des gens…
    Alors, quelle est ma position sur cette situation? 
    Que puis-je faire pour lui? Directement, je ne sais pas…
    Je sais que, pour avoir connu une personne paraplégique, j’ai été sensible aux combats qu’elle a dû mener ne serait-ce que pour justifier de la présence d’une tierce personne la nuit (ce à quoi il lui a été répondu que la nuit, c’était fait pour dormir!)
    Je sais également que le monde n’est pas tout rose et qu’il est évident que nous avons besoin de cadres pour évoluer. Je ne suis pas non plus naïve au point de croire que l’argent tombe du ciel.
    Je travaille et tâche de faire comprendre autour de moi que nous devons faire de notre mieux pour travailler avec les moyens que nous avons, essayer d’avoir des idées pour faire de notre mieux (ce qui n’est pas forcément le mieux pour celles et ceux dont nous nous occupons), et je n’oublie surtout pas que même une maison de retraite doit fonctionner comme une entreprise. Alors, bien évidemment que je sais et connais les nécessités économiques au bon fonctionnement du système de santé….
    Mr Duport est un témoignage du disfonctionnement que nous avons devant les yeux au quotidien. Je ne sais pas ce que je peux faire pour Mr Duport, ni pour tous ceux qui se retrouvent dans une situation similaire. Mais je sais ce que je fais dans la vie : je donne effectivement de ma personne et de mon temps lorsque sur mon chemin, je pense pouvoir faire quelque chose. Peu importe ce que vous penserez des derniers mots que je viens d’écrire : il m’est tout simplement assez insupportable de ne rien faire pour aider d’une façon ou d’un autre celui qui en a besoin.
    Concrètement, je n’écris pas ces mots en recherche de quelque retour que ce soit. J’écris ce que je pense, ce que je ressens. Je ne suis pas là pour changer le monde mais pour essayer de faire évoluer le monde qui m’entoure. Je suis là pour dire que chacun devrait faire ce qu’il peut sans être jugé.
    J’écris et je vous écris mon désarroi face à cette situation particulière dont j’ai déjà parlé à mon proche entourage – est-ce une manière suffisante d’aider Mr Duport?… je ne le crois pas, mais parfois les choses se mettent à exister et à changer parce que des personnes en ont parlé entre eux.

    • Anonyme

      merci pour votre réponse qui a été largement plus constructive et intéressante que bien des commentateurs ici.

      Je ne vais pas vous embetter plus longuement avec les quelques détails qui ont pavés ces dernières semaines, je vous fais juste un résumé:
      – Il m’apparait que de nombreux problèmes que vis Mr Duport, mais donc les personnes paraplégiques sont dus à un désir d’etre pris en soins uniquement par 1 association pour tous les actes de la vie courante.
      Or, et malheureusement, la personne handicapée doit faire appel à un réseau de soins dont certains actes sont payants.
      Je pense au garde malade la nuit pour ramener et coucher la personne handicapée aux heures souhaitées.
      C’est un service qui est payant et je le conçois.

      et aussi sur le fait, mais vous avez très bien cerné le problème, il est avant tout question d’un désarrois et d’une détresse de la personne.
      Au début, il a été largement mis en cause le fonctionnement de Santé service, alors qu’il ne m’apparait pas plus scandaleux que ça.
      Ce qui est évoqué ici n’est pas extravagant.
      une toilette à la cuvette peut tout à fait être recevable du moment que celle ci est bien faite.
      D’ailleurs, j’aurais tendance à dire que la toilette à la cuvette privilégie d’avantage la relation à l’autre car il y a un contact plus important.

      mais ce sont des détails qui peuvent être dépassés et vous l’avez fait parfaitement.

      on a tous un vécu différent face à une personne tétraplégique.
      Je me souviens d’une personne qui était un brillant ingénieur et vivant seul chez lui avec la visite de temps en temps de sa fille. (il était devenu paraplégique suite à une maladie dégénérative)
      la prise en soin de ce monsieur était très difficile car cette personne s’alcoolisait fortement au Cognac. on va dire les choses franchement, il se faisait des cuites régulieres.
      Ce que j’ai constaté, c’est qu’il y avait des demandes constantes, avec une insatisfaction permanente malgré le fait que Santé service se soit plié en 4 et nous aussi pour le satisfaire.
      Au final, les filles se cassaient le nez le soir à son domicile car elles venaient le coucher à 18h voir 19h (en fin de tournée) et donc, personne.
      Pour ma part, je le retrouvais pour ses injections d’insulines completement ivre, avec des propos d’alcooliques incompréhensibles.
      le matin, il était retrouvé bien trop souvent par terre, innondé de ses excréments partout dans la chambre.
      que faire ? il refusait le départ en institution, il y était de toute façon persona non grata.
      mais il trouvait normal que les filles de santé service viennent faire le lendemain de cuite.
      En même temps, sa situation était compréhensible, une maladie rare dégénérative, aucun salut, qu’une dégradation lente physique mais pas mental vers une complete paralysie.

      ce que je veut dire, c’est que cette personne avait trouvé une personne charmante pour le coucher à des heures indues et qu’il n’appréciait pas du tout lorsque je lui signalais qu’une personne comme ça, il n’en trouverait nulle part ailleurs, c’etais une exception.

      Il ne se génait pas par ailleurs pour me et nous faire savoir son intelligence et sa culture qui était par ailleurs très haute.
      Notamment sur des domaines de physique complexe.

      Je comprend donc pleinement votre vécu et votre point de vue, et salut votre action au quotidien, car vous, au moins, vous êtes conforme à vos idées et agissez en conséquence.
      Ce qui m’interpelle, c’est l’aspect « normal » de l’intervention de santé service perçu.

      Mon point de vue pour être clair, je suis dans le positivisme:
      Santé service effectue une action remarquable qui est une chance absolue pour les personnes soignées par eux. Ainsi qu’une économie considérable évitant les hospitalisation trop couteuses.
      Toutefois rien n’est du, et il est impératif de faire appel à des intervenants extérieurs pour tous les actes quotidiens.
      portage des repas, garde malade de nuit etc etc etc..
      ainsi qu’un suivi psychologique sur le vécu du handicap.

      Ce qui m’a dérangé, c’est l’aspect que j’ai perçu:
      « j’exige à être lavé à la douche tous les jours, plus de toilettes à la cuvette, rendez moi mon lit, venez me coucher à 2h du matin »
      c’etait un peut trop dans le « je veux »
      je comprend tout à fait ces exigences pouvant parait être légitime pour tout un chacun, mais je trouve qu’il n’y a rien à éxiger de santé service sinon ce que vous dites:
      être humain, faire de son mieux pour améliorer la vie de la personne et la rendre la plus agréable possible.
      Si c’est ce que j’ai bien compris.

  • Anonyme

    En attandant que Service Santé face marche arrière, y a t il une alternative par un service privé et quel en serait le cout mensuel ?
    Quelle partie pourriez vous financer par votre travail et quelle partie devrait être à charge d’associations ou de donateurs ?

    La recherche de financement pourrait s’envisager sur base de chiffres.