Alain Duhamel « off », internet, vidéo, et suspension

Alain Duhamel

L’actualité qui touche Alain Duhamel, suspendu par France Télévision, ainsi que son interview dans Libération, m’inspirent quelques commentaires.
Il y a quelques mois, Alain Duhamel s’est exprimé « off », dans un cadre privé, venu débattre avec Marielle de Sarnez (vice-présidente de l’UDF), devant 60 étudiants UDF de Sciences-Po Paris. Lors de ce débat, répondant à une question sur l’Europe, et après avoir critiqué un peu vivement le début de campagne de François Bayrou, il exprima qu’il voterait pour ce dernier, omettant de préciser sa pensée.
Très claire, précise, honnête, sincère, sage, professionnelle, je vous invite à lire son interview dans Libération : «Je me suis laissé aller»

Je trouve déplorable cette suspension d’Alain Duhamel. Il s’est exprimé dans un cadre privé. C’est l’homme qui s’exprimait, pas le journaliste sur un plateau de télévision ou dans une tribune. Il y a dérive. Tout comme il y a dérive quand on écarte Marie Drucker parce qu’elle partage sa vie avec François Baroin, ou Béatrice Schönberg parce qu’elle est mariée à Jean-Louis Borloo.

Aujourd’hui chaque téléphone mobile est potentiellement un appareil photo, un Dictaphone et une caméra vidéo. Quiconque est présent dans la salle peut enregistrer, filmer à tout moment. Avec internet et l’évolution vers ce qu’on appelle le « web 2.0 », quiconque possède une photo, un enregistrement audio, une vidéo, peut diffuser ces contenus librement, massivement. Là où les professionnels de l’audiovisuel doivent respecter le « droit à l’image », les amateurs photographient, filment, et diffusent ces images d’autrui sans qu’aucun accord soit demandé.

Hier soir, au restaurant, à la table en face de moi, un type filmait avec son téléphone. Aujourd’hui, sans mon avis, une vidéo dans laquelle j’apparais, potentiellement datée, filmée dans un lieu facilement reconnaissable, est peut-être diffusée sur un site ou sur un blog, lequel site ou blog peut, de plus, traiter de sujets auxquels je peux me trouver associé par la seule présence de mon image. Le sujet n’est pas simple à traiter, mais il est important.

Dernier commentaire, lisant ceci dans l’interview :

« Je n’en reviens toujours pas. On en serait à 74 000 consultations… C’est incroyable. On m’a dit que c’est sur un gros système. J’ai oublié le nom. Vous savez, pour moi, Internet, les blogs, c’est la génération de mes arrière-petits-enfants. J’ai 66 ans et jamais je n’ai allumé un ordinateur. Depuis quarante-six ans, j’écris mes papiers à la main. »
Alain Duhamel – Libération, 17 février 2007

Je suis stupéfait. 66 ans c’est encore jeune. Quand les premiers ordinateurs ont envahi la presse papier, il n’avait que 46 ans. Ma mère, à 77 ans, a un iMac et relève ses mails tous les jours. Bien évidemment, ceci ne change rien à l’affaire de sa déplorable suspension, ne remet pas en cause les compétences de ce brillant journaliste, mais hélas témoigne du décalage profond qui frappe le monde de la politique face à l’évolution de notre société.

Technorati Tags: ,

« Citizen Game » de Nicolas Gaume

Citizen Game

Dans ma longue tradition de reprendre un de mes commentaires laissés sur un blog…
Réagissant au post « Voici le commentaire le plus ridicule que j’ai jamais lu ! » de Jeremie Berrebi qui lui-même s’indignait de la profonde connerie de certains des lecteurs de son blog, j’écris donc :

Je connais Nicolas depuis 20 ans, nous avons rêvé d’entreprendre, nous avons essayé de créer ensemble notre société, nous ne nous sommes pas accordés et chacun créa sa boîte (les lecteurs du livre comprendront), nous avons été en froid longtemps, et nous nous sommes depuis retrouvés avec plaisir et respect mutuel.

Je partage, comme tous ceux qui ont connu Nicolas, un respect pour son parcours, et un réel attachement à l’homme et à ses valeurs. Son livre est courageux, sincère, transparent. Il fait preuve d’une grande humilité en expliquant ses erreurs. Il explique le milieu complexe de la bourse, les hordes de gens peu fréquentables qui gravitent autour d’une société, le mensonge organisé d’une partie du milieu, et le fait que nul n’est préparé à ça, encore moins à 20 ans, et encore moins en pleine bulle historique où plus rien n’est réaliste.

