Rédiger son blog en Français ou Anglais ?

UsawFrancewGreatbrw
Pour beaucoup de bloguers français, la question ne se pose pas. L’audience visée va être familiale, le cercle d’amis, ou professionnelle localement. Aucun intérêt à écrire en anglais, sinon perdre son audience, et de se retrouver confronté à écrire dans une langue pas souvent maîtrisée. D’un autre côté, on perd la magie des échanges internationaux, la chance qu’un bel étudiant australien se passionne pour le Skyblog de Lola à Gif-sur-Yvette… 😮

Pour les Français bloguers dont le métier, ou la passion, a une dimension internationale les choses se compliquent. Français, anglais, les deux ?

Loïc Le Meur a commencé en anglais : (septembre 2003)

English versus French
Let’s start my own blog. My apologies to the French-speaking bloggers to whom I belong, I have chosen to write mostly in English so that I can exchange my views with most people. I will also blog in French from time to time, a new functionality to create in u-blog: multilingual blogs ?

Puis il a créé un second blog, en français, pour ses compatriotes, mais il prévient que la version anglaise restera la plus mise à jour : (novembre 2003)

Pourquoi parler du phénomène des weblogs ?
Avant hier j’ai rencontré un ami et excellent journaliste que je ne citerai pas (encore). Je me suis dit aussi que c’était l’occasion pour moi de démarrer un weblog en français. Mon weblog anglais restera néanmoins le plus mis à jour.

Il s’est posé des questions, en anglais : (mi juin 2005)

Four options to blog multilingual… or remain local
I am confused by a discussion that happened on my French blog today, when you live in a Country like mine where english is not the natural language, you have four ways of approaching the problem: … (suite à lire)

Et on y découvre des statistiques intéressantes, près de 2/3 des liens faisant référence à ses blogs sont d’origine française :

-my French blog has 1219 links from 750 sources
-my English blog has 468 links from 320 sources

Puis, à la tête de deux blogs, l’un en français, l’autre en anglais, il s’est posé la question de fusionner les deux : (fin juin 2005)

Le mélange avec l’anglais vous dérangerait-il ?
Je me sens un peu coupé en deux finalement avec deux blogs, celui-ci en français, et mon blog en anglais, je me suis pas mal interrogé sur la question en anglais. J’envisage de tester de rapatrier mes deux blogs sur mon domaine loiclemeur.com et plutôt que d’écrire à chaque fois une note en anglais et une en français, d’écrire une seule note bilingue sur un seul blog comme le fait Emmanuelle. Inconvénients: vous verrez de l’anglais apparaître dans toutes les notes et les discussions seront mélangées français et anglais. Qu’en pensez vous, est-ce une bonne ou une mauvaise idée ?

Loïc Le Meur a conservé ses deux blogs distincts, anglais et français, mais à l’occasion de l’anniversaire de ses 3 années de blogueur, un chiffre intéressant apparaît : Il écrit 5 fois plus en français qu’en anglais. (septembre 2006)

Three years of blogging…
Precisely three years ago I wrote my very first post on this blog, I apologized for writing only in english. Today I write at least five times more in French..

Trois ans…
Il y a très précisément trois ans, j’écrivais la première note de ce blog (enfin plus précisément ici c’est plein de spam). Je m’excusais auprès des lecteurs francophones sur le fait que je n’écrirais qu’en anglais et pas en français… Aujourd’hui j’écris cinq fois plus en français qu’en anglais.

Emmanuelle Richard, dont parle Loïc Le Meur, est une journaliste française vivant à Los Angeles. Sa manière de résoudre le dilemme est de mélanger les deux langues. Ses notes sont bilingues, à chaque paragraphe en français succède la traduction anglaise, surlignée en bleu pour faciliter la lecture / différenciation.

Jean-Michel Billaut, fondateur de l’Atelier BNP Paris-Bas, évangélisateur du Très Haut Débit, dont le blog est extrêmement intéressant pour tous, étudiants, élus, professionnels en tout genre, retraités curieux, et même Madame Michu si elle veut savoir à quelle sauce elle va être mangée à l’avenir, et bien Monsieur Billaut écrit en français pour ses Gaulois, alors que la terre entière a des choses à apprendre de lui. Si Om Malik lisait le français, il ne raterait pas une note de Monsieur Billaut 🙂

Michel de Guilhermier, serial entrepreneur, Business Angel, fondateur et bientôt ex-PDG du groupe Photoways, tient un blog depuis avril 2004, en français.

Je découvre le Blog
Loic Le Meur m’a fait découvrir les Blogs…
C’est vraiment une révélation. je connaissais les pages perso, mais ça c’est vraiment autre chose, avec un potentiel tout autre. Un vrai media personnel, souple, puissant, fun….
J’ai pas encore saisi sans doute 10% des possibilités, mais je sens qu’on peut en faire des choses !
Ceci étant, c’est pas encore d’une simplicité enfantine de faire ce qu’on veut…J’ai du boulot pour tout comprendre.

En septembre 2006, Michel de Guilhermier est passé à l’anglais, sans complètement perdre le français, il a décidé l’audacieux mélange des deux langues. Il écrit environ deux articles sur trois en anglais :

This Blog in English !
I’ve been thinking about that for a long time now, but I guess it’s now time I internationalize my readership. Consequently, from now on I’ll post in both French & English !

Fidèle lecteur du blog de Michel de Guilhermier, j’ai cru constater :

  • Une baisse significative du nombre de commentaires sur ses notes en français. Érosion de son lectorat francophone?
  • Peu de commentaires issus de purs anglophones. Probablement encore trop tôt pour que les référencements de Google et Technorati aient intégré ses notes anglaises et que le public anglophone les découvre. Mais là se pose l’intéressante question du référencement. Comment Google et Technorati vont-ils classer l’origine linguistique? Anglaise ou française ? Sur la base de chaque note rédigée ou au niveau du blog lui-même? Les lecteurs anglophones ne vont-ils pas être découragés par les notes publiées en français? Et vice-versa?
  • L’anarchie dans les commentaires, où français et anglais se mêlent. Je dois d’ailleurs avouer m’être fait piéger moi-même en postant un commentaire en français sur une note en anglais, alors que j’y suis très attentif généralement.

Conclusion :

L’origine de cette note est liée à l’envie que j’ai de toucher un public international, et mes nombreux amis ou relations non francophones, mais j’hésite beaucoup sur la forme.

Le mélange des deux langues au sein du même blog, bien que plus facile pour l’auteur, ne me semble pas optimal dans l’intérêt des différents lecteurs. J’y vois une source de confusion, de frustration, d’érosion, qui ne peut que nuire aux buts premiers d’un blog.

Il me semble que la solution réside en deux blogs distincts. Loïc Le Meur a souvent, courageusement, posté ses notes simultanément dans les deux langues. C’est beaucoup de travail, ça demande le double de temps, c’est l’idéal pour les lecteurs, mais à moins d’en faire son métier c’est trop contraignant pour l’auteur.

Je me dirige donc vers la création d’un second blog, en anglais, et selon le sujet je posterai en français sur le francophone, ou en anglais sur l’anglophone. Ce n’est pas fait encore… j’ai beaucoup de boulot à l’horizon… donc peu de temps pour bloguer.

Technorati Tags: , , , , , , , ,

  • Je pense que tu fais le bon choix Louis. C’est la solution que j’ai choisie aussi.

    A mon avis le mélange d’anglais et de français est le meilleur moyen pour faire fuire les anglophones et les francophones…

    Cela dit le fait d’avoir 2 blogs n’est pas toujours pratique – ex: quand il faut saisir 1 URL tu es obligé de choisir l’une ou l’autre.

    A part ça j’avais choisi initialement de poster en anglais les billets d’intérêt international (à peine pompeux comme expression ça !) et les autres en français. Finallement à l’usage ça dépend plus de mon humeur au pmomnt où je poste le billet. Et je refuse de me mettre des contraintes comme le fait de poster simultanément ou traduire systématiquement.

    Voilà donc mon conseil : fais comme tu le sens et te prends pas trop la tête.

  • LvP

    Merci Louis,
    En effet ton blog me semble être la bonne voie.
    Me reste à trancher sur un détail technique. Mon blog est sous WordPress. J’utilise le template « Freshy » développé par Julien De Luca. (http://www.jide.fr/)
    Julien De Luca a développé un astucieux plug-in nommé YammYamm qui permet de gérer deux langues sur un blog. En fait, il ruse en créant une catégorie de premier niveau pour chaque langue, puis on passe les catégories existantes en sous-catégories. Je ne sais pas si je suis clair, mais là où la structure de site est « http://blog.van-proosdij.fr/category/actualite/ » elle devient « http://blog.van-proosdij.fr/category/french/mobilite/ » et « http://blog.van-proosdij.fr/category/english/mobility/ ».
    Pour les utilisateurs c’est totalement transparent (voir le site de Julien De Luca)
    Mon inquiétude est que, l’adresse du blog restant la même, comment réagissent les Google, Technorati etc. ? Car on a bien deux langues distinctes sur le même blog. Comment gèrent-t-ils ça?

  • Bonjour,
    Pourriez vous m’aider en me disant ou aller pour insérer un lien multilange sur mon bog afin que les Anglo-Saxon et Hispanique puisse voir mon blog dans leurs langue du style que vous avez en haut, à gauche de votre page.
    Vous remerciant d’avance.
    JM.Gall

  • LvP

    Bonjour Jean-Marie,
    À gauche de cette page-ci, les 3 drapeaux sont juste une illustration de l’article, sans aucun lien. Si vous faites allusion aux différents drapeaux en haut à droite dans la rubrique « Translate », il s’agit d’un widget WordPress écrit par Trevor Creech (http://trevorcreech.com/).
    J’espère avoir répondu à votre question.

  • « une langue pas souvent maîtrisée »…
    tout est là-dedans.
    Le mauvais anglais est qqch qui me rebute fortement quand je me lance dans la lecture d’un article… après 2 lignes, c’est généralement bye.
    On peut la parler facilement, mais l’écrire s’avère souvent plus complexe. Déjà en français, ce n’est pas évident.

    Si un « native » peut « proofread », je pense que cela pourrait alors valoir la peine. Dans le cas contraire, mieux vaut s’abstenir, à part si l’on est pro de la grammaire anglaise ou que son blog ne soit que hobby.