« Les stars de demain »

Ieclub
Demain soir, 26 septembre, je serai présent à la conférence « Les stars de demain » organisée par l‘IE-Club.
Seront présents sur scène :
– Pierre CHAPPAZ, (Fondateur de Kelkoo), Président de Wikio et Co-CEO de Netvibes
– Tariq KRIM, CEO Netvibes
– Pascal LORNE, CEO Miyowa
– Pierre KOSCIUSKO-MORIZET, PDG Priceminister
– Philippe BERNA, Président Kayentis
– Dominique AGRECH, Membre du Directoire XAnge Private Equity
– Marc SIMONCINI, PDG Meetic
– Stephane Boboht, fondateur de Digiplug, et Modelabs

Beau programme…

Si vous y êtes aussi, prenons 5 minutes pour nous croiser, que je sache qui lit ce blog :o)

Les forums du financement de l’innovation et de la compétitivité

Ministereindustrie
Demain, 26 septembre 2006, je participe à l’étape parisienne des forums du financement de l’innovation et de la compétitivité. J’y ai une dizaine de rendez-vous avec des investisseurs, journée bien chargée.

Si vous y êtes aussi, prenons 5 minutes pour nous croiser, que je sache qui lit ce blog 🙂

Monster Entrepreneurs

monster_logo.gif

Je trouve l’idée très bonne, et la diversification judicieuse pour Monster, spécialiste mondial du recrutement sur Internet. Avec Monster Entrepreneurs, un portail thématique dédié à la « cession-reprise d’entreprise », ils proposent les offres de franchises et de cession et d’acquisition d’entreprises.

Extrait du communiqué de presse Monster France lance une chaîne thématique entièrement dédiée à la « Cession-Reprise d’entreprise »d’entreprise » :

Un constat : 15 000 entreprises disparaissent chaque année, faute de repreneurs…

L’effet papyboom n’est pas seulement un nombre important de salariés seniors au seuil de la retraite, mais c’est aussi toute une génération d’entrepreneurs ou de responsables de franchise, cherchant à vendre ou céder leur entreprise : dans les quinze prochaines années, 900 000 dirigeants, seront ainsi concernés. Les candidats à la reprise, quant à eux, ne manquent pas : chaque année, 20 000 entreprises sont cédées ou rachetées par des salariés ou des personnes à la recherche d’un emploi. Pourtant, 15 000 entreprises disparaissent, faute de transmission.

Sous peine de perdre de nombreux emplois et compétences, Monster France a décidé d’apporter son savoir-faire : mettre en relation les candidats de talent désireux de devenir entrepreneur ou franchisé, les cédants et les acteurs tiers, via Monster Entrepreneurs son nouveau portail thématique dédié à la « transmission-reprise d’entreprise ».

…Une réponse : générer la rencontre entre les candidats à la reprise et des cédants via Monster Entrepreneurs

La société unipersonnelle d’investissement à risque

MINEFI

Telecom.gouv

La société unipersonnelle d’investissement à risque (SUIR) a été créée par la loi de finances pour 2004 dans le but d’inciter les investisseurs individuels (Business Angels) à apporter des fonds à de jeunes entreprises, soit lors de leur création, soit lors d’une augmentation de capital. Elle prend obligatoirement la forme d’une société par action simplifiée avec un associé unique personne physique (SASU).

Source: La société unipersonnelle d’investissement à risque sur le site (vraiment bien fait) que le Ministère de l’Économie, des finances et de l’industrie destine aux NTIC : http://www.telecom.gouv.fr/

Il y en a-t-il parmi vous qui ont utilisé ce statut de SASU ? Est-ce un réel outil favorisant l’investissement ?

Comment tu te prépares à être un VC ?

The VC Way

En lisant le post « Comment tu te prepares a etre un VC ? » de Jeff Clavier j’ai encore senti mon coeur s’emballer.En fait, VC, c’est le métier dont je rêve depuis presque aussi longtemps que ma première boite. J’ai un peu joué le (mini) business angel il y a quelques années, et je coache régulièrement depuis 5 ou 6 ans. Mais je garde depuis des années, dans un petit coin de ma tête, cet objectif d’être VC un jour. VC quand j’aurai atteint suffisamment d’expérience, que j’aurai observé un peu plus leur fonctionnement, que j’aurais le sentiment de m’être accompli, et alors aider les autres à s’accomplir, renvoyer l’ascenseur.

45 c’est l’âge qui semble d’usage. J’en ai 38. Ca me laisse 7 ans, soit encore un, ou deux, cycles créatifs… 🙂 + un MBA a Stanford ? J’adore le campus, la bibliothèque… 🙂

P.-S. : Le blog anglophone « Software Only » de Jeff Clavier est mis à jour beaucoup plus souvent que sa version française, et est surtout très orienté sur son activité professionnelle.

Business Plan Archive

Business Plan

Voilà un site bien précieux pour tout entrepreneur travaillant à son Business Plan…

Business Plan Archive, en partenariat avec la Librairie du Congrès (Library of Congress) et la bibliothèque de l’Université du Maryland, a pour vocation d’archiver les business plans et autres documents afférents à l’époque « Dot Com » (ou Bulle 1.0 :))

C’est donc là une source précieuse d’information, tant pour le meilleur que pour le pire.

Everquest

Everquest

En lisant chez Jacques Froissant l’article “Comment améliorer vos qualités de leader grâce à World of Warcarft ?”, j’ai réalisé que j’avais omis de parler de mon passé de “hard core gamer”. Je viens donc d’ajouter une page “Everquest” à ce blog. 🙂

Le capital-risque stimule l’emploi hautement qualifié en Europe

Article très intéressant dans Le Monde : Le capital-risque stimule l’emploi hautement qualifié en Europe

J’ai un gros doute sur le coté permanent du lien vers cet article, je me permets de le recopier ici (avec liens hypertext en sus) :

Le capital-risque stimule l’emploi hautement qualifié en Europe
LE MONDE | 23.11.05 | 14h49 • Mis à jour le 23.11.05 | 14h49

Les entreprises financées par des fonds de capital-risque ou de capital-développement auraient créé un million d’emplois de 2000 à 2004. Selon une étude publiée, mercredi 23 novembre, par l’association européenne des investisseurs en capital-risque (EVCA), les effectifs de ces firmes ont augmenté de 5,4 % par an, en moyenne, durant cette période. Ce taux est huit fois supérieur à celui de la croissance de l’emploi dans les vingt-cinq pays de l’Union européenne, tous types d’entreprises confondus.

Le plus grand nombre de créations (630 000) est le fait de sociétés financées par du capital-risque, c’est-à-dire de firmes récentes et ayant eu besoin de fonds pour démarrer leurs activités ou pour lesdévelopper après quelques années d’existence. Dans ces firmes, l’emploi a augmenté de 30,5 % en moyenne. Les jeunes pousses du secteur des biotechnologies affichent la meilleure performance (+ 46,9 %), suivies des services de soins et appareils médicaux (+ 46,3 %), et des technologies de l’information et des communications (+ 38 %). Les emplois créés par des sociétés financées par du capital-risque sont de haut niveau. Un tiers sont des chercheurs ; et, parmi ceux-ci, un sur trois est titulaire d’un doctorat.

Les entreprises nées d’une opération de financement par effet de levier (leverage buy-out, LBO) ont, quant à elles, créé 420 000 créations d’emplois sur la période d’étude, pour un effectif total de 5 millions de personnes. Ces sociétés sont plus matures que celles financées par le capital-risque. Il s’agit d’anciennes divisions de groupes industriels ou de services, qui ont acquis leur indépendance, ou de sociétés cédées par leurs fondateurs. Elles oeuvrent souvent sur des secteurs traditionnels.

Les firmes créées par LBO à la suite d’une cession familiale ont augmenté leurs effectifs de 7 % sur la période, soit davantage que celles issues de groupes industriels. « Avant l’apport de capitaux, les groupes familiaux ont souvent bridé leur croissance. Car ils n’aiment guère s’endetter et n’exploitent pas leur potentiel à l’export, en particulier », explique Sabine Rummel, responsable de l’étude EVCA.

Annie Kahn
Article paru dans l’édition du 24.11.05 du Monde