Western Digital, simplement les meilleurs disques durs

Western_Digital_Logo.jpg

Voilà pourquoi depuis 20 ans j’achète exclusivement des disques durs Western Digital

Lu récemment :

Comme ils le font régulièrement, le site Hardware.fr a mis en ligne les taux SAV de disques durs enregistrés par un très gros revendeur.
En voici le résultat:

Western Digital : 1.2%
– Hitachi : 1.4%
– Seagate : 1.6%
– Samsung : 2.8%

source : MacBidouille

Mais attention, un disque dur reste un disque dur, et il convient de toujours dupliquer les contenus auxquels on tient, et surtout d’effectuer des sauvegardes régulières de ses documents…!!

Utilisateurs de Macintosh, vous vous devez d’utiliser le fantastique outil qui nous est mis à disposition : Time Machine !!

Discours de présentation du Plan Numérique 2012

Plan Numérique.jpg

Demain matin, j’aurais l’honneur d’assister au discours que prononcera notre Président de la République à l’occasion de la présentation du Plan Numérique 2012.

Le sujet est extrêmement important même si l’actualité économique risque fort de laisser peu de bande passante aux annonces attendues. Je reviendrai plus tard sur ce plan, élément capital pour l’écosystème des startups internet qui m’est cher.

Mise à jour :

En raison de la mise en oeuvre des conclusions du Sommet des États de la zone euro, le discours de M. le Président de la République prévu ce (lundi) matin sur le plan de développement de l’économie numérique est reporté à la semaine prochaine. Nicolas Sarkozy devait présenter en fin de matinée à l’Élysée le plan du gouvernement pour le développement de l’économie numérique, qui a pour ambition de rattraper le retard pris par la France dans ce secteur.

C’est en fait une bonne nouvelle, car comme je l’avais souligné dans mon premier post, l’actualité économique étant très chargée, il est fort probable que ce Plan Numérique 2012 n’ait pas eu la visibilité médiatique qu’il mérite. Rendez-vous lundi prochain a priori.

Startups et crise économique : Réagir très vite!!

Sequoia Capital, le fonds d’investissement mythique de la Silicon Valley, a convoqué les dirigeants des startups de son porte-feuille pour s’assurer qu’ils avaient bien pris conscience de la grave récession dans laquelle nous entrons violemment, et leur demander de procéder dans les plus brefs délais à une restructuration de crise qui est la seule voie pouvant offrir la chance de survivre à la très très longue période de rétablissement de l’économie qui nous attend.

Le graph du slide 49 « Survival of the quickest » résume tout. Je vous conseille une lecture complète.

Microsoft dissocie ses divisions Windows et Internet

Microsoft-Yahoo.png

Je m’étais fait plaisir il y a quelques mois en imaginant un repositionnement stratégique des produits Microsoft dans le cadre de l’acquisition potentielle de Yahoo : Analyse de l’offre de Microsoft sur Yahoo, et figure libre 🙂

Certes ma vision était poussée à l’extrême, mais elle avait le mérite de mettre en évidence quelques points délicats au sein de l’empire Microsoft.

Aujourd’hui, avec le départ de Kevin Johnson, qui occupait jusqu’ici le poste de vice-président en charge de la division plateformes et services, et la scission de cette unité en deux pôles distincts, l’un consacré à Windows et l’autre dédié aux services Internet, se dessine une réorganisation qui me semble pertinente et dont je leur souhaite qu’elle se poursuive également vers une séparation très marquée Grand Public/Entreprise.

Source partielle : NetEco – Microsoft dissocie ses divisions Windows et Internet

Lancement de la Fondation Open Web

Open Web Logo.png

Je n’ai absolument plus le temps de bloguer, totalement absorbé par le décollage de Fair Play Interactive. Alors rapidement, je pointe juste une info importante : le lancement de la Fondation Open Web, dans la lignée de Data Portabilty & Co. Des étapes fondatrices d’un internet ouvert, riche et intelligent.

Source : TechCrunch – Open Web Foundation Officially Launches

Mise à jour 26/07/2008 :
Chris Messina explique le pourquoi d’une nouvelle fondation : The Open Web Foundation

Un Google français n’est pas qu’une utopie

J’adhère totalement, je reproduis dans son intégralité, je n’ai rien à ajouter, tout est dit :

Publié par Jérôme Bouteiller le Mardi 8 Juillet 2008
Un Google français n’est pas qu’une utopie

Catherine Barba, François Bourdoncle, Mats Carduner, Pierre Kosciusko-Morizet, Laurent Kott, Cédric Manara et Mark Zaleski ont décidé de prendre la plume pour signer cette tribune, diffusée ce matin dans les colonnes du Monde (8 Juillet, Page 8), et revenant sur le thème d’un « Google français »… Nous reproduisons le texte dans son intégralité.