J’ai le souvenir, à jamais gravé, d’une heure passée ensemble au bar du Martinez à Cannes (c’est un lieu de business incontournable), en plein Milia l’année où Kalisto a chuté. Nicolas se battait comme peu d’entrepreneurs pour sauver Kalisto, pour protéger ses salariés, se mettant dans une situation d’endettement personnel inversement proportionnel aux golden parachutes des « Antoine Zacharias », enchaînant les rendez-vous avec les investisseurs, les éditeurs susceptibles d’acheter ses productions, etc. Bref !

Ce livre est à lire, par tous, passionnés du jeu vidéo, futurs entrepreneurs, anciens actionnaires de Kalisto, anciens salariés (qui ont dans leur très grande majorité, un réel respect pour Nicolas, et le blues de cette riche aventure humaine qu’il est rare de vivre).

Aloha

Technorati Tags: , ,

Le prix exorbitant de la version française de Windows Vista

Windowsvista

Je suis effaré par le prix auquel Microsoft vend Windows Vista en France.

Aux Etats-Unis :
Microsoft Windows Vista Ultimate FULL VERSION [DVD]
$399,95 (= 309€)

En France :
Microsoft Windows Vista Edition Intégrale [DVD]
575€

Comment passe t-on de 309€ à 575€, soit 86% ??

Louis Nauges, qui est aux DSI ce que Jean-Michel Billaut est à Internet, nous éclaire un peu :

Prix Windows Vista en France : une erreur de calcul ?
et
Prix Windows Vista, suite : le bon exemple du Canada

Bref, pour 44€ de plus vous avez à 619€ un Mac Mini livré avec MacOS X 🙂
Time to switch ?

Technorati Tags: , ,

AIE!! J’ai cassé mon blog

Et voilà, j’ai voulu mettre à jour mon blog avec la nouvelle version 2.1 de WordPress… et là j’ai fait le newbie… un peu pressé… j’ai donc fait une copie sauvage des fichiers et dossiers WordPress en local vers le serveur de mon blog, via FTP, et faisant “replace” comme indiqué, et non “merge”. Seulement voilà… dans le dossier “wp-content” (que j’ai donc écrasé) se trouvait le dossier “uploads’ contenant toutes les photos illustrant les articles….

Ce blog va donc être en chantier, avec des liens brisés et des illustrations manquantes, le temps que je retrouve les images dans des sauvegardes, que je re-paramètre WordPress pour ne plus uploader dans “wp-content”, etc….

Vous m’en voyez désolé…

Hasta la Vista™… no way!! Adieu Windows™

Vista Logo
Grâce à la Communauté Européenne Microsoft a déjà reculé un peu sur certains points :

  • Permettre aux éditeurs de sécurité d’accéder au noyau de Vista, ce qui n’était pas le cas par souci d’éloigner la concurrence.
  • L’OS n’enverra pas d’alerte de sécurité à l’utilisateur lorsqu’un antivirus ou un antispyware d’un éditeur tiers sera installé. Magnifique…
  • Microsoft autorisera également le choix de n’importe quel moteur de recherche par défaut dans un navigateur Internet, et pas forcément MSN…
  • Les spécifications du futur standard maison XPS (XML Specification Paper) font l’objet d’une publication à destination des développeurs. En effet, Vista n’intégrera pas le support du format PDF en natif…!!!!

On sait que les systèmes de détection de versions pirates de Windows Vista permettront de l’utiliser quand même en toute illégalité, mais en mode « dégradé », certaines fonctions devenant inopérantes.

On nage en pleine hypocrisie. Un logiciel est légal, ou il est pirate, il n’est pas un peu légal ou un peu pirate. La politique de Microsoft n’est pas claire et ne véhicule pas un bon message à l’encontre des fraudeurs. On a le droit de copier Windows Vista ou pas? Utiliser Windows Vista en mode dégradé c’est bien ou mal? Est-ce un mode démo? On a le droit mais on ne bénéficie alors pas des fonctions avancées de l’OS? On n’a pas le droit de copier Windows Vista mais on peut quand même l’utiliser un peu? Tout ceci n’est pas bon, le message n’est pas clair.
Pour couronner le tout, j’apprends que Vista sera limité à deux installations, et que les versions grand public, Home Basic et Home Premium, n’accepteront pas de tourner, ou même de s’installer, sur une machine virtuelle ou un logiciel d’émulation. Alors là bravo, on recule alors même que les usages évoluent.

Au lieu de permettre un usage frauduleux de Vista mais en mode « dégradé », au lieu d’empêcher plus de deux installations, au lieu de bloquer l’usage dans une machine virtuelle, Microsoft ferait mieux de sortir sa version Home Basic à un tarif très attractif pour le grand public et d’y intégrer une licence familiale peu coûteuse pour déployer l’OS sur les PCs de la famille.

Quelque part tout cela me réjouit, moi l’amoureux du Macintosh qui voit avec bonheur une quantité considérable de gens switcher vers Apple. Ce qui ne m’empêche pas de regretter qu’Apple n’ouvre pas sa DRM « Fairplay… » aux tierces parties!

Technorati Tags: , , , , ,

Tous Comptes Faits

Argent

J’ai depuis très longtemps géré mon budget personnel à l’aide de logiciels.
Ce fut d’abord, il y a longtemps, sur mon Apple II, le logiciel VisiCalc de Dan Bricklin, l’ancêtre des tableurs. Puis ce fut MultiPlan, le premier tableur de Microsoft, très largement inspiré de VisiCalc… toujours sur mon Apple II, avant de passer à l’excellent Budget Familial, logiciel dédié à la gestion personnelle, édité par Version Soft. Utilisateur comblé de Budget Familial sur Apple II (devenu un Apple II GS entre temps), j’y suis resté fidèle très longtemps bien que très tôt le Macintosh ait rejoint mon Apple II sur le bureau.

Pour faire un peu d’histoire, Microsoft porta MultiPlan sur Macintosh, en 84, en faisant ainsi le premier logiciel Microsoft disposant d’une interface graphique. En 1985 Microsoft sortit Excel sur Macintosh, successeur de MultiPlan repensé pour exploiter la richesse d’une interface graphique et non plus texte (les utilisateurs de PC durent attendre 1987 pour voir Excel débarquer sur le jeune Windows).

En 1995, j’ai, non sans émotion, abandonné Budget Familial et l’Apple II GS, poussés dans leurs derniers retranchements. Je suis passé à Self Budget de Joël Bernard, édité par Compose Tel, un excellent logiciel qui tournait sur le Macintosh. Quand Compose Tel a fermé boutique Self Budget a semble-t-il été racheté par Ciel, l’éditeur de logiciels de compta, et devint Ciel Budget. Je suis donc passé à Ciel Budget et l’ai utilisé jusqu’en 2000… 2000 et pas après, car Ciel Budget n’a jamais été suivi par l’éditeur et n’a pas franchi le cap du nouveau millénaire et de son légendaire bug.

2000 fut une année très chargée pour moi. Cryo Networks, société dont j’étais le directeur de production, se développait très rapidement, nous travaillions à l’introduction en bourse, l’équipe est passée de 15 à plus de 100 personnes. A cette époque, je n’avais pas une minute pour gérer la moindre question perso. Avec la démission de Self Budget, j’ai arrêté de suivre mon budget perso. Fin 2002, quand j’ai retrouvé une vie privée, j’ai repris en main mes comptes sous Excel, retour au tableur comme au bon vieux temps. Aujourd’hui encore je bricole avec mes petits tableaux, et vendredi j’ai craqué, j’ai décidé de reprendre un logiciel ad-hoc.

Après une petite étude des solutions existantes sur Mac, et la lecture de nombreux forums, mon choix s’est arrêté sur le logiciel « Tous Comptes Faits » d’Innomatix, « TCF » pour les intimes :

  • La majorité des témoignages donnaient TCF en tête.
  • Ciel Comptes Personnels n’a pas de version démo téléchargeable, et la fiche produit n’est visible que sous Internet Explorer PC…
  • Les autres logiciels semblent bien moins aboutis et moins stables.

Je voulais tester avant d’acheter et j’ai donc téléchargé la version démo de Tous Comptes Faits. J’installe, je lance, et là, surprise : « Vous avez dépassé la période d’évaluation et devez commander une licence« . Je réalise alors qu’une version démo était préinstallée sur le Mac et que j’avais du la lancer une fois il y a longtemps. De nature optimiste, je me dis qu’il y a forcément possibilité de réinitialiser la démo. Non, ce n’est pas prévu! Je supprime alors les fichiers de préférences et toute trace du logiciel, mais ça n’y change rien, les sagouins d’Innomatix doivent utiliser un fichier caché quelque part! Quel intérêt de ne pas permettre la réinitialisation d’une démo??!!

Je me calme mais fais l’enfant gâté. Je veux un logiciel de gestion personnelle, marre d’Excel, je veux un rapprochement automatique en-ligne des écritures. Je retourne sur le site d’Innomatix et je trouve, bien visible, un « ACHETEZ MAINTENANT. Paiement sécurisé. »

Ô joie. Ô Internet. Proposeraient-ils l’achat dématérialisé, le téléchargement du logiciel? Ô bonheur de l’achat impulsif. J’amorce la procédure d’achat avec méfiance, attention et espoir, quand surgit un :

Frais de port et d’emballage :
Les frais de port et d’emballage sont de 7€ pour la France et de 16€ pour les dom-tom ou l’étranger. Vous pouvez choisir aussi de télécharger les logiciels et recevoir les numéros de licence par mail.

Je saute de joie, je bénis la dématérialisation, Ô joies de l’achat impulsif, j’achète, je paie sur le champ, je suis heureux, nous sommes vendredi soir, je vais avoir là tout de suite maintenant mon logiciel.

COMMANDE TRANSMISE
Votre commande a été transmise au service commercial de Innomatix.
Elle sera traitée dans les meilleurs délais, aux heures d’ouverture de la société, soit du lundi au vendredi, de 9h à 18h.
Votre numéro de commande est : xxyyzz
Merci de rappeler cette référence dans toute correspondance relative à votre commande.
Innomatix vous remercie de l’intérêt que vous portez à ses produits.
Le service commercial.

???? !!!! ???? !!!!
AH LES CONS !!!!!
Je rêve!! Leur gestion des achats dématérialisés est manuelle…!!!
Je vais les fumer!!!!!
Ô joies de l’achat impulsif…

Don d’organe et déontologie

Concernant cette femme mordue par son chien a qui on a greffé une partie du visage d’une autre :

Où est la déontologie ?!!
Cette femme vend les droits des photos de « son » visage… a-t-elle déjà oublié qu’elle le doit à une autre femme, morte, qui a fait DON de ses organes…???!!!! Don, don, don, de donner. « Action d’abandonner gratuitement et volontairement à qqn la propriété ou la jouissance de qqc » ou encore « Ce qu’on abandonne à qqn sans rien recevoir de lui en retour ».
Alors qu’on manque cruellement de donneurs, ce type de pratiques risque fort de révolter bon nombre de familles qui refuseront le don d’organe par crainte de voir les organes « commercialisés ».
L’attitude du Pr Jean-Michel Dubernard concernant ce commerce de l’image et de l’événement n’en est pas moins critiquable. On est loin de la publication scientifique lorsqu’on produit photos et vidéos en salle d’opération et qu’on les commercialise.
Méditons…

Les films français de plus en plus exposés au piratage

Quand l’industrie du cinéma va-t-elle comprendre que le monde évolue?

Paru sur VNUNET : Les films français de plus en plus exposés au piratage.

Quand l’industrie du cinéma va-t-elle comprendre que le monde évolue, que les modes de consommation suivent les évolutions technologiques ? Que le consommateur n’a pas vocation à être un vilain pirate, mais qu’il souhaite simplement trouver les produits qu’il attend voire dont il a besoin ?

Les consommateurs veulent :
• Consommer de manière impulsive. « Je veux voir tel film, je clique et j’éteins la lumière »
• Ne pas rentrer chez eux frigorifiés, sous la pluie à minuit, bredouilles, car tous les exemplaires du film qu’ils souhaitaient voir sont loués.
• Accéder aux films en même temps que leurs amis et leur famille aux quatre coins du globe. La fin des sorties différées ! Le monde bouge, les gens voyagent, communiquent, les distances sont considérablement réduites.
• Accéder à un catalogue le plus vaste possible pour ne pas se voir enfermer dans la « culture » Video Futur™.
• Prêter un film à un ami comme on prête un bon DVD, parce que l’Homme échange, partage, c’est ainsi qu’il évolue.

Et enfin, le vrai pirate ce n’est pas le pauvre gamin qui se fait pincer avec 1000 films qu’il a collectionnés frénétiquement et qu’il n’aura jamais le temps de regarder, comme il n’écoutera jamais les 50000 MP3 sur son disque dur, le pirate c’est le type qui gagne de l’argent sur le dos des auteurs en vendant des CDs / DVDs piratés, qui se rémunère par la pub affichée sur le sombre site internet où il référence quantité de MP3s et DIVXs à télécharger.

Le grand public veut de la VOD VOD VOD VOD… et qui soit multiplateforme… sinon il y aura beaucoup de « pirates » sur Mac. (Message à l’attention de TF1 et Canal+ dont l’offre VOD est exclusivement réservée aux utilisateurs de PCs sous Windows XP.)