Après avoir déclaré qu’il ne serait pas le ministre de la « castration de l’Internet », Eric Besson (secrétaire d’Etat chargé de la prospective, de l’évaluation des politiques publiques et de l’économie numérique) ajoute qu’il aimerait que sa mission contribue à faire en sorte que le prochain Google soit français. Voilà un slogan qui a le mérite d’être simple, mais qui ne doit pas faire sourire.

Car la France a de très nombreux atouts. Le contexte français du haut débit constitue notamment un terrain très favorable. Grâce à une politique stimulant la concurrence, les offres d’accès haut débit en France figurent parmi les moins chères et les plus innovantes au monde. Ce terreau favorable a commencé à porter ses fruits, et quelques jeunes pousses nationales montrent le bout de leur nez sur la scène européenne et mondiale de l’Internet.

Notre première recommandation serait justement de maintenir le modèle ouvert qui a fait le succès de l’Internet et permis à un foisonnement de sites, de nouveaux services, d’applications innovantes, de contenus, d’avoir accès d’emblée à 1,3 milliard d’internautes. Certains opérateurs de télécommunications sont tentés de prendre le contrôle de cet espace ouvert. Un comportement surprenant d’ailleurs, au regard de ce que leur apporte directement le développement des acteurs du Web, ne serait-ce qu’en termes de revenus publicitaires et de débouchés sur des activités nouvelles de création et de diffusion de contenus. Un Internet non « neutre » introduirait surtout un péage à l’entrée à la rigueur soutenable pour des acteurs de l’Internet déjà établis, mais difficile à franchir pour les jeunes pousses.

Car le vrai sujet consiste à regarder comment l’économie française peut donner naissance non seulement à un champion mondial de l’Internet, mais aussi et finalement surtout à de nombreuses entreprises florissantes dans ce domaine. Pour paraphraser notre titre, n’oublions pas, au bout du compte, qu’un Google ne vient jamais seul !

C’est là un objectif que l’on se gardera donc de rapprocher du préhistorique plan calcul, dont les résultats furent si peu probants… En fait, notre principal message aux pouvoirs publics serait, paradoxalement, d’en faire… le moins possible ! Laissez agir les entrepreneurs, ils sauront évoluer, se regrouper, changer leur fusil d’épaule. Ils n’ont pas besoin de subventions. Par contre, osez défendre l’avenir contre le passé et non l’inverse ! L’économie numérique bouscule, parfois fortement, les secteurs plus traditionnels. C’est une bonne chose ! N’ayons pas peur des changements, prenons-les à bras le corps, cherchons à en être à l’avant-garde, le bilan sera, au final, largement positif. Il y a trois ans, Jean-Pierre Jouyet, l’actuel secrétaire d’Etat aux affaires européennes, et Maurice Lévy, le président de Publicis, publiaient un rapport qui a marqué les esprits. A la page 11, ils écrivaient : « Dans de nombreux domaines confrontés à un changement technologique, nous nous demandons comment protéger l’existant, alors qu’il faudrait d’abord chercher à tirer au mieux parti du changement.  » Il n’y a pas une virgule à modifier. Rien que du bon sens.

Ce sera donc notre autre message phare : l’économie numérique est davantage « génitrice » d’opportunités que de risques. Profitons-en ! Ces messages ont leur versant juridique. Savez-vous que la France est le pays du monde où les entreprises de l’Internet doivent faire face au plus grand nombre de procédures juridiques ? Quelle que soit la validité des procédures, elles nous semblent surtout révélatrices de peurs, d’appréhensions face au changement, de réflexes de crispation. Encore ne s’agit-il que des tribunaux, mais quand les élus de la nation se mettent en tête de revoir la loi pour la rendre encore plus protectrice des situations du passé, il est certain que l’innovation n’en sortira pas gagnante, et encore moins l’économie française. Il faut un environnement juridique qui, sans pour autant laisser faire n’importe quoi, laisse une marge à l’innovation.

Dernier point, cerise sur le gâteau : les taxes. Dans ce domaine, nous le savons, la créativité peut être grande. Peut-on la limiter ? Imagine-t-on aujourd’hui taxer les Vélib’ pour financer la hausse du prix du gazole ? C’est pourtant à cette situation absurde que font penser les projets récurrents de taxation de l’Internet pour contrebalancer les résistances au changement et à la migration vers le numérique de tel ou tel secteur. Par exemple, taxer l’Internet pour financer la télévision.

Le prochain Google peut-il être français ? Chiche ! Rendez-vous dans dix ans.

Catherine Barba, fondatrice et présidente de Malinea (Cashstore.fr) ;
François Bourdoncle, fondateur d’Exalead ;
Mats Carduner, directeur général de Google France et Europe du Sud ;
Pierre Kosciusko-Morizet, PDG de Price Minister et président de l’Association des sites Internet communautaires ;
Laurent Kott, directeur général d’Inria-Transfert ;
Cédric Manara, professeur associé à l’Edhec Business School ;
Mark Zaleski, PDG de Dailymotion.

Premier OpenCamp samedi 28 juin

OpenCamp logo.jpg

Petit rappel : C’est aujourd’hui qu’a lieu le premier OpenCamp, né de l’hypercréatif Christophe Ducamp, et préparé avec une énergie et une passion qui lui sont propres. C’est à partir de 12h, ça dure tout l’après-midi, et c’est sur le toit de la Grande Arche de La Défense, dans ce merveilleux Musée de l’Informatique.

Ne ratez pas ce moment qui promet de la profondeur.

FACE : French American Conference of Entrepreneurs

ba-160x80.jpg

Vendredi 27 toute la journée, et samedi 28 le matin, aura lieu à Paris la French American Conference of Entrepreneurs.

« Entrepreneurs, voyez grand ! »

ADVANCIA, l’école de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris entièrement dédiée à l’entrepreneuriat, San Francisco Science, groupe technologique américain et Triana Venture Partners, cabinet d’accompagnement à la création d’entreprise, innovent et organisent la première rencontre des entrepreneurs français et américains les 27 et 28 juin 2008.

Objectifs :

  • Créer une communauté d’entrepreneurs dynamiques et de partenaires stratégiques (investisseurs, avocats, etc.)
  • Générer des opportunités d’affaires
  • Créer un environnement favorable à la croissance des entreprises

Vous m’excuserez pour ce copié-collé du communiqué de presse, moi-même j’ai horreur de ça quand je le vois pratiqué chez des blogueurs, mais ceux qui me connaissent savent que je suis à 200% sur le décollage de Fair Play Interactive, je n’ai plus une minute pour mon blog.

Cela dit, à ce stade, étant la première édition de cette conférence, je n’ai pas grand-chose à en dire, si ce n’est que je trouve l’initiative excellente et le concept très prometteur. Je ferais un debrief rapide dans quelques jours.

Je voudrais remercier Ouriel de TechCrunch FR de m’avoir proposé une place, remercier les lecteurs de TechCrunch FR d’avoir témoigné si chaleureusement de leur intérêt pour l’OpenCoffee Club, et remercier Hugues de Revel d’ADVANCIA de m’avoir invité libérant ainsi pour un 5e entrepreneur une des précieuses places offertes via TechCrunch FR.

Cela dit, je me suis trouvé un peu con à l’instant même où j’ai posté mon commentaire sur TechCrunch, réalisant a posteriori qu’il me suffisait d’envoyer un mail à Ouriel pour voir directement avec lui et Hugues comment permettre à l’OpenCoffee Club de Paris d’y être représenté pour évangéliser, plutôt que de jouer à ce concours où je n’avais rien à y faire sinon risquer de piquer la place d’un entrepreneur. Bref, Ouriel et Hughes ont réagi vite alors que je n’étais pas bien bien réveillé.

En conclusion, j’y vais donc avec l’étiquette OpenCoffee Club Paris, et je m’engage à convaincre au minimum Pierre Kosciusko-Morizet de passer un jeudi 🙂

Et si l’an prochain la French American Conference of Entrepreneurs commençait un jeudi, par un OpenCoffee spécial FACE ?

Le Premier Ministre François Fillon à la Cantine et en live sur QNTV

Francois Fillon.jpeglacantine.gif

Le Premier Ministre, François Fillon, se rendra demain mercredi 28 mai de 17h00 à 18h30, à La Cantine, accompagné d’Eric Besson, Secrétaire d’Etat chargé de la Prospective, de l’Evaluation des politiques publiques et du Développement de l’économie numérique.

A la veille du lancement des Assises du Numérique cette visite sera l’occasion pour François Fillon de découvrir cet espace de travail collaboratif dédié aux nouvelles technologies créé par Silicon Sentier, et de s’entretenir avec des entrepreneurs sur les enjeux liés au développement du secteur des TIC.

Stéphane Distinguin, Président de Silicon Sentier, reçoit donc François Fillon et 6 entrepreneurs du WEB afin d’échanger avec le Premier Ministre :

  • Yseulys Costes, Présidente et fondatrice de la société Mille Mercis
  • Emmanuel Guyot, Président et fondateur de la société Digitick
  • Bertrand Diard, cofondateur et Président de la société Talend
  • Marc Reeb, cofondateur de Viadeo
  • Thomas Serval, Président de la société Baracoda
  • Louis van Proosdij, Président de Fair Play Interactive TV et fondateur de l’OpenCoffee Club.

Le débat sera animé par Luc Fayart, journaliste de Radio-Classique (101.1 Mhz à Paris) (dans « L’actualité high-tech », tous les vendredis matin, à 7h50)

Hélas l’événement n’est pas public pour des raisons de logistique, mais il sera retransmis en live sur QNTV :

http://qntv.fr/

Ne ratez pas l’événement 🙂

Et bravo à La Cantine!!

Non au boycott des Jeux Olympiques, oui à la liberté d’expression et aux droits de l’homme

beijing-olympics-2008.jpg

Après lecture sur le blog de Laurence Thurion : « Non au boycott des Jeux Olympiques, oui à la liberté d’expression et aux droits de l’homme« 

Je suis en total accord avec ce qu’écrit Laurence.

Triste spectacle que cette flamme malmenée et ces sportifs bousculés alors qu’ils ne font que transmettre l’esprit des Jeux. La flamme n’est ni un drapeau, ni un porte-drapeau chinois. Laissons les sportifs à leurs Jeux, et libres d’exprimer à leur façon et au moment de leur choix leur éventuelle désapprobation de la politique chinoise.

Pour ma part, je rêve de voir le jour de la cérémonie d’ouverture, en fin de cérémonie, tous les sportifs se coucher à plat ventre au sol restant immobiles 15 ou 30 minutes, en silence, avant de se relever et poursuivre en paix.

Et je rêve qu’au même moment le monde entier se constitue en Freeze planétaire, en symbole du soutien à l’ensemble du peuple chinois, Tibétains inclus, et en symbole de l’opposition à la politique du gouvernement chinois.

Les Chinois croient-ils maîtriser la météo ?

1_air_shot.jpg

D’un côté ça fait rire, de l’autre on peut quand même se demander si en y arrivant ils ne nous préparent pas une pure démonstration de puissance à comparer avec l’effet Spoutnik 1 (premier satellite), Youri Gagarine (premier homme dans l’espace), Neil Armstrong (premier homme sur la lune).

Jeux Olympiques 2008, la Chine incarnant Zeus (Jupiter) Zeus, le roi de la nouvelle génération de dieux qui ont vécu sur le mont Olympe, dieu du ciel et des phénomènes célestes ?

via « Chinese Believe They Can Control Olympic Weather « 
et « Do the Chinese really believe they can control the weather? « 

Freeze Paris, la vidéo

J’ai peu de temps en ce moment pour blogger, alors je ne raconterai pas mes impressions en tant que participant, mais voici la vidéo officielle. On trouve de nombreuses autres photos et vidéos sur les sites d’hébergement comme Flickr ou YouTube en cherchant le TAG « freezeparis ».

Nous étions aux environs de 3000 personnes… impressionnant! Surtout pour les touristes… très très surpris…

La version officielle :

La version longue (5 minutes) :


Bravo Charles !!

Evénement, « Freeze, The World Is Going Too Fast » à Paris le 8 mars 2008

J’avais été bluffé par la vidéo du premier Freeze organisé à Grand Central Station à New York :

Charles Nouÿrit organise un Freeze à Paris le 8 mars et a demandé à ce qu’on relaie un peu l’information autour de nous.

Je n’ai pas beaucoup de temps en ce moment, ma nouvelle entreprise démarre très sérieusement (je communiquerai bientôt), et je n’ai pas le temps de rédiger un billet. Je copie donc ci-dessous le message de Charles :

Après avoir vu cette vidéo : http://tinyurl.com/2874tp
J’ai décidé de faire la même chose à Paris, au début ça devait être un délire entre potes, je pensais que l’on serait une petite cinquantaine…

Puis les Anglais s’y sont mis avec plus de 1000 participants, ensuite le buzz a commencé à prendre doucement sur Facebook autour de l’évènement avec à ce jour plus de 450 participants confirmés sur presque 4000 personnes invitées !!! et finalement aujourd’hui Ariel Wizman a parlé de nous dans L’Édition Spéciale à midi, ce qui a définitivement donné une autre envergure à ce petit délire… La vidéo : http://tinyurl.com/3dr2m4

Nous avons à ce jour une équipe complète de 8 caméramans, dont des professionnels de l’audiovisuel qui assureront en plus le montage final, mais aussi de nombreux photographes pros que l’on trouve sur Flickr (merci Shamir).

Si vous pouviez relayer l’info, ce serait super sympa, cet évènement est un Flash Mob et n’est pas dénaturée par la moindre marque, récupération marketing ou quoi que ce soit d’autre, le but est de s’amuser et de montrer au monde entier que les Français peuvent faire aussi bien si ce n’est mieux que le reste du monde.

Le lieu est tenu secret jusqu’au 7 mars, soit la veille de l’évènement qui sera le 8 mars à 14h dans Paris. Ce que je peux vous dire c’est qu’il sera hautement symbolique de Paris et avec plein de passants pour maximiser l’effet Freeze.

Pour s’inscrire, une seule solution, le groupe sur Facebook : http://www.facebook.com/event.php?eid=7960989587

J’en parle là : http://tinyurl.com/2kdxdn et puis là aussi : http://tinyurl.com/2ttmc9

Merci à tous pour votre coup de main, et j’espère vous y voir tous, ça va être un très grand moment !!!!
A+


Charles Nouÿrit

Analyse de l’offre de Microsoft sur Yahoo, et figure libre :-)

200802111719.jpg

Note : J’avais écrit ce texte avant le rejet de l’offre par Yahoo. Bien que cette nouvelle ne change rien à ce que j’ai écrit, le mentionner me semble utile.

Toutes les analyses de l’offre de Microsoft sur Yahoo la justifient par le retard important de Microsoft sur internet. Certes c’est évidemment la première justification qui apparaît, mais si on s’arrête là et qu’on réfléchit au résultat de cette intégration plus ou moins complète de Yahoo, on arrive, quelle que soit l’intégration en question, à douter du bien-fondé d’une si grosse opération, en tout cas à la considérer comme un challenge industriel très difficile à relever. Yahoo a mal négocié le passage de l’annuaire Web au Search, a mal géré l’intégration de tous ses services et de ses acquisitions, est passé à côté du Web 2.0 puis des Réseaux Sociaux. Microsoft n’a pas mieux réussi, son search piétine, Live survit, bref, je ne referai pas une énième analyse, on les trouve partout.

Mais ne sous-estimons pas l’intelligence des hommes clés de Redmond. Prenons un peu de recul, arrêtons de regarder Yahoo uniquement comme une figure emblématique de l’internet, complément rêvé pour un Microsoft qui n’arrive pas à s’imposer dans cette culture Web.

J’ai voulu essayer d’imaginer ce que Microsoft voit derrière, plus loin que ce qu’ils ont exprimé, là où le deal prendrait un sens profond et bien plus stratégique qu’il ne paraît déjà. Une hypothèse m’a tout de suite traversé l’esprit. Ce n’est qu’une pure hypothèse, mais, quel que soit son niveau de réalisme, elle a le mérite d’essayer de faire réfléchir un peu plus loin qu’un discours officiel, qui à ce stade premier de l’offre, ne peut révéler grand-chose d’une stratégie qui ne peut être que plus brillamment élaborée qu’elle ne le laisse paraître.

Microsoft a plusieurs sujets préoccupants qu’on peut intégrer dans la réflexion :

  • Windows Vista n’a pas rencontré le succès escompté.
  • Windows fait produit commun entre utilisation personnelle et utilisation professionnelle. Ce qui semblait un avantage, et fut instauré avec Windows XP, s’avère semer le doute chez les utilisateurs. L’OS devient trop lourd et pas assez « user friendly » pour un usage personnel. L’OS devient trop lourd et pas assez « secure » pour un usage professionnel.
  • L’image de Microsoft n’est pas excellente, mise à mal par les cabales anti-Microsoft, les procédures antitrust, la culture montante du Logiciel Libre et l’esprit « Open » du Web aujourd’hui.
  • La marque Microsoft cherche son image entre produits grand public et professionnels. Il n’est pas facile de vendre de la Xbox, et du serveur pro et autres progiciels sous une même marque.

Yahoo est une très belle société internet. Yahoo dispose d’une très bonne image, d’un capital sympathie très élevé, d’une identité visuelle agréable, beau logo chaud, rond, coloré, affectif. Yahoo est une marque très forte et qui est encore très sous-exploitée.

Alors quelle est la « big picture » ?

Et si l’acquisition de Yahoo était tout simplement, au-delà d’un renforcement de ses activités internet, la création d’une marque grand public globale pour Microsoft ?

Si Microsoft se recentrait en son nom propre exclusivement sur le marché pro, et que Yahoo devenait la marque grand public, affective, cool, innovante en termes d’usages ?

Yahoo pour les consommateurs.
Microsoft pour les professionnels.

Deux marques, deux images, deux marchés, des produits bien séparés, plus de confusion, l’un ne souffrirait plus de l’image de l’autre, et vice versa. Et là tout prend sens. Transfert rapide des actifs grand public vers Yahoo :

  • Yahoo Windows
  • Yahoo Xbox
  • Yahoo Games
  • et transfert de tous les actifs internet grand public.

Microsoft se focaliserait sur le marché pro en renforçant sa marque et son image.

Yahoo se focaliserait sur l’internet grand public, mais aussi tous les produits grand public.

Yahoo Windows : Il n’est pas question de transférer chez Yahoo la compétente OS, mais simplement de ne plus brander un « Microsoft Windows Vista Home Edition » mais un « Yahoo Windows ». Sur base de Microsoft Windows Vista le « Yahoo Windows » disposerait de sa propre interface. Grosse orientation Web de l’OS rhabillé, intégration de Yahoo Widgets, Yahoo Desktop, My Yahoo, etc.

En résumé :

  • Tout ce qui serait de marque « Microsoft » serait exclusivement professionnel.
  • Tout ce qui serait de marque « Yahoo » serait exclusivement grand public.
  • Transfert des actifs internet de Microsoft chez Yahoo.
  • Transfert des produits grand public chez Yahoo.
  • Régie publicitaire commune, fusion, intégration chez Microsoft.
  • Moteur de recherche commun, fusion, intégration chez Yahoo.
  • Produits vendus sous marque Yahoo, mais business unit et développement Microsoft : Xbox, Yahoo Windows, etc.

Avec un tel scénario, Microsoft restructure son offre, clarifie son message, gagne considérablement en image, et tire le meilleur de tout. Serait-ce la « big picture » précédant le départ de Bill Gates et posant Microsoft sur des bases solides pour poursuivre sa croissance ? J’en connais chez Microsoft qui vont se marrer en lisant cet article…

Votre avis ? (mis à part le côté peut-être farfelu de l’idée)

Adios ThinkSecret et ses rumeurs qualifiées, et merci Nick dePlume

Une page vient de se tourner, l’excellent site ThinkSecret cesse toute publication.

Apple, Think Secret settle lawsuit
December 20, 2007 – PRESS RELEASE: Apple and Think Secret have settled their lawsuit, reaching an agreement that results in a positive solution for both sides. As part of the confidential settlement, no sources were revealed and Think Secret will no longer be published. Nick Ciarelli, Think Secret’s publisher, said « I’m pleased to have reached this amicable settlement, and will now be able to move forward with my college studies and broader journalistic pursuits. »

Nick dePlume, de son vrai nom Nicholas Ciarelli, avait créé ThinkSecret en 1999 à peine âgé de 13 ans. Il est rapidement devenu une source fiable de rumeurs concernant l’univers Apple, alimentée par un certain nombre d’insiders.

En 2004, Steve Jobs a décidé d’éradiquer les fuites émanant de ses équipes, considérant que dans un marché technologique hautement concurrentiel, toute information/rumeur circulant sur des produits à venir représentait un réel danger pour Apple dont l’innovation est une arme essentielle dans sa conquête du marché. Pour un petit historique de « l’affaire ThinkSecret », un article de MacGénération : Une société arrogante ?)

Même si je suis bien placé pour comprendre et confirmer la pertinence du point de vue de Steve Jobs, je ne suis pas du tout d’accord avec la méthode. Museler la presse par des poursuites judiciaires ou des pressions directes ou indirectes est une grave erreur qui nuit à l’image d’Apple et de Steve Jobs, et va à l’encontre de la liberté de la presse et de la protection des sources.

Maintenir le secret dans des équipes c’est :

  • de l’organisation pour compartimenter, découper, isoler
  • de la RH pour identifier les bonnes personnes
  • de la formation, spécifique au problème de confidentialité
  • du management pour impliquer, responsabiliser, accompagner
  • du reward, à tout niveau, humain, professionnel, financier, affectif
  • et quelque autres subtilités…

La meilleure protection est une équipe responsable, motivée, partageant la vision ainsi que l’aspect fondamental du secret. Steve Jobs a beaucoup progressé ces dernières années, il a mûri, il maîtrise mieux son rapport aux autres et a développé son sens du reward. Avez-vous remarqué l’hommage appuyé à ses équipes et leurs familles dans toutes les keynotes présentant un produit nouveau ?

Bref, gageons que cette histoire ne se renouvellera pas, et restons sur cette note positive de Nick :

« For some time, I’ve been ready to move on, » said Ciarelli, a social studies major. « My hope would be that my professional career is not defined by a project I launched while in junior high. Now I have that opportunity. »

Sources : Los Angeles Times « After outing Apple for years, blog shuts down » repris par MacGénération « Le dernier secret de Think Secret « 

Je finirai en disant que les secrets d’Apple sont depuis deux trois ans vraiment bien gardés, que c’est dû à un travail en interne chez Apple, et désormais pas à des pressions abusives sur les journalistes (à ma connaissance).

Enfin, merci Nick et bonne chance pour ta future carrière (prometteuse).

AVAST : Un nouvel antivirus sur Mac (mais étonnamment pas gratuit)

On ne peut pas dire que le Mac soit particulièrement sensible aux virus, très peu existent et il s’agit surtout de malwares qui exploitent la naïveté de l’utilisateur plutôt qu’une réelle capacité de se dupliquer et de se propager. Il y a principalement deux facteurs expliquant la quasi-absence de virus sur Mac :

  • Un OS vraiment robuste et bien pensé (et un petit « merci UNIX » au passage).
  • Un parc installé beaucoup plus petit que Windows, donc moins convoité des auteurs de Virus.
  • Un « capital sympathie » maintenant éloignés les vilains ? 🙂

Cela dit, ce n’est pas parce qu’en tant qu’utilisateur Mac nous sommes relativement à l’abri des virus qu’il ne faut pas contribuer à leur détection et leur élimination. On voit en fait souvent passer des virus sur un Mac, ils ne peuvent s’attaquer à ce dernier, mais ils sont bien physiquement présents, arrivés par mail ou sur une clé USB. Ils sont dormants, incapables d’attaquer votre Mac, mais il suffit de faire suivre le mail infecté à un ami équipé d’un PC, ou de lui prêter une clé USB contaminée pour que le virus retrouve tout son potentiel sur l’environnement Windows qu’il affectionne particulièrement.

C’est donc bien là qu’un antivirus est utile sur Mac, si vous ne courez pas grand risque, il protège en revanche vos amis et contacts en empêchant qu’un virus transite par votre intermédiaire sans avoir été détecté et éradiqué. C’est aussi un excellent moyen d’alerter un correspondant dont on vient de recevoir un virus et ainsi limiter ses soucis au plus vite.

En résumé, l’antivirus sur Mac, si vous ne le faites pas pour vous faites-le pour les autres 🙂

Revenons à AVAST. On ne peut pas dire qu’ils se soient bousculés chez Alwil (l’éditeur), ils ont pris le temps de tester longuement le produit puisque ma première licence de beta testeur date de 2006… Le logiciel est donc en développement depuis longtemps, et il fut longuement beta testé avant de voir le jour.

Je n’ai pas grand-chose à raconter sur le produit lui-même, je laisse le soin aux MacBidouille et autres MacGénération le soin de faire leur travail de bloggeurs/journalistes, et peut-être profiter aussi de la sortie récente d’une nouvelle version de Norton AntiVirus Mac, version 11, pour faire un comparatif détaillé et un état des lieux actualisé des solutions antivirus sur Mac.

Pour ce qui me concerne, il y a un petit point qui me gène concernant AVAST, un détail de techos et ancien développeur « bas niveau« , un détail qui ne concerne que les anciens Mac sous PowerPC et pas ceux sous Intel :

All the hand-written specialised detection routines, written in x86 assembly language, are here too. On Intel based Mac machines, this code is executed natively under a thin wrapping layer, but on PowerPC machines, this code is dynamically translated into native PPC code. So, excepting few specific windows-only archive extractors it has nearly the same detecting abilities as the windows version, at the same or slightly lower performance level.

Cette technique n’est pas idiote :

  • elle facilite le travail du développeur
  • elle simplifie la distribution des mises à jour.
  • elle garantit une exécution similaire.

mais ce n’est pas vraiment optimal pour un antivirus, logiciel qui est constamment à l’affût et qui peut très vite dégrader les performances de la machine. C’est d’ailleurs cette dégradation des performances qui est le point le plus critiqué des antivirus, et qui est à l’origine de tant de machines non protégées, leurs utilisateurs préférant à tort la performance à la quiétude. Bref, j’aurais préféré que le code soit plus optimal, mais ce problème ne concerne que les anciennes générations de Mac sous PowerPC (et qui sont probablement encore plus à l’abri d’éventuels nouveaux virus).

Côté prix je suis surpris, et déçu. Alwil, l’éditeur d’Avast, a mis en place il y a longtemps une excellente politique de gratuité pour les usages familiaux, gratuité qu’ils justifient intelligemment ainsi :

Protection antivirale gratuite pour votre ordinateur personnel
De nouveaux virus sont trouvés « dans la nature (in the wild) » tout le temps. En plus, la vitesse à laquelle ceux-ci se répandent augmente tout le temps. Le problème clé n’est pas que les programmes d’antivirus ne détectent pas de tels virus, mais le fait que la plupart des utilisateurs n’utilisent pas de programme d’antivirus du tout, ou peut-être pire, le logiciel antivirus et/ou la base de données de définitions virale est périmé.
ALWIL Software, le concepteur d’avast!, a décidé en juin 2001 d‘aider pour la résolution cette situation en offrant avast! L’édition Familiale gratuitement pour les particuliers qui n’utilisent pas leur ordinateur pour un but commercial.

Cette politique est évidemment intelligente, adaptée au problème, et fort louable. Mais pourquoi ne pas l’avoir conservée sur Macintosh ? On ne va pas à nouveau nous expliquer que le possesseur de Mac est un client « élitiste » au pouvoir d’achat supérieur et qui paye volontiers les yeux fermés ??!!

Un certain nombre d’éditeurs de logiciels avait pris l’habitude de faire payer bien cher les versions Mac de leurs produits, par exemple le logiciel Tous Comptes Faits a longtemps été vendu 75€ sur Mac contre 49€ pour Windows), et jusqu’à parfois deux fois le prix d’une version Windows chez certains autres.

Je ne suis pas un adepte du tout gratuit, le modèle a ses limites, mais la gratuité d’un antivirus à usage familial a un réel sens.

J’espère qu’Alvil va reconsidérer sa politique tarifaire de la version Macintosh pour l’aligner sur celle du PC. Je vais d’ailleurs tout de suite leur suggérer gentiment part un petit mail à Pavel Cimbal à qui l’on doit cette version Mac.

Quoi qu’il en soit, bienvenue AVAST, bienvenue Awil, merci Pavel.

47e Carrefour des Possibles « Edition spéciale Ville 2.0 »

Carrefour des Possibles logo

Je relaye cette info de nos amis de la FING. J’aime particulièrement le sujet, la mobilité était un des thèmes forts du MobileWebCamp que nous avons organisé en octobre avec Philippe Jeudy, et on a pu y croiser plusieurs entrepreneurs orientés « Ville 2.0 », passionnants sujets.

La FING vous invite au 47e Carrefour des Possibles en Ile de France, qui se déroulera le jeudi 6 décembre 2007, à partir de 18h00 : Venez découvrir 10 usages innovants sélectionnés parmi de nombreux projets qui transformeront votre utilisation des TIC (technologies de l’information et de la communication).

Edition spéciale Ville 2.0 :


L’objectif du programme « Villes 2.0 », initié par la Fing et en coopération avec Chronos et Tactis, est de permettre aux acteurs traditionnels de la Ville (entreprises, institutions, acteurs sociaux) et aux acteurs du numérique d’anticiper et de préparer ensemble les transformations de la ville et de la mobilité.

Retrouvez toute la production du programme Villes 2.0 sur son site dédié : http://www.villes2.fr

LE CARREFOUR EST ACCUEILLI PAR L’UNIVERSITE PARIS 5 RENE DESCARTES :

De 18h30 à 21h30
Université Paris 5, René Descartes
Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques
4 avenue de l’Observatoire 75006 Paris
RER : Luxembourg ou Port Royal (Ligne B)

http://www.carrefourdespossibles.org/idf/

Accès libre et gratuit sur inscription (plan Vigipirate)VIA LE FORMUMAIRE EN LIGNE

  • 18h00, accueil des participants.
  • 18h30, coups de projecteur sur des initiatives remarquables.
  • 19h00, 10 projets innovants se présentent : innovations d’usage, de services, techniques ou organisationnelles, présentées par des entrepreneurs, des artistes, des chercheurs, des associations… Un seul critère : la technologie mise au service de la créativité et des nouveaux usages. Une règle : l’ouverture d’esprit, la volonté de découvrir.
  • 20h, dialogue et réseautage entre les participants et les porteurs de projets autour d’un cocktail.

La liste des projets présentés est confidentielle jusqu’au jour du Carrefour et distribuée en fin de présentation.
Retrouvez les projets classés par domaine d’usage et en vidéo.
Proposez votre usage innovant sur notre formulaire en ligne (confidentialité assurée).

Les forfaits iPhone chez Orange révélés par « une tête qui va tomber? »…

Bon, ce n’est plus un scoop, l’info s’est répandue comme une trainée de poudre cette semaine.

Je voulais juste faire un petit clin d’oeil au journaliste de NetEco qui écrit « Des têtes vont-elles tomber ?« . Disons qu’en précisant « semblent avoir été mis en ligne ce soir, aux alentours de 21 heures » le pauvre auteur de la fausse manip est un peu mieux cerné 🙂

Orange tarifs forfaits iPhone

Neuf lance le énième PC pour surfer… Comment dire…?

00Fc000000676498

Lu dans NetEco : “Neuf lance le PC pour surfer : My Easy par Neteco.com

Neuf Cegetel lance aujourd’hui son nouveau concept d’ordinateur simplifié et connecté pour le grand public.

Basé sur les mêmes spécifications que l’Easygate, le « My Easy » est un ordinateur qui peut être couplé à n’importe quelle connexion Internet provenant de n’importe quel fournisseur d’accès

Je vous passe les détails sur le choix Linux + pack de logiciels open source divers genre Gimp, qui pour moi sont encore très loin d’être à la portée de l’utilisateur lambda et, dans la majorité des cas qu’il m’a été donné de croiser, conforte ce dernier dans l’idée que l’informatique c’est vraiment bien compliqué et définitivement pas fait pour lui.

Quant au design… comment dire…?

015E000000676576

Et vous qu’en pensez-vous ?

10 iPhone à gagner avec Nomad Quest de Nomadsphere.com

Nomad Quest

À partir du 14 novembre, Nomadsphere.com organise un grand jeu-concours intitulé Nomad Quest. En offrant 10 iPhone ils risquent d’attirer du monde 🙂

Pour être totalement transparent, on m’a proposé de relayer l’info sur mon blog et, parrainant ainsi mes lecteurs, de faire aussi partie du tirage au sort…

Alors, jouons pour gagner un iPhone… 😉

Technorati Tags